Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

30 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifFront ouest
Un pilote de reconnaissance allemand se pose sur l'île britannique de la manche de Guernesey. L'île se rend à celui ci. Des détachements de la Luftwaffe arrivent juste derrière.

Drapeau allemand flottant sur l'aéroport de Guernesey
atomic.jpgSoldats alemands paradant à Saint Pierre, à Guernesey

source : onwar.com, bd.co.free.fr(photo), Wikipedia

france-libre.gifMaurice Schumann, journaliste, se rallie à la France Libre.

source : guerre-mondiale.org



coule-1.jpgAtlantique nord
Le U43 attaque le convoi SL-36 au sud ouest de l'Irlande et coule le cargo britannique Avelona Star. Le U65 attaquant le même convoi endommage le cargo britannique Clan Ogilvy.
Le U26 coule le cargo norvégien Belmoira et le cargo estonien Merkur au sud de l'Irlande.
Le U47 coule le cargo grec Georgios Kyriakides au sud ouest de l'Irlande.

source : UBoat.net
allemagne.pngLe général Jodl rédige un mémorandum disant que si une attaque sur les îles britanniques échoue, le meilleur endroit, ensuite, pour défaire les britanniques est la méditerranée.

source : Chronologie of World War II


uk.gifjapon.gifLe gouverneur général britannique de Hong-Kong ordonne l'évacuation des femmes et des enfants à destination des Philippines, suite au blocus de la colonie par les Japonais.

source : Worldwar-2.net


usa.gifWendell Willkie est désigné candidat à l'élection présidentiel par le parti républicain après 6 votes. Il recueille 654 votes contre 318 et est désigné au détriment du sénateur Taft.
La convention républicaine est largement en faveur de la non intervention.

source : onwar.com

29 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifLe gouvernement français quitte Bordeaux pour s’installer à Vichy.

source : electionpresidentielle.com, guerre-mondiale.org



coule-1.jpgAtlantique nord
Le U47 coule le cargo britannique Empire Toucan au milieu de l'Atlantique nord
Le U26 coule le cargo grec Frangoula B. Goulandris au sud de l'Irlande
Le U52 coule le navire d'escorte HMS Edgehill (X 39) au milieu de l'atlantique nord.

source : UBoat.net
japon.gifLe ministre japonais des affaires étrangères, M. Arita, déclare que le Japon est la force stabilisatrice pour le nouvel ordre en Asie de l'est et dans les mers du sud.
Toute l'humanité languie pour la paix, mais la paix ne peut durer, à moins que les nations n’aient la place qui leur est propre. Puisque c'est difficile en l'état actuel du progrès humain, la seconde meilleure chose pour les peuples qui sont en relation géographiquement, racialement, culturellement et économiquement, est de former une sphère qui leur est propre...
Les pays de l'Asie de l'est et des régions des mers du sud sont géographiquement, historiquement, racialement et économiquement très proches. Ils sont destinés à coopérer et à pourvoir aux besoins des un et des autres, pour leur bien commun et leur prospérité.
L'unification de toutes ces nations en une seule sphère sur la base d’une existence commune, assurant par la même la stabilité de cette sphère, est une conclusion nationale.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
allemagne.pngLe gouvernement allemand publie le "livre blanc" qui contient des détails du plan allié pour intervenir aux pays bas.

source : onwar.com



Caricature deLeslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 29 juin 1940

sur les pommes : Bessarabie, Constanza, pétrole, France, Gib

source : CartoonHub

28 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifLes amiraux britanniques sont mis au courant de l'opération catapult (neutralisation de la flotte française). Celle ci est très mal accueillie par ceux ci. Un parle même de "crime de guerre".

Front ouest

Les iles britanniques de la Manche (Jersey et Guernesey) sont démilitarisées et partiellement évacués.
Des bombardiers allemands font un raid sur l'île de Jersey.


source : Worldwar-2.net, farac.org
coule-1.jpgMer du nord
Le U102 coule le chalutier britannique Castleton près des îles Orcades.

Atlantique nord
Le U30 coule le cargo britannique Llanarth à l'ouest de la Bretagne.

source : UBoat.net
france-libre.gifLe gouvernement britannique reconnaît Charles de Gaulle comme le chef de la France libre.

source : onwar.com, electionpresidentielle.com, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, Chronologie of World War II


australie.gifLe secrétaire britannique aux dominions informe le gouvernement Australien qu'avec l'entrée de l'Italie dans la guerre, et la sortie de la France du conflit, la Grande-Bretagne ne pourra pas envoyer une flotte en extrême orient.
La Grande-Bretagne demande des divisions et 2 escadrons aériens à l'Australie pour la défense de la Malaisie.

source : Chronologie of World War II
roumanie2.gifurss.jpgLa Roumanie transfère sa souveraineté sur la Bessarabie et la Bucovine du nord à l'URSS.
Pour préserver la possibilité d'empêcher des conséquences sérieuses qui résulteraient de l'utilisation de la force et de l'éclatement d'hostilités dans cette partie de l'Europe.
Carte de la Bessarabie et de la bucovine du nord enlevé à la Roumanie.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, Chronologie of World War II
italie.jpgLe maréchal de l'air, Italo Balbo, gouverneur général de Libye et commandant en chef de l'armée italienne en Libye, est tué suite à une méprise.
Peu de temps après un raid britannique sur la ville, l'avion du maréchal commence à se poser. Celui ci porte l'immatriculation I-MANU en référence à sa femme et est donc parfaitement identifiable. La DCA du croiseur San Giorgio commence pourtant à tirer sur l'avion, suivi par la DCA de l'aéroport. L'avion est détruit par les tirs.

Italo Balbo était un ancien héros italien suite à ses exploits aériens, et il était une des rares personnes de haut rang à exprimer publiquement son désaccord avec la politique mené par Mussolini.
Le gouvernement italien classe l'affaire en parlant d'une méprise, mais les proches du maréchal parlent d'un assassinat sur ordre de Mussolini. L'affaire ne sera jamais élucidée.

Le maréchal Graziani est nommé commandant en chef en Libye suite à cet incident.

Carcasse de l'avion du maréchal de l'air suite à la "méprise"

source : onwar.com, Wikipedia, Regiamarina.net (photo)
usa.gifL'Alien Registration Act (Smith Act) est voté au congrès. Il oblige les étrangers à s'enregistrer et à se faire prendre les empreintes. La loi rend illégal d'inciter à renverser le gouvernement.

source : Worldwar-2.net


vatican.gifallemagne.pngitalie.jpgLe Pape offre d'être le médiateur entre l'Allemagne, l'Italie et la Grande-Bretagne.

source : Worldwar-2.net

27 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifLes Allemands occupent Bordeaux et atteignent la frontière espagnole.

source : guerre-mondiale.org



Le général de Gaulle devient chef de la France Libre et proclame que le ministère Pétain n'est pas un gouvernement régulier car sous la dépendance de l'Allemagne.

source : guerre-mondiale.org


Atlantique nord
Le U47 coule le cargo norvégien Lenda et le cargo néerlandais Leticia au sud ouest de l'Irlande.

source : UBoat.net


mouvement-naval.jpgl’amiral Godfroy, commandant l’escadre française basée à Alexandrie, reçoit l’ordre de rallier Beyrouth, il en informe l’amiral Cunningham qui lui répond très courtoisement qu’il lui-même reçu la veille l’ordre de ne pas laisser l’escadre française quitter Alexandrie.
Les navires français ne bougent donc pas du port Egyptien.

source : farac.org

Adoption du principe de l'Opération Catapult, prévoyant la neutralisation d'une partie au moins de la flotte française.
Le début de l'opération est fixé au 3 juillet.

source : guerre-mondiale.org


La commission présidentielle norvégienne (en Norvège occupé) est déterminée à nommer un conseil national
Puisque le roi et le gouvernement sont hors de Norvège et donc incapables de mener leurs fonctions imposés par la constitution...

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org


Rencontre secrète entre des représentants britanniques, australiens et le secrétaire d'état américain, M. Cordell Hull.
Les britanniques et les australiens demandent l'aide américaine contre les japonais. Ils désirent que les USA prennent des mesures économiques, ou transfèrent plus d'unités navales dans les eaux malaisiennes ou philippines, ou offrent de jouer les médiateurs entre la Chine (nationaliste) et le Japon.

Le secrétaire d'état américain est dans l'impossibilité d'accepter une seule de ses propositions car elles demandent une politique étrangère plus active que ce que le public américain n'est prêt à accepter pour le moment.

source : onwar.com
Les japonais occupent une partie de la péninsule de Hong-Kong pour pousser les britanniques à arrêter d'envoyer du matériel aux chinois nationalistes.

source : Worldwar-2.net



Caricature de David Low paru dans le Daily mail le 27 juin 1940

sur la patte du lion : raids terrestres britanniques
sur l'affiche:Adolf, le dompteur de Lion.

source : CartoonHub

26 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifLe général Larminat, commandant des Forces françaises du Levant, qui refuse de cesser le combat, est arrêté sur ordre du gouvernement.

source : guerre-mondiale.org


france-libre.gifHenri Frenay, prisonnier des allemands, s’évade et rejoint la zone libre.

source : electionpresidentielle.com



coule-1.jpgAtlantique nord
Le UA coule le cargo norvégien Crux à l'ouest de Cadix.
Le U29 coule le cargo grec Dimitris au large du cap finisterre.
Le croiseur auxiliaire Widder, maquillé comme le navire norvégien Narvik, capture le pétrolier norvégien Krosffon dans le centre de l'Atlantique nord. La prise est envoyé à Lorient ou elle arrivera sans encombre.

source : UBoat.net, scharnhorst-class.dk, Ahoy Mac's web log, warsailors.com
urss.jpgallemagne.pngroumanie2.gifL'union soviétique présente un Ultimatum à la Roumanie, exigeant la cession de la Bessarabie du Nord et de la Bucovine à l'URSS. Cette zone avait été rattachée en 1918 à la Roumanie sur une décision de son parlement local.
En 1918, prenant l'avantage de la faiblesse militaire de la Russie, la Roumanie a arrachée de force une partie du territoire de l'Union soviétique et a ainsi cassé l'ancienne unité de la Bessarabie, peuplé principalement par des Ukrainiens, et de la République soviétique  d’Ukraine.
L'union soviétique ne s'est jamais remise de l'arrachage de force de la Bessarabie, ce que le gouvernement soviétique a plus d'une fois déclaré ouvertement au monde entier.
Maintenant, quand la faiblesse militaire de l'URSS est devenu une chose du passé, tandis que la situation internationale présente exige les solutions les plus promptes aux questions en suspens héritées du passé, pour poser enfin les bases d'une paix durable entre les pays, l'Union soviétique considère comme nécessaire et opportun, dans les intérêts de la restauration de la justice, de résoudre, conjointement avec la Roumanie, le règlement immédiat de la question du retour de la Bessarabie à l'Union Soviétique.
Le Gouvernement de l'URSS considère que la question de la restauration de la Bessarabie est organiquement liée à la question du transfert à Union soviétique de cette partie de la Bucovine ou la population dans sa grande majorité est lié à l'Ukraine soviétique par l'unité de la destinée historique autant que par l'unité de l'age et de la composition nationale.

Le gouvernement allemand intervient à contre coeur pour convaincre les Roumains de céder aux exigences soviétiques.

source : guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, onwar.com, Wikipedia
canada.gifLe premier ministre canadien, M. Mackenzie King, déclare : « Le gouvernement que je dirige ne présentera pas de mesure de conscription des Canadiens pour le service outre-mer ».

source : Wikipedia


turquie.gifLe gouvernement turc déclare la non-belligérance du pays.

source : guerre-mondiale.org



urss.jpgPromulgation de la loi sanctionnant les infractions à la discipline du travail.

source : guerre-mondiale.org




Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily mail le 26 juin 1940 : "Abysse de misère et d'humiliation"

sur l'homme derrière: 5e colonne
sur le général à gauche (Pétain) : Leadership sénile
Sur le général à droite (Weygand) : incompétence
Sur le bandeau de Marianne : Censure complète

source : CartoonHub


Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 26 juin 1940 : "Le train fantôme"

sur le Wagon :
Direct pour Berlin
Sur la pancarte du Wagon :
Dans ce wagon a été signé l'armistice de 1918

source : CartoonHub

25 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifLe gouvernement français destitue le général Catroux du poste de gouverneur d'Indochine, et le remplace par le commandant des forces navales françaises d'Extrême-Orient, le vice-amiral d'escadre Decoux. Celui ci ne sera pas en mesure de prendre ses fonctions avant le 20 juillet.

Sur ordre d'Hitler, la clairière de l'armistice de 1918 (et 1940) est détruite. Le wagon de l'armistice, ainsi que des pierres commémoratrices portant la mention "Ici, le 11 novembre 1918, Succomba le criminel orgueil de l'empire allemand vaincu par les peuples libres qu'il prétendait asservir" , sont emmenés comme prise de guerre à Berlin.
Le monument d'alsace lorraine, présentant un aigle allemand pourfendu par une épée, est détruit, et toute trace du site est effacée, exception faite de la statue du maréchal Foch. Hitler donne l'ordre de la laisser intact pour qu'elle n'honore plus qu'un désert.

Front ouest
A 1h35 l'armistice entre en vigueur sur tous les fronts.

La campagne de France est officiellement finie. Elle a entraîné la mort de près de 90 000 français, 4000 britanniques, 7500 belges et 3000 hollandais, contre 27 000 allemands. On compte aussi de nombreux blessés, 200 000 français, 14000 britanniques, 16 000 belges et 7000 hollandais contre 110 000 allemands. Enfin près de 1,8 millions de soldats français sont prisonniers et envoyés en captivité en Allemagne, privant la France d'une main d'oeuvre importante pour les années à venir.
A ce compte macabre on peut ajouter quelque 6000 polonais et 1600 tchécoslovaques, tués, blessés ou prisonniers.

L'opération Ariel se fini avec les combats en France. Elle a permis l'évacuation de 215 000 britanniques, français, polonais et canadiens supplémentaires.

Prisonniers français suite à la bataille de France. Ils sont près de 2 millions à prendre le chemin de la captivité pour 4 ans.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, Wikipedia (opération ariel), Wikipedia (rethondes), Wikipedia (bataille de France)
coule-1.jpgAtlantique nord
Le U51 attaque le convoi OA-172 et coule le pétrolier britannique Saranac et le cargo britannique Windsorwood au milieu de l'Atlantique, à environ 370 miles à l'ouest de land's end.

source : UBoat.net


mouvement-naval.jpgLe destroyer canadien HMSC Fraser, participant aux dernières opérations de l'opération Ariel, entre en collision avec le croiseur anti aérien britannique HMS Calcutta et coule dans l'estuaire de la Gironde.

source : Chronologie of World War II
uk.giffrance.gifWinston Churchill fait une déclaration à la chambre des communes

La Chambre éprouvera une douleur profonde en apprenant le sort de la grande nation française, à laquelle nous avons été si longtemps unis dans la guerre comme dans la paix, et que nous avions considérée comme la co-dépositaire de la culture libérale et de la tolérance en Europe. Reproches et récriminations seraient hors de saison ; nous espérons que vie et puissance nous seront données pour relever la France de la ruine et de l'esclavage où la force et la furie de l'ennemi l'ont plongée et d'autres causes encore ; et que l'Empire français, toujours protégé par la puissance navale, continuera la lutte aux côtés de ses alliés. Nous voulons croire que le siège du Gouvernement s'y transportera pour y poursuivre la lutte pour victoire en organisant des armées de libération.

C'est aux Français qu'il appartient de décider ; mais il nous est difficile de croire que les intérêts de la France et l'esprit français ne trouveront pas d'autre expression que les tristes décisions du Gouvernement de Bordeaux.
Nous soutiendrons donc de notre mieux, de notre bon vouloir et de nos ressources, tout mouvement déclenché par des Français qui échappant encore à l'ennemi, travailleraient à la défaite de la barbarie nazie et à la restauration de la liberté et de la France. Ce que seront nos relations avec le Gouvernement de Bordeaux, je ne puis vous le dire. Il s'est livré à l'ennemi et il reste totalement en son pouvoir. Les nouveaux dirigeants de la France
contribueront peut-être à rendre nos relations difficiles par la flatterie ou la rigueur, par la propagande ou le choix de ministres pro Allemands. Mous ne savons pas s'il nous sera loisible d'avoir un représentant dans la France diminuée qu'on appelle " la France non occupée " cernée qu'elle est et contrôlée par l'ennemi. Mais nous avons toujours confiance dans le vrai génie du peuple français, et dans le jugement qu'il portera sur les récents événements lorsqu'il connaîtra les faits. Nous ferons d'ailleurs tous nos efforts pour maintenir le contact à travers les barreaux de sa prison. En attendant, nous devons nous occuper de notre propre salut et de notre défense, dont dépendent non seulement notre propre sort, mais aussi celui de la France, de l'Europe et du monde.

La sécurité de la Grande-Bretagne et de l'Empire britannique est puissamment, mais non pas décisivement, affectée par le sort de la flotte française. Lorsqu'il devint clair que la défaite et la soumission de la France étaient imminentes, et que sa magnifique armée, qui nous avait inspiré tant d'espoirs, fléchissait sous le fléau allemand, M. Reynaud, le courageux Premier Ministre français, me demanda d'aller à Tours. J'y suis allé, le 13 juin, accompagné du Ministre des Affaires Étrangères, et de Lord Beaverbrook, Ministre de la Production Aéronautique. Je tiens à déclarer que certains comptes-rendus que le Gouvernement de Bordeaux a donnés de ces entretiens ne correspondent pas du tout à la réalité. Bien entendu, un des secrétaires du Cabinet, qui nous a accompagnés, a pris le procès-verbal de ces conversations. Je n'ai pas l'intention de les analyser en détail. Qu'il me suffise de dire qu'après m'avoir parlé de la situation au front et de l'état de l'armée française – dont j'étais au courant - M. Reynaud me demanda si la Grande-Bretagne pouvait consentir â libérer la France de son obligation de ne pas négocier un armistice ou une paix séparée sans le consentement de son Alliée britannique. Je connaissais toute l'étendue des souffrances de la France, je n'ignorais pas que jusqu'alors nous n'avions pas subi d'épreuves comparables et que notre apport sur le champ de bataille n'avait pas été égal à celui de la France. Néanmoins je me vis dans l'obligation de déclarer que nous ne pouvions pas donner notre consentement.

Je fis savoir à M. Reynaud qu'il était inutile d'ajourer par des reproches mutuels aux nouvelles misères que nous réservait sans doute l'avenir, mais que je ne pouvais donner mon consentement. Nous nous mîmes d'accord pour lancer un nouvel appel au Président Roosevelt. Si la réponse ne suffisait pas à M. Reynaud pour continuer la lutte - après tout, M. Reynaud représente sans aucun doute l'esprit de résistance - alors nous devions nous rencontrer à nouveau pour prendre les décisions qui s'imposeraient â la lumière des nouvelles circonstances.

Le 16, je reçus un message de M. Reynaud, qui avait établi son gouvernement à Bordeaux, m'annonçant que la réponse américaine n'était pas satisfaisante, et me demandant à nouveau de libérer la France des obligations que lui imposait l'accord franco-anglais. Je convoquai immédiatement le Cabinet et nous arrêtâmes de concert un message à M. Reynaud, dont je ne donne pas le texte exact, mais dont voici la substance : des négociations séparées, en vue d'un armistice ou de la paix, ne peuvent dépendre que d'un accord conclu par la Grande-Bretagne avec la République Française, et non avec un homme d'état français quel qu'il soit. Elles engagent donc l'honneur de la France. Toutefois, étant donné tout ce que le peuple français a souffert, étant donné les forces qui de toute évidence agissent sur lui, et pourvu que la flotte française soit envoyée dans des ports britanniques pour y demeurer tant que dureront les négociations, le Gouvernement de Sa Majesté donne son consentement à ce que le Gouvernement français fasse des démarches en vue d'apprendre quelles conditions d'armistice pourraient, lui être consenties. Nous terminâmes en déclarant que le Gouvernement de Sa Majesté était résolu à continuer la guerre sans l'aide de la France et qu'il se désassociait formellement de toutes négociations visant à un armistice.

Ce même soir du 16, tandis que je me préparais à aller rencontrer M. Reynaud sur son invitation (j'étais même dans le train), je reçus la nouvelle qu'il avait démissionné, et qu'un nouveau gouvernement avait été formé, sous la présidence du maréchal Pétain - gouvernement dont la première tâche serait de rechercher un armistice avec l'Allemagne. Dans ces conditions, nous fîmes, bien entendu, tout ce qui était en notre pouvoir pour mettre la flotte française en sûreté. Nous rappelâmes au nouveau gouvernement que la condition que nous jugions indispensable à notre consentement, à savoir l'envoi de la flotte dans un port britannique, n'avait pas été remplie... Or ce n'est pas le temps qui manquait pour prendre cette précaution, qui n'eût en aucune façon influé sur les négociations. Car les clauses de l'armistice n'auraient guère pu être plus sévères qu'elles ne l'ont été.

Afin de renforcer la force de nos convictions nous envoyâmes le Premier Lord de la Mer et le Premier Lord de l'Amirauté, ainsi que Lord Lloyd, pour établir si possible contact avec les nouveaux Ministres. Naturellement, à ce moment, tout était en train de s'écrouler, mais de nombreuses assurances solennelles nous furent données qu'on ne permettrait jamais que la flotte tombât aux mains des Allemands. Ce fut donc " avec douleur et stupeur " - pour reprendre les mots de la déclaration gouvernementale de dimanche - que j'ai lu l'article 8 des conditions de l'armistice.

Cet article, que le Gouvernement français a accepté, stipule que la flotte française, à l'exception de certaines unités destinées à la sauvegarde des intérêts français dans l'Empire colonial, sera réunie dans des ports qui seront spécifiés pour y être démobilisée et désarmée sous contrôle allemand ou italien. De ce texte, il ressort clairement que par cet armistice, les vaisseaux de guerre français passent tout armés sous le contrôle allemand et italien. Bien entendu, nous prenons note de la déclaration solennelle du Gouvernement allemand qui figure dans le même article, selon laquelle il n'a pas l'intention d'employer ces navires pendant la guerre. Que vaut-elle ? Demandons à une demi-douzaine de pays quelle est la valeur d'une telle assurance solennelle. De plus, le même article exclut de l'application de ces assurances et de ces déclarations solennelles les unités nécessaires à la surveillance des côtes et au draguage des mines. Sous cette clause, il serait possible au Gouvernement allemand d'affecter toutes les unités de la flotte française à la surveillance côtière. Finalement, sous n'importe quel prétexte de non observation, l'armistice peut être annulé à tout moment, les conditions de l'armistice autorisent explicitement les Allemands à formuler de nouvelles demandes lorsque le moment sera venu d'une paix éventuelle entre la France et l'Allemagne. Voilà un très bref résumé des points saillants de cet épisode .mémorable et lamentable dont l'histoire donnera sans doute une analyse beaucoup plus détaillée.

La Chambre ne s'attend certes pas à ce que je parle de l'avenir. La situation est à l'heure actuelle si incertaine et si obscure qu'il serait contraire à l'intérêt public que je me prononce ou spécule à ce sujet. Mais il est possible que j'aie du nouveau â annoncer, si la Chambre me permet de lui faire une déclaration plus détaillée la semaine prochaine. En attendant, j'espère que la Chambre continuera à avoir pleine confiance dans le Gouvernement de Sa Majesté, et saura que nous ne manquerons ni de patience ni de résolution pour prendre les mesures indispensables au salut de l'Empire.


A ce discours, le maréchal Pétain réplique que la France n'a pas de leçons à recevoir d'un ministre étranger, et que Churchill ne peut être juge de l'honneur Français. Il ajoute "l'honneur est sauf! Nous devons maintenant consacrer nos efforts à l'avenir. Un nouvel ordre d'annonce"

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, beaucoudray.free.fr (discours)
usa.gifUne augmentation des impôts entre en vigueur. Elle rapporte 2,2 millions de dollars. Cet argent est utilisé pour l'augmentation des dépenses militaires

source : onwar.com


allemagne.pngLes allemands commencent à échafauder des plans pour l'invasion de la Suisse

source :guerre-mondiale.org



suisse.gifLe président de la Confédération helvétique, Marcel Pilet Golaz, prononce un discours radiophonique pour l'adaptation de la Suisse à la nouvelle europe. Controversé, on l'accusera de sympathie envers l'Allemagne.

source : guerre-mondiale.org, Wikipedia



Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 25 juin 1940 : "Hommage"

sur le pilier: Tableau d'honneur : Quisling, Leopold, Les hommes de Bordeaux

source : CartoonHub

24 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifA 19 heures 15, à la villa Olgiatia près de Rome, l'armistice franco-italien est signé par les généraux Huntziger et Badoglio. Il prendra effet au même moment que l'armistice avec l'Allemagne, soit le 25 à 1H35 du matin.

Arrivée du Massilia, navire transportant des parlementaires français opposé à la capitulation, à Casablanca : les parlementaires militaires (Zay, Mendès France, Viénot) sont arrêtés et inculpés d'abandon de poste.

Par mesure disciplinaire, le commandement de l'armée ramène le général de Gaulle au grade de colonel et le met à la retraite.

L'amiral Darlan, ministre de la marine, envoie l'ordre d'auto sabordage à la marine française en cas de menace ennemie.

Le gouvernement français indique qu'il restera en France pour partager le sort des français.
Le gouvernement considère que c'est de son devoir de rester en France et de partager les sort de tous les français. La France ne récupèrera que par la réflexion, l'ordre et le travail.

Front ouest
Après avoir pris Angoulême et Saint Etienne, les allemands occupent le territoire au nord et à l'ouest de la ligne Genève - Dole - Tours - Mont-de-marsan - frontière espagnole.

Sur le front des alpes, la division Modena reste accrochée au Mont Razet sans réussir à avancer.

Sur le front de la division Crosseria, par contre, la situation est plus fluide, avec des attaques et des contre-attaques de la part des Français, qui emploient même quelques chars.
La tactique des infiltrations de petites unités à travers les avants postes français avait permis des progrès au début mais, ensuite, crée de grosses difficultés pour les renforts et pour l’approche de l’artillerie. Le fort de Ponte San Luigi, en particulier, est un sérieux obstacle. Malgré l’attaque en fin de soirée de deux groupes de mortiers de 210 et de 260, cet avant poste réussit à résister jusqu’à l’armistice.

char leger italien lors des opérations dans les alpes en 1940

source : Chronologie of World War II, onwar.com, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, Avanti Savoia (photo), electionpresidentielle.com
france-libre.gifLes hommes de l'île de Sein rejoignent l'Angleterre pour se joindre au général De Gaulle.

source :guerre-mondiale.org



coule-1.jpgAtlantique nord
Le U47 coule le cargo panaméen Cathrine au milieu de l'Atlantique nord

source : UBoat.net


france.gifjapon.gifLa France cède son secteur de Shanghai au Japon.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org



uk.gifegypte.gifDémission du premier ministre égyptien, M. Maher, sous la pression britannique. Il est remplacé par M. Sabri.

source : guerre-mondiale.org


usa.gifDébut de la convention du parti républicain à Philadelphie

source : onwar.com

23 juin 1940

Publié le par Fix

france.gifPierre Laval est nommé ministre d'État du gouvernement du maréchal Petain.




Coupure de presse du 23 juin annonçant la signature de l'armistice.

Adof Hitler fait une courte visite à Paris avec son architecte, Albert Speer.

afriquedusud.gifHitler pris en photo sur le trocadero avec des membres de sa délégation

Front ouest
Les troupes allemandes prennent Poitiers.
Les avant-gardes de la 3e Panzer et de la 12e division d'infanterie allemande sont arrêtées devant Voreppe, en Isère.

Des commandos britanniques font un raid sur le Touquet. C'est le premier de la guerre.

Carte des opérations sur le front des alpes entre le 20 et le 23 juin

Sur le front des alpes, la division modena défend la pente orientale du Mont Razet contre les contre-attaques de petites unités françaises appuyées par un intense feu d’artillerie.

La division Crosseria réussit à avancer un peu, conquérant quelques forts, mais certains forts, bien qu’encerclés, résistent encore et empêchent l’avance de la division.
Au cours de la journée, l’avant-garde de la Crosseria atteint le torrent Gorbio. Deux trains armés de la Régia Marina (les TA 1 et TA 5) fournissent un soutien avec plus de réussite que le précédent.

L'attaque sur Menton continue et la vieille ville est capturée par les troupes italiennes. Cependant, l'artillerie française empêche les italiens d'avancer plus loin. Les italiens sont obligés d'abandonner une partie de leurs gains à la fin de la journée

Soldats italiens avançant dans Menton

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, Chronologie of World War II, Avanti Savoia (photo), The History place (photo)
france-libre.gifL'amiral Muselier quitte Marseille et rejoint Londres

source : guerre-mondiale.org



mouvement-naval.jpgInvoquant la présence de mines allemandes, l'amiral James interdit à la marine française de quitter Portsmouth.

source : guerre-mondiale.org


roumanie2.gifLe roi Carol II de Roumanie constitue un cabinet pro allemand dont le nouveau chef de la Garde de fer, Horia Sima, est membre.

source : Wikipedia

22 juin 1940

Publié le par Fix

france.giffrance-libre.gifSuite aux récriminations de la délégation française concernant la flotte, le général Keitel va proposer un amendement à Adolf Hitler permettant aux navires d'être stationnés dans l'empire colonial. Hitler exige que cette précision reste verbale et ne modifie pas le texte écrit.

A 18h30 l'armistice est signé par le général Huntziger et par le général Keitel. Il doit prendre effet le 25 à 1h30 du matin, permettant à la délégation de signer un autre armistice avec l'Italie.

Suite à l'annonce de la signature de l'armistice entre la France et l'Allemagne, le général de Gaulle prononce un nouvel appel à la BBC

Le gouvernement français, après avoir demandé l’armistice, connaît maintenant les conditions dictées par l’ennemi.

Il résulte de ces conditions que les forces françaises de terre, de mer et de l’air seraient entièrement démobilisées, que nos armes seraient livrées, que le territoire français serait totalement occupé et que le Gouvernement français tomberait sous la dépendance de l’Allemagne et de l’Italie.

On peut donc dire que cet armistice serait, non seulement une capitulation, mais encore un asservissement.

Or, beaucoup de Français n’acceptent pas la capitulation ni la servitude, pour des raisons qui s’appellent l’honneur, le bon sens, l’intérêt supérieur de la Patrie.

Je dis l’honneur ! Car la France s’est engagée à ne déposer les armes que d’accord avec les Alliés. Tant que ses Alliés continuent la guerre, son gouvernement n’a pas le droit de se rendre à l’ennemi. Le Gouvernement polonais, le Gouvernement norvégien, le Gouvernement hollandais, le Gouvernement belge, le Gouvernement luxembourgeois, quoique chassés de leur territoire, ont compris ainsi leur devoir.

Je dis le bon sens ! Car il est absurde de considérer la lutte comme perdue. Oui, nous avons subi une grande défaite. Un système militaire mauvais, les fautes commises dans la conduite des opérations, l’esprit d’abandon du Gouvernement pendant ces derniers combats, nous ont fait perdre la bataille de France. Mais il nous reste un vaste Empire, une flotte intacte, beaucoup d’or. Il nous reste des alliés, dont les ressources sont immenses et qui dominent les mers. Il nous reste les gigantesques possibilités de l’industrie américaine. Les mêmes conditions de la guerre qui nous ont fait battre par 5 000 avions et 6 000 chars peuvent nous donner, demain, la victoire par 20 000 chars et 20 000 avions.

Je dis l’intérêt supérieur de la Patrie ! Car cette guerre n’est pas une guerre franco-allemande qu’une bataille puisse décider. Cette guerre est une guerre mondiale. Nul ne peut prévoir si les peuples qui sont neutres aujourd’hui le resteront demain, ni si les alliés de l’Allemagne resteront toujours ses alliés. Si les forces de la liberté triomphaient finalement de celles de la servitude, quel serait le destin d’une France qui se serait soumise à l’ennemi ?

L’honneur, le bon sens, l’intérêt de la Patrie, commandent à tous les Français libres de continuer le combat, là où ils seront et comme ils pourront.

Il est, par conséquent, nécessaire de grouper partout où cela se peut une force française aussi grande que possible. Tout ce qui peut être réuni, en fait d’éléments militaires français et de capacités françaises de production d’armement, doit être organisé partout où il y en a.

Moi, Général de Gaulle, j’entreprends ici, en Angleterre, cette tâche nationale.

J’invite tous les militaires français des armées de terre, de mer et de l’air, j’invite les ingénieurs et les ouvriers français spécialistes de l’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui pourraient y parvenir, à se réunir a moi.

J’invite les chefs et les soldats, les marins, les aviateurs des forces françaises de terre, de mer, de l’air, où qu’ils se trouvent actuellement, à se mettre en rapport avec moi.

J’invite tous les Français qui veulent rester libres à m’écouter et à me suivre.

Vive la France libre dans l’honneur et dans l’indépendance !

Création des premiers comités français libres à l'étranger pour soutenir de Gaulle.

Le ministère de la guerre donne l'ordre d'annuler la nomination au grade de général du général de Gaulle.

Trois communistes sont fusillés à Bordeaux pour sabotage.

Front ouest
Prise d'Angoulême et de Grenoble par les troupes allemandes.

Les 3e, 5eet 8e armées françaises, prises au piège entre Epinal et Belfort, se rendent aux troupes allemandes.

Sur le front des alpes, l'offensive italienne atteint Menton.
le train armé n°2 italien appuie l’attaque, sortant et rentrant dans le tunnel du Cap Mortola.
Il est stoppé une fois que les français détruisent la sortie du tunnel à coup de canon.
Le train blindé 2 en train de bombarder Menton depuis le tunnel du cap Mortola


source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Texte de l'appel du 22 juin, Avanti Savoia (photo), electionpresidentielle.com, delpla.org
coule-1.jpg Mer du nord
Le croiseur auxiliaire allemand Pinguin quitte l'Allemagne pour aller attaquer les lignes de communications britanniques

Atlantique nord
Le U32 et le U30 attaquent au sud de l'Irlande les navires du convoi HX-49, dispersé la veille par l'attaque du U47. Le U32 coule le pétrolier norvégien Eli Knudsen et le U30 coule le cargo norvégien Randsfjord.
Le U65 coule le pétrolier français Monique près de Belle île.
Le U38 coule le cargo grec Neion au sud de la Bretagne.
Le U122 est porté disparu entre la mer du nord et le golfe de gascogne. Il est probablement coulé par une collision avec le navire San Filipe ou par un grenadage de la corvette britannique HMS Arabis.

source : UBoat.net, scharnhorst-class.dk

Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail en juin 1940

source : National Library of Wales

21 juin 1940

Publié le

france.gifLe groupe des plénipotentiaires français arrive dans la clairière de Rethondes pour la négociation d'armistice.
A 15h30 le général Keitel, chef d'état major général de la Wehrmacht lit le document d'armistice. Celui ci accuse la France d'être l'agresseur dans la guerre.
Il décrit ensuite les 24 conditions d'armistice. Celles ci ne peuvent être discutées mais seulement faire l'objet d'éclaircissements et d'explications.

Les conditions sont les suivantes
- partition de la France en 2 zones, occupés et non occupés. La zone occupée comprend les 2 tiers du territoire français.
- les prisonniers allemands sont à rendre aux allemands (ce qui n'est pas le cas des prisonniers français). De même, tout ressortissant allemand devra être livré aux allemands sur simple demande.
- les frais d'occupation sont à la discrétion du vainqueur
- l'armée française sera démobilisée et limité à des effectifs suffisants pour maintenir l'ordre (les discussions ultérieures porteront le nombre de soldat à 100 000)
- toute l'artillerie, la DCA, les armes d'infanterie et les avions militaires seront remis aux allemands. Les avions pourront être conservés si ils sont désarmés et mis en sécurité sous contrôle allemand.
- interdiction de produire du matériel de guerre sur le sol français.
- toutes les fortifications doivent êtres données aux allemands ou détruites.
- les navires de guerre français doivent être rapatriés dans leur port d'attache d'avant guerre et tous les navires, sauf ceux nécessaires à maintenir l'ordre dans les colonies, doivent être rapatriés en France. Les allemands précisent cependant qu'ils ne les utiliseront pas.
- tout français combattant les allemands sera considéré hors la loi par le gouvernement français.
- le trafic maritime commercial est interdit pour le moment. Tous les navires de commerce français doivent rentrer en France, ou se rendre dans un port neutre si ce n'est pas possible.
- aucun avion n'a le droit de décoller sur le territoire français sans accord allemand.
- aucune radio n'a le droit d'émettre sans accord allemand.
- le libre passage est accordé aux allemands sur tout le territoire français pour le transport de marchandise.
- mise en place d'une commission d'armistice pour en contrôler son application

A 20h30 le général Huntziger obtient l'autorisation de téléphoner au général Weygand pour lui rendre compte des conditions d'armistice.
Le problème si situe surtout au niveau des demandes concernant la flotte française. Les principaux ports d'attache d'avant guerre étant Brest et Cherbourg, ceux ci se trouvent donc majoritairement en zone d'occupation allemande.

Lecture de la convention d'armistice à la délégation française par le général Keitel.

Installation à Paris de la Wehrmachtverkehrsdirektion (WVD, direction des transports de l'armée allemande, la Wehrmacht), chargée de contrôler l'exploitation des chemins de fer.

A Beyrouth, le commandant en chef des forces françaises du Levant, le général de Larminat publie un ordre général manifestant sa volonté de poursuivre le combat.

Front ouest
Les allemands capturent Tours
En Ardèche, à Andance, le 6e Spahis repousse les avant-gardes allemandes.
Dans l'Ain, sur le plateau de Semine, la défense française arrête l'avancée allemande.

Sur le front des alpes, les italiens lancent une grande offensive avant les signatures d'armistice, pour pouvoir négocier en position de force.
Au col du Petit-Saint-Bernard, le fort de la Redoute-Ruinée est attaqué par la division motorisée Trieste. Les tirs des gros ouvrages dispersent l'assaut italien.

En Tarentaise, les troupes italiennes fortes de 52 000 hommes ne progressent que de quelques kilomètres face à 8 550 soldats français.

En Maurienne, 40 000 Italiens affrontent 13 000 Français. La bataille commence par un duel d'artillerie puis la division Brenerro, qui attaque, est mise en déroute.

Dans le Briançonnais, 30 000 soldats italiens attaquent 8 500 Français qui repoussent tous les assauts. La division italienne Sforzesca est repoussée par les armes automatiques du 91ème bataillon de chasseurs alpins. Le fort italien du Chaberton est en parti détruit par l'artillerie française.

Tourelle 5 du fort du chaberton détruite par l'artillerie française

Mortier schneider de 280mm utilisé pour la destruction du fort du chaberton

Création du groupement Cartier sur les arrières de l'armée des alpes. Il fait face au 16 corps de panzer, qui progresse vers Grenoble et Chambéry.

source : onwar.com, Avanti Savoia (photo), Texte complet de la convention d'armistice, guerre-mondiale.org
coule-1.jpgAtlantique nord
Le U65 coule le cargo néerlandais Berenice dans le gofle de Gascogne.
Le U52 coule le cargo finlandais Hilda dans le golfe de Gascogne.
Le U28 coule le navire spécial HMS Prunella au sud de l'Irlande.
Le U38 coule le cargo belge Luxembourg à l'ouest de Saint Nazaire.
Le U47 attaque le convoi HX-49 et coule le pétrolier britannique San Fernando au sud de l'Irlande.
Le U43 attaque le convoi 65-X et coule le cargo britannique Yarraville au sud ouest de Figueira da Foz.

source : UBoat.net
uk.gifRV Jones découvre que les allemands utilisent un code radio d'aide à la navigation aérienne nommé Knickebein. Winston Churchill ordonne le développement de contre mesures.
Henry Tizard, père de l'utilisation des radars dans le système de défense aérien britannique, démissionne. Frederick Lindmann (Lord Cherwell) est maintenant le principal conseiller scientifique de Winston Churchill.

source : onwar.com
roumanie2.gifLe roi Carol de Roumanie s'accorde des droits dictatoriaux pour "guider le moral et la vie matérielle de la nation".

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org


canada.gifIntroduction de la conscription, uniquement pour la défense du territoire national canadien.

source : Wikipedia