Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

21 Janvier 1942

Publié le par Fix

Les organes de résistance armés du parti communistes prennent le nom de Francs-tireurs et Partisans (FTP) sous la direction de Charles Tillon

source : guerre-mondiale.org, wikipedia



uk.gifFront ouest
La Luftwaffe commence une série de raids contre Londres et les ports du sud de l'Angleterre avec 400 avions.

source : Worldwar-2.net


Front de l'est
Front sud
Les troupes soviétiques percent les lignes de la XVIIe armée allemande dans la zone d'Izioum, dans le bassin du Donets.

source : guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord
Le général Rommel lance une nouvelle offensive en Cyrénaïque sans l'accord de ses supérieurs.
Les reconnaissances ont révélées que les britanniques sont mal positionnés et l'attaque allemande est rapidement un succès.

Les allemands utilisent 100 chars dans leur avance depuis El Agheila vers l'intérieur des terres, pendant que l'infanterie germano-italienne avance le long de la côte.

Les défenses avancées britanniques sont tenues par une brigade de la garde et une partie de la 1ere division blindée. Ils sont cependant complètement surpris par l'attaque germano-italienne.

La 21e division de panzer recapture rapidement Mersa Brega pendant que la 15e division de panzer avance sur Wadi Faregh et Agedabia

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, wikipedia, Worldwar-2.net
Front de méditerranée
Les attaques aériennes de l'aviation de l'axe ont neutralisé temporairement la capacité des forces britanniques sur l'île de Malte à attaque les convois italiens pour l'Afrique du nord.
Ces attaques permettent aux convois italiens de ravitailler les troupes en Libye et d'apporter des renforts en hommes et en matériel aux troupes du général Rommel.

source : guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
L'aviation japonaise bombarde à nouveau Kavieng et Rabaul. La batterie côtière de Rabaul est détruite dans l'attaque.

Lae et Salamaua, en Nouvelle-Guinée, sont bombardées elles aussi.

source : guerre-mondiale.org

Front de Malaisie
Les forces britanniques retraitent au sud de la Muar après avoir subit de forte pertes. La 45e brigade indienne et la 15e brigade britannique sont pratiquement détruites dans les combats.

Les raids aériens japonais sur Singapour augmentent en intensité et les quelques chasseurs Hurricane britanniques sont surclassés par les chasseurs japonais.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front de Chine
Le général américain Stilwell est nommé chef d'état major du maréchal Tchank Kai-chek suite à l'accord du gouvernement chinois

source : onwar.comguerre-mondiale.org, Worldwar-2.net
undefinedAtlantique nord
Le U130 coule le pétrolier norvégien Alexandra Høegh au sud de Shelburne, en Nouvelle Ecosse.
Le U754 coule le cargo norvégien Belize à l'ouest du Newfoundland.

source : UBoat.net
L'Espagne suspend ses relations diplomatiques avec la Pologne

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org



En Lituanie, l'organisation unie des partisans (Fareynegte Partizaner Organizatsye - FPO) est créée à Vilna. Celle-ci, créé par les représentants des mouvements de jeunesse sionistes dans le ghetto de Vilna est une conséquence des discussions tenues dans la nuit du 31 décembre 1941. Yitzhak Wittenberg, représentant des communistes, est choisit comme commandant du FPO.
La tache de l'organisation est de préparer la résistance armée qui doit avoir lieu quand les allemands viendront liquider le ghetto.
Les membres du réseau sont divisés en cellules de 5 personnes, organisées en escouades et en compagnies. Tous les partis et mouvements de résistance qui se sont unis pour la résistance sont représentés dans le commandement du FPO.

Le FPO envoi aussi des représentants dans les autres ghettos pour établir le contact et les tenir au courant de la campagne de génocide qui est en cours, et répandre l'idée de la résistance et de la rébellion.

Le principal problème du FPO reste l'obtention d'armes.


Photo d'une prisonnière prise à la libération du camp de Stanley en 1945. Elle présente la ration quotidienne de riz et de ragout pour sa cellule, qui comprend 5 personnes

A Hong-Kong, après avoir été enfermés durant 17 jours dans les bordels de la ville, les civils alliés sont transférés dans le camp d'internement de Stanley, ou ils découvrent que rien n'a été préparé pour leur venue. Les conditions de vie difficiles, le manque de nourriture et les maladies prévaudront durant toute la guerre causant la mort de 121 personnes.
Sur les 2800 internés, près de 2500 sont britanniques. La population adulte compte 1370 hommes, 858 femmes et 286 enfants de moins de 16 ans.

Serbes exécutés à Novi Sad par la gendarmerie hongroise

En Serbie, en Voïvodine, la gendarmerie hongroise massacre plus de 3800 personnes, dont 2578 Serbes et 1068 juifs, à Novi Sad, Becej, Vilovo, Gardinovci, Gospodinci, Durdevo, Žabalj, Lok, Mošorin, Srbobran, Temerin, Titel, Curug, et Šajkaš.

source : guerre-mondiale.org, wikipedia, Mémorial Yad-vashem, revisionistphotos.com, serbianna.com, wikipedia

20 Janvier 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front centre
La 4e armée de choc soviétique attaque la ville de Toropets, défendu par 2500 allemands. Les allemands tiennent toute la journée mais sont forcés de se rendre suite aux mouvements des troupes à skis soviétiques

source : La bataille de Moscou sur serpukhov.su
Front des Philippines
Les troupes alliées effectuent une contre-attaque dans la péninsule de Bataan. Les forces japonaises résistent, à l'exception de celles du secteur de Guitol, qui se replient plus au nord.
A l'ouest de la péninsule, les troupes japonaises continuent à s'infiltrer dans les lignes du 1er corps philippin.

source : guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
Les avions de 4 porte-avions japonais bombardent la base australienne de Rabaul, en nouvelle-bretagne, faisant d'importants dégâts dans le port.
La base de Kavieng, en Nouvelle-Irlande, est bombardé elle aussi.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front de Malaisie
Les britanniques lancent une contre-attaque pour tenter de reprendre Yong Peng, mais échouent dans leur tentative.

Les bombardiers japonais attaquent Singapour. 8 d'entre eux sont abattus par les Hurricanes de la RAF.

source : guerre-mondiale.org, wikipedia
Front de Birmanie
L'offensive japonaise en Birmanie continue avec l'arrivée de la 55e division japonaise à Moulmein, dans la région au nord de Tenasserim. La 17e division indienne défend la ville.
Les japonais utilisent les mêmes tactiques qu'en Malaisie, cherchant à prendre de flanc les troupes britanniques par la jungle.

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net
undefinedAtlantique nord
Le U552 coule le cargo grec Maro, retardataire du convoi ON-53, au milieu de l'Atlantique nord.

Mer des Célèbes
Le sous-marin américain S-36 coule dans la mer des Célèbes

source : UBoat.net, Hyperwar
Le général de Gaulle fait un discours à la BBC, déclarant que la France libre et l'Union Soviétique sont alliés
Il n'est pas un bon Français qui n'acclame la victoire de la Russie.
L'armée allemande, lancée presque entière à l'attaque, depuis juin dernier, d'un bout à l'autre de ce front gigantesque, pourvue d'un matériel énorme, rompue au combat et au succès, renforcée d'auxiliaires enchaînés au destin du Reich par l'ambition ou par la terreur, recule maintenant, décimée par les armes russes, rongée par le froid, la faim, la maladie
Pour l'Allemagne, la guerre à l'Est, ce n'est plus aujourd'hui que cimetières sous la neige, lamentables trains de blessés, mort subite de généraux. Certes, on ne saurait penser que c'en soit fini de la puissance militaire de l'ennemi. Mais celui-ci vient, sans aucun doute possible, d'essuyer l'un des plus grands échecs que l'Histoire ait enregistrés.

Tandis que chancellent la force et le prestige allemands, on voit monter au zénith l'astre de la puissance russe. Le monde constate que

ce peuple de 175 millions d'hommes est digne d'être grand parce qu'il sait combattre, c'est-à-dire souffrir et frapper, qu'il s'est élevé, armé, organisé lui-même et que les pires épreuves n'ébranlent pas sa cohésion.

C'est avec enthousiasme que le peuple français salue les succès et l'ascension du peuple russe. Car la libération et la vengeance deviennent de ce coup pour la France de douces probabilités. La mort de chaque soldat allemand tué ou gelé en Russie, la destruction de chaque canon, de chaque avion, de chaque tank allemand, au grand large de Leningrad, de Moscou ou de Sébastopol, donnent à la France une chance de plus de se redresser et de vaincre.

Mais si, dans l'ordre stratégique, rien ne s'est encore produit de plus fructueux que l'échec infligé à Hitler par Staline sur le front européen de l'Est, dans l'ordre politique l'apparition certaine de la Russie au premier rang des vainqueurs de demain apporte à l'Europe et au monde une garantie d'équilibre dont aucune Puissance n'a, autant que la France, de bonnes raisons de se féliciter. Pour le malheur général, trop souvent depuis des siècles l'alliance franco-russe fut empêchée ou contrecarrée par l'intrigue ou l'incompréhension. Elle n'en demeure pas moins une nécessité que l'on voit apparaître à chaque tournant de l'Histoire.

Voilà pourquoi la France qui combat va lier son effort renaissant à l'effort de l'Union Soviétique. Il va de soi qu'une telle coopération ne nuira aucunement - bien au contraire à l'action qu'elle mène en commun avec ses autres alliés. Mais, dans l'année décisive qui vient de s'ouvrir, la France Combattante prouvera sur les champs de bataille actifs et passifs de cette guerre qu'elle est, malgré son malheur provisoire, l'alliée désignée de la Russie nouvelle.

Bien entendu, dans ce domaine, la France n'attend des traîtres et des lâches qui l'ont livrée à l'ennemi rien autre chose que leur fureur. Ces gens-là ne manqueront pas de crier que notre victoire aux côtés de la Russie entraînerait chez nous ce bouleversement social dont ils ont peur par-dessus tout. La nation française méprise cette insulte supplémentaire. Elle se connaît assez bien pour savoir que le choix de son propre régime ne sera jamais que sa propre affaire. Et, d'ailleurs, elle n'a payé que trop cher l'alliance honteuse des privilèges et l'internationale des Académies.

La France qui souffre est avec la Russie qui souffre. La France qui combat est avec la Russie qui combat. La France, sombrée au désespoir, est avec la Russie qui sut remonter des ténèbres de l'abîme jusqu'au soleil de la grandeur.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, MediasLibres.com
Une conférence se tient dans une villa de Wannsee, dans les faubourgs de Berlin, pour discuter des mesures à prendre et de la coordination interministérielle nécessaire pour mettre en place la "solution finale" au problème juif.
La conférence a lieu à l'initiative de Reinhard Heydrich, bras droit d'Himmler et chef du RSHA (l'Office central de la sécurité du Reich), qui a reçu l'autorisation du maréchal de l'air Hermann Goering pour élaborer un programme destiné à résoudre le "problème juif".

Reinhard Heydrich a convoqué les directeurs des principales agences du gouvernement qui auront à coopérer pour que le plan réussisse. Le but de cette conférence n'est pas de prendre la décision de tuer tous les juifs pour résoudre le "problème juif", mais d'examiner les façons de mettre en place cette décision, qui a déjà été prise.

Les membres de la conférence sont les suivants.

- Reinhard Heydrich, SS-Obergruppenführer, chef du RSHA (Office central de la sécurité du Reich)
- Adolf Eichmann, SS-Obersturmbannführer au RSHA, chef du département B-4 de la Gestapo, responsable de la logistique de la Solution finale
- Le Dr. Josef Bühler, secrétaire d'État et premier adjoint du Dr. Hans Frank dans le Gouvernement Général de Pologne
- Le Dr. Georg Leibbrandt, secrétaire d'État au ministère des territoires de l'Est occupés
- Martin Luther, sous-secrétaire d'État au ministère des Affaires étrangères
- Le Dr. Roland Freisler, secrétaire d'État au ministère de la Justice
- Le Dr. Alfred Meyer, secrétaire d'État au ministère du Reich
- Heinrich Müller, SS-Gruppenführer, chef du département IV (Gestapo) du RSHA
- Otto Hofmann, SS-Gruppenführer au Bureau central pour la Race et la Colonisation, département du RSHA
- Erich Neumann, secrétaire d'État au Bureau du plan quadriennal
- Le Dr. Gerhard Klopfer, SS-Oberführer à la Chancellerie du Parti, dirigée par Martin Bormann
- Le Dr. Karl Schöngarth, SS-Oberführer, commandant le SD (le service de renseignement du parti nazi) dans le Gouvernement Général de pologne
- Friedrich Wilhelm Kritzinger, de la Chancellerie du Reich
- Le Dr. Wilhelm Stuckart, secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur
- Le Dr. Rudolf Lange, SS-Sturmbannführer, commandant le SD en Lettonie.


Liste des juifs d'Europe, classés par pays, apporté par Heydrich à la conférence

Reinhard Heydrich commence la conférence par un discours reprenant l'historique des mesures prises depuis 1933, plaçant le nombre de juifs allemands et autrichiens ayant émigrés à 530000 jusque 1941. Il ajoute que 11 millions de juifs sont encore en Europe, dont 500000 seulement dans des zones qui ne sont pas sous contrôle allemand, et que puisque l'émigration est maintenant interdite
Une autre solution possible au problème a pris la place de l'émigration, l'évacuation des juifs à l'est
Cette solution n'est que temporaire mais que des "expériences pratiques" ont déjà été menés pour la "future solution finale à la question juive".
Sous une direction appropriée, au cours de la solution finale, les juifs doivent être répartis à un travail approprié à l'est. Les juifs sains, séparés selon leur sexe, seront menés en larges colonnes de travail par la route à ces zones de travail, voyage durant lequel une large partie sera éliminée de causes naturelles. Le reste, puisque ce sera sans aucun doute la portion la plus résistante, devra être traité en conséquence, car c'est le produit de la sélection naturelle qui, si ils étaient relâchés, agiraient comme la graine de la renaissance juive.
Les mesures doivent être prises en priorité en Allemagne, en Autriche et en Bohème Moravie.

Tous les participants étant directement ou indirectement impliqués dans les massacres de masse qui sont déjà en cours, les paroles de Reinhard Heydrich ne sont pas ambiguës et font référence à des comportements précis.

Le sort des juifs étant marié à des Aryens est aussi évoqué mais cette question n'est pas résolue durant la conférence.
Aucune objection n'est présentée par les membres de la conférence et la conférence prend fin après 60 à 90 minutes.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, Mémorial Yad-vashem, History place - Holocaust Timeline, wikipedia

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 20 Janvier 1942 : "Bien sur que nous sommes Pan-américains! regardes voici notre poèle (jeu de mot intraduisible, pan=poèle)"

sur le pilier: conférence panaméricaine
sur la poèle : pour faire frire la démocratie
Par terre : infiltrateurs de l'axe

source : CartoonHub

19 Janvier 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front centre
L'armée rouge libère Mozhaysk après de dures batailles de rue. C'était le dernier point d'appui allemand proche de Moscou

Des parachutistes soviétiques sont largués au sud de Smolensk pour aider l'organisation de l'action des partisans sur les arrières allemands.

Front sud
Le maréchal Von Bock est nommé commandant du groupe d'armées sud en remplacement du maréchal Von Reichenau, décédé le 17 janvier.

Affiche de propagande soviétique pour inciter les civils à se révolter contre les allemands derrière les lignes
"Provoquez la guerre de partisans sur les arrière-fronts fascistes".
"Détruisez les communications" (sous la première image)
"les routes et les ponts" (sous la 2ème image)
"le combustible, les dépôts" (sous la 3ème image)
"les bandes de l'ennemi" (sous la 4ème)

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, mémorial de caen (photo)
Front d'Afrique du nord
Le général Auchinleck, commandant en chef des troupes britanniques en Afrique et au Moyen orient, fixe Tripoli comme objectif à la VIIIe armée.

source : guerre-mondiale.org
Front des Philippines
Les américains lancent des contre-offensives dans la péninsule de Bataan, mais celles-ci sont des échecs.

Les troupes japonaises atteignent les environs de Guitol et se heurtent à la 31e division philippine.

source : guerre-mondiale.org
Front de Malaisie
Les britanniques se replient suite à une attaque japonaise sur Yong pen, qui capturent la crète.

Le général Wavell avertit Winston Churchill que Singapour ne pourra pas tenir longtemps, les défenses de la forteresse étant pointés vers la mer et non vers la terre, un assaut venant de la terre n'ayant pas été envisagé lors de la construction des ouvrages de défenses.
Le premier ministre britannique répond que Singapour doit être défendu et qu'il "n'est pas question de prendre en considération une reddition avant que des combats prolongés aient eux lieu dans les ruines de la ville de Singapour"
Le général Wavell ordonne donc au général Percival de préparer l'île de Singapour à un siège.

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, wikipedia
Front des indes néerlandaises
L'intégralité de la partie britannique de Bornéo est maintenant sous contrôle japonais

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net


undefinedAtlantique nord
Le U123 coule le cargo letton Ciltvaira et les cargos américains Norvana et City of Atlanta au large de la Caroline du Nord. Il endommage aussi le pétrolier américain Malay.
Le U66 coule le paquebot canadien Lady Hawkins a 150 miles au large de la Caroline du nord
Le U581 coule chalutier anti-sous-marin britannique HMS Rosemonde au nord est des Açores

source : UBoat.net

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 19 Janvier 1942 : "des principes de business sain, bon sang"

sur le journal: production et plus de produits
Texte :
- capitaliste de l'arrière : Je suis désolé, une augmentation est impraticable, se serait une perte sèche pour mes actionnaires après la guerre
- Politicien : Vous voulez dire, la guerre que nos camarades vont gagner avec les outils que vous le leur donnerez pas?

source : CartoonHub

18 Janvier 1942

Publié le par Fix

Le général De Gaulle prononce un discours à destination des musulmans de France à l'occasion de l'Hégire.
Citoyens, sujets et protégés musulmans de l'Empire français; Algériens, Marocains, Tunisiens de l'Afrique du Nord; Musulmans de l'Afrique Occidentale française, du Sénégal, de la Guinée, de la Côte d'Ivoire, du Dahomey, du Niger, de la Haute-Volta, du Soudan français, de la Mauritanie, et l'ensemble de l'Islam noir, à vous tous, qui comptez plus de 20 millions d'êtres humains et en qui nous saluons la France musulmane, je suis heureux, en ce premier jour de la 1361e année de l'Hégire, la nouvelle année musulmane, de vous souhaiter, en mon nom personnel et au nom de la France Libre, une année de bonheur et de prospérité.

Les Musulmans de l'Empire français ont, jusqu'à présent, échappé à la domination de l'ennemi de la race humaine, à l'envahisseur dont le seul désir est de voir disparaître toute liberté et toute trace des religions autres que celle du Wotan germanique, dont l'ambition est d'exterminer toute autre race, pour maintenir la suprématie et la domination de la race teutonne.

La France musulmane, du Niger à Casablanca, qui, pendant la guerre de 1914-1918, a grandement contribué à la victoire de la France, est, nous en sommes sûrs, restée française de cœur aux pires heures de la présente guerre et, le moment venu, ne manquera pas de contribuer de toutes ses forces, avec tous les patriotes français, à la libération de la France tout entière. La France Libre a déjà, au cours de ces derniers dix-huit mois, contribué à la libération de terres chères à l'Islam. Ses forces grandissent de jour en jour. Une nouvelle division de soldats français de la Libération est sur le point de participer, avec nos alliés les Anglais, à la libération de la Libye musulmane de la terreur germano-italienne, destructrice des races et des religions.

Bientôt, les Musulmans de l'Afrique du Nord verront s'approcher d'eux des troupes de la France Libre en coopération avec les Alliés. Je souhaite que l'année nouvelle vous accorde, à vous comme à nous, le bonheur de nous réunir bientôt dans le combat, pour libérer du joug et de l'influence des ennemis, la France elle-même et l'Empire français tout entier.
Français musulmans, avec nous !

source : MediasLibres.com

Front de l'est
Front centre
L'armée rouge continue d'avancer au sud du dispositif soviétique. Elle n'est plus qu'à 110 kilomètres de Smolensk et menace Velikiye Luki

Le général Levashov repousse une opération de parachutage du 4e corps parachutiste soviétique, sur les arrières allemands dans la zone de Vyazma, suite au manque d'avion de transport

Front sud
Les troupes des fronts sud et sud ouest soviétiques lancent une offensive au travers du Donets, dans la région d'Izioum. Leur but est de se diriger vers le sud, jusque la mer d'Azov, pour encercler les VIe et XVIIe armées allemandes.

En Crimée, les allemands relancent leurs offensives pour capturer Fedosia.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, pobediteli
Front de Malaisie
Les troupes du général Nishimura attaquent sur Bakri, dans la région de Muar-Yong Peng et réussissent presque à encercler ce qui reste de la 45e brigade indienne.
La 53e brigade britannique et 1 bataillon arrivent en renfort à Yong pen.

De nouveaux débarquements japonais ont lieux au nord de Batu Pahat. Le commandement britannique ordonne le repli pour éviter l'encerclement.

Batterie anti-char du sergent Parson tirant sur des chars Ha-Go japonais sur la route Muar - parit sulong le 18 janvier 1942. 1 char est détruit et 5 autres subiront le même sort

soldats japonais mort au pied d'un char Ha-Go japonais détruit


source : guerre-mondiale.org, wikipedia
Front de Birmanie
L'aéroport de Tavoy est attaqué par les japonais. Les 3e et 6e bataillons birmans sont submergés et forcés d'évacuer la ville en désordre.
Mergui est évacué par sa garnison, qui reflue sur Rangoon.

L'envoi d'une division chinoise pour soutenir les britanniques est décidé.

source : guerre-mondiale.org, wikipedia, Worldwar-2.net

undefinedAtlantique nord
Le U66 coule le pétrolier américain Allan Jackson au large de la Caroline du nord.
Le U552 coule le cargo américain Frances Salman au large du Newfoundland.
Le U86 coule le cargo grec Dimitrios G. Thermiotis, retardataire du convoi SC-63, au large du cap Race au Newfoundland.

Pacifique nord
Le sous-marin américain USS Plunger coule le cargo japonais Eizan Maru au sud de Kobe, au Japon

source : UBoat.net, Hyperwar
Une convention militaire est signée à Berlin entre l'Allemagne, l'Italie et le Japon. Celle-ci pose les lignes directrices pour les opérations communes contre les ennemis communs.

source : guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org

17 Janvier 1942

Publié le par Fix

Le BCRA, devient le BCRAM (bureau central de renseignements et d'action militaire).

source :
guerre-mondiale.org



Front de l'est
Front nord
Le maréchal Von Küchler remplace le maréchal von Leeb  la tête du groupe d'armées nord.

Front sud

Le Maréchal Von Reichenau meurt d'un accident vasculaire cérébral alors qu'il retournait en Allemagne.


Affiche française mettant en rapport les territoires conquis à l'est avec ce qu'aurait gagné l'allemagne en Angleterre

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, wikipedia, mémorial de caen (photo)
Front d'Afrique du nord
Les 5500 hommes de la garnison italo-allemande de la passe d'Halfaya, à la frontière entre le Libye et L'Egypte, se rendent.
La garnison tenait depuis le début de l'opération Crusader sous le commandement du pasteur allemand Hauptmann Wilhelm Bach, mais n'avais plus de vivre et d'eau. Sa survie ne dépendait plus que des quelques parachutages, insuffisant pour tenir plus longtemps.

Cette reddition marque la fin des opérations à la frontière et la sécurisation totale de la cyrénaïque par la VIIIe armée britannique.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, wikipedia, Worldwar-2.net
Front des Philippines
le 2e corps philippin contre-attaque, sous les ordres du général Parker, dans le secteur est de la péninsule de Bataan, dans la région d'Abucay, sans succès décisif.
A l'ouest de la péninsule, les défenseurs de Moron sont forcés de se replier au sud de la ville.

source : guerre-mondiale.org
Front de Malaisie
La 45e brigade indienne et 2 bataillons australiens ont pour ordre de recapturer la ville de Muar, mais cette contre-offensive est un échec, la brigade indienne tombant dans plusieurs embuscades.
Les Japonais concentrent leurs troupes en vue d'une offensive au sud de la presqu'île de Malacca.

source : guerre-mondiale.org, wikipedia
Front des indes néerlandaises
Un nouveau débarquement japonais a lieu au nord de Bornéo, à Sandakan.

source : guerre-mondiale.org


undefinedAtlantique nord
Le U87 coule le pétrolier norvégien Nyholt à 180 miles du cap Race, au Newfoundland.
Le U203 coule le cargo norvégien Octavian au large du cap Race, au Newfoundland.

Méditerranée
Le U133 attaque le convoi MW-8B et coule le destroyer britannique HMS Gurkha.

Mer de Barents
Le U454 attaque le convoi PQ-8 au large de la péninsule de Kola en Russie, et coule le destroyer britannique HMS Matabele et endommage le cargo britannique Harmatris. Il coule aussi le chalutier soviétique RT-68 Enisej.
C'est la première attaque d'un convoi arctique.

source : UBoat.net, guerre-mondiale.org, onwar.com, wikipedia 

16 Janvier 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front centre
L'offensive soviétique sur Toropets et Holm permet aux soviétiques de libérer Andreapol après de durs combats. La capture de cette ville permet de créer un trou dans la ligne allemande, permettant à la IVe armée de choc de se précipiter sur Toropets



"Détruisons la vipère fasciste!"

source : La bataille de Moscou sur serpukhov.su, mémorial de caen (photo)
Front des Philippines
A l'ouest de la péninsule la 51e division philippine est repoussée. Les japonais franchissent le Batalan.
Dans la région du mont Natib, les Japonais progressent vers le sud par la vallée de l'Abo-Abo.
A l'est, l'avancée japonaise est stoppée par la 41e division philippine.
Les pertes américains sont élevées dans la péninsule de Bataan alors que les japonais poussent les défenseurs à retraiter.

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net

Front de Malaisie
Les combats sur la Muar continuent et les japonais gagnent du terrain
Des troupes japonaises continuent de débarquer dans la région du Batu Pahat.

source :onwar.com, guerre-mondiale.org
Front de Birmanie
Suite à une attaque japonaise, les troupes britanniques sont encerclées à Myitta et menacées à Tavoy.

source : guerre-mondiale.org


Donald Nelson est nommé à la tête du conseil chargé de la production de guerre.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org



uk.gifM. Cripp est remplacé par M. Kerr comme ambassadeur britannique à Moscou.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org



10000 personnes commencent à être déportés de Lodz vers le camp d'extermination de Chelmno. Les allemands ont préalablement forcés le chef du Judenrat, M. Chaim Rumkowski, à établir une liste de candidats à la déportation et d'organiser les rassemblements aux portes du ghetto. M. Rumkowski n'est pas au courant des buts de cette déportation.
Un comité est nommé et reçoit l'ordre de sélectionner les victimes parmi ceux de la catégorie "Social-A", c'est à dire ceux condamnés pour des offenses (qui seront déportés avec leur famille), et parmi les chômeurs. Seul les gravement malades, les enfants malades, les habitants d'une maison de vieillesse, les fonctionnaires et les Rabbins sont exemptés. Ceux qui ne se présentent pas comme demandé sont apportés aux points de rassemblement par la police juive.
La première déportation inclue aussi des déportés venant d'Allemagne, des groupes de juifs et de Tziganes qui vivent à part dans le ghetto depuis octobre 1941.
Des points de rassemblement les victimes sont transportées au camp de Chelmni sous une lourde escorte allemande. Tous les déportés sont exécutés le jour de leur arrivée ou le jour suivant.

Le gouvernement soviétique rend publique un document, trouvé à Klin, signé par le maréchal von Reichenau. Ce document avait été fait lors de la préparation de la campagne pendant qu'il commandait la VIe armée et ordonne aux troupes allemandes d'être "sans merci" avec la population civile.

source : Mémorial Yad-vashem, guerre-mondiale.org, onwar.com

15 Janvier 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front centre
Le groupe d'armées centre évacue le secteur de Kaluga et retraite pour se placer sur une nouvelle ligne défensive à 30 kilomètres à l'ouest.


Carte de la contre offensive soviétique face au groupe d'armées centre de décembre 1941 à février 1942. On distingue le "saillant de Rzhev" qui risque l'encerclement par les 2 offensives soviétiques, risquant de se transformer en pinces.

Front sud
Les troupes italiennes sont violements attaqués par les forces soviétiques.

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, West Point (carte)
Front des Philippines
La 1ere division philippine, défendant le secteur de Morong, est bombardée lourdement par les troupes japonaises.
Les forces japonaises profitent d'un trou dans la défense allié sur la ligne Silangan-Natib pour établir des positions sur la crête de Mauban, menaçant les arrières des troupes alliées.
Les contre-attaques alliées ne réussissent pas à déloger les japonais de la crète.

source : guerre-mondiale.org, wikipedia
Front de Malaisie
La bataille de Gemas se termine et les australiens de la 8e division doivent se replier après avoir infligé plus de 600 pertes aux troupes japonaises.
Les australiens sont engagés à Batu Anam.

Sur la rivière Muar la 45e brigade indienne, nouvelle et peu entraînée, est prise de flanc par les japonais de la garde impériale. La brigade est détruite dans la bataille.
Les troupes indiennes restantes se replient en tentant de retarder les japonais.

Le quartier général de l'ABDA est transferé sur Bandung, à Java.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, Wikipedia, wikipedia
Front de Birmanie
L'invasion de la Birmanie commence depuis la thaïlande.
La 55e division japonaise avance au nord de Merguia

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, wikipedia, Worldwar-2.net
Front de Chine
La 9e brigade indépendante japonaise réussit à arriver sur la rivière Sinchiang, terminant ainsi sa retraite de Changsha. Cette retraite marque la fin de la 3e bataille de Changsha, qui se solde par une défaite totale japonaise et la reddition de près de 70000 soldats japonais, Changsha restant aux mains des forces chinoises.

source : wikipedia
undefinedAtlantique nord
Le U203 coule le chalutier portugais Catalina à l'ouest du Newfoundland.
Le U123 coule le pétrolier britannique Coimbra au large de Long Island, dans l'état de New York
Le U552 coule le cargo britannique Dayrose au sud ouest du cap Race au Newfoundland.
Le U93 est coulé par le destroyer britannique HMS Hesperus à l'ouest de Gibraltar.

Méditerranée
Le U577 est coulé par un avion swordfish britannique au nord ouest de Mersa Matruh

source : UBoat.net
le département d'état américain fait circuler un mémorandum métant en valeur sa position sur le respect de la souveraineté française sur les bases que les Etats-Unis prévoient de construire dans les territoires français du pacifique.

source : The world at war
Les ministres des affaires étrangères des républiques américaines se réunissent, à Rio de Janeiro, pour la 3e fois.
L'ensemble des délégués propose que "les peuples américains ne pourront maintenir leurs relations avec l'Axe".
L'Argentine s'y oppose.

source : guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
Un accord est signé à Londres par la Grèce et la Yougoslavie pour une union balkanique
Ayant observé l'expérience passée et plus particulièrement les expériences récentes, qui ont démontrées qu'un manque de compréhension entre les peuples balkaniques a provoqué leur exploitation par une puissance agressive ... et considérant que pour assurer l'indépendance et la paix des états balkaniques, le principe fondamental de leur politique doit être le principe suivant "Les Balkans aux peuples balkaniques".

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org

14 Janvier 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front centre
Au nord du dispositif, les soviétiques libèrent Selijarovo au nord ouest de Rzhev.
Au centre Medyn est libérée.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front des Philippines
Nouvelle attaque japonaise sur les positions des 41e et 51e divisions philippines.
La 41e division est forcé de retraiter au delà du Balantay.

A l'ouest d'autres violentes attaques japonaises ont lieux sur le 1er corps américano philippin, continuant leur progression sur Moron.

Pièges antichars américains du coté de la crête de Mauban

source : wikipedia, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net

Front de Malaisie
Les forces japonaises entrent en contact avec les troupes de la 8e division australienne pour la première fois à Gemas. Les troupes australiennes défendent le pont de Gemencheh. Les australiens tendent une embuscade aux japonais et font sauter le pont avant qu'ils en prennent le contrôle. Les pertes japonaises sont sévères.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org
undefinedAtlantique nord
Le U43 attaque le convoi ON-55 au sud de l'Islande et coule le cargo britannique Empire Surf et le cargo panaméen Chepo.
Le U123 coule le pétrolier panaméen Norness au large de Long Island, dans l'Etat de New York.

source : UBoat.net
Atlantique nord
Le corsaire allemand Thor quitte l'estuaire de la Gironde pour sa seconde croisière contre le trafic maritime allié.

Mer du nord
Le cuirassé allemand Tirpitz, sister-ship du Bismarck, ainsi que les destroyers Richard Beitzen , Bruno Heinemann , Paul Jakobi et Z29 quittent Wilhelshaven, en Allemagne, pour se diriger sur le Fjord de Trondheim, en norvège.
Le mouvement de l'escadre allemande n'est pas détecté par les britanniques.

source : ahoy mac's web log, German-navy.de, Worldwar-2.net
uk.gif La première conférence de Washington, aussi appelé conférence d'Arcadia, se termine. Celle-ci, commencé le 22 décembre 1941, à permi de mettre en place l'ABDA (commandement unifié du pacifique sud ouest) sous le commandement du général Wavell, la mise en place de l'arrivée des troupes américaines en Grande-Bretagne, la planification de la poursuite de la campagne de bombardement sur l'Europe allemande et la confirmation de la politique Germany First, consistant à faire passer en premier le théâtre européen par rapport au théâtre asiatique.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net
1800 entreprises européennes sont mises sur une liste noire aux Etats-Unis. Personne aux Etats-Unis ne peut faire du commerce ou des transactions financières avec ces entreprises. Les officiels expliquent que ces entreprises peuvent regagner la confiance des Etats-Unis en montrant qu'ils ont coupés complètement les relations financières avec l'ennemi.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
Les déportations des juifs néerlandais commencent avec la déportation des néerlandais juifs de la ville de Zandam. Les juifs néerlandais ont ordre d'aller à Amsterdam et les juifs étrangers sont déportés au camp de Westerbork.
Le plan allemand est de faire du pays une zone Judenrein (purifié des juifs)

source : Mémorial Yad-vashem

13 Janvier 1942

Publié le par Fix

Le général De Gaulle prononce un discours à londres, au déjeuner de l'english speaking union
Au moment où commençaient à paraître les signes précurseurs du grand drame d'aujourd'hui, M. Litvinoff disait : " La paix est indivisible. "

Je pense que ce grand serviteur de son grand pays entendait exprimer, par là, cette loi de solidarité que la menace commune dictait aux peuples libres et dont il faut reconnaître qu'elle fut tardivement obéie. Il semble, en effet, que les épreuves, une fois de plus déchaînées sur le monde par l'Allemagne et ses satellites, ont durement atteint le crédit de certaines formules d'isolement, dont on prétend qu'elles entraient naguère dans l'évangile politique des États.
Il semble que les nations du parti de la liberté aient, maintenant, assez vérifié que, quand l'inondation vient à ébranler les digues, il vaut mieux courir les renforcer que de s'enfermer chez soi.

Cependant, la paix indivisible mourut d'avoir été divisée. La guerre a donc pris sa place sur d'immenses étendues de terre, de mer et de ciel. Or, à mesure qu'elle se développe, on constate que la guerre, elle aussi, est indivisible et que, pour être menée sur des théâtres d'opérations différents et dans des conditions diverses, elle ne forme qu'un tout dans lequel le succès ou le revers de l'un est le succès ou le revers des autres et qui n'a point d'autre issue que la victoire commune ou l'effondrement général.

L'acceptation, désormais générale, de l'effort en commun doit permettre aux nations libres de l'emporter quelque jour sur leurs éternels adversaires. Mais, hélas, ce n'aura pas été sans sacrifices très graves pour celles d'entre elles que leur situation ou leur ardeur ont portées les premières au combat. Dans les conflits sans cesse renaissants qu'ont, depuis trois quarts de siècle, déchaînés sur le monde les ambitions germaniques, de précieuses avant-gardes furent, plus ou moins isolément, affaiblies, puis écrasées. Je ne crois pas qu'il y ait sur la terre un seul homme qui ne pense que ce fut le cas de la France.

Or, le malheur de la France n'a pas eu seulement pour résultat de la livrer à l'oppression des ennemis et de leurs collaborateurs.

Mais ceux-ci, comme ceux-là, y puisent inlassablement et, j'ajoute, non sans habileté, tous les arguments imaginables pour séparer le peuple français de ceux qui luttent pour la cause même à laquelle il s'est sacrifié. " Voyez, disent aux Français ces corrupteurs intéressés, ce qu'il vous en a coûté de vous tenir pour solidaires de ceux qui se disent vos alliés. En 1870, la France se trouvait seule dans sa lutte contre l'Allemagne. Lors de la dernière guerre, elle a payé la victoire commune beaucoup plus cher qu'une autre nation et, cependant, qui donc l'àida à empêcher l'ennemi vaincu de reconstituer ses forces pour l'attaque ?

Quant aux terribles événements de mai-juin 1940, ils ont démontré à quel point les démocraties étaient, ou bien indifférentes au sort de la France, ou bien impuissantes à lui porter efficacement secours. Au total, affirment aux Français les doctrinaires du soit disant Ordre européen, vous avez subi depuis soixante-dix ans des pertes immenses, vu perdre sur les champs de bataille ou s'épuiser dans les camps de prisonniers le meilleur de votre jeunesse, supporté sans répit d'écrasantes charges militaires. Et, cependant, où en êtes-vous ? Trois invasions, la dépopulation, la ruine, la division nationale, voilà le bilan! Pour quelle contrepartie ? Vous voyez bien que votre sécurité, votre prospérité, votre grandeur, votre avenir, ne sont pas du côté que vous pensiez. Renoncez donc à vos illusions. Renversez vos alliances et venez à ces puissants voisins du continent, dans le concours et l'amitié desquels vous trouverez la paix, la richesse et, qui sait ? Peut-être la gloire. "

Est-il besoin de décrire ici ce qu'aurait de désastreux, pour la France sans doute, mais aussi pour l'ordre du monde, l'abandon par le peuple français de ce qui fut jusqu'à présent son idéal?

Y aurait-il un équilibre possible, aussi bien dans l'ordre matériel que dans l'ordre moral, si, par désespoir et par impossible, la France se décidait un jour à séparer son destin extérieur de celui des démocraties de l'Ouest ? A quoi servirait même d'avoir, pour un temps, écrasé le germanisme et ses satellites d'agression s'ils devaient ensuite retrouver dans la déception irritée et humiliée de la France les raisons de se redresser ? Il suffirait de regarder une carte ou de relire l'Histoire pour reconnaître, si par hasard on était porté à l'oublier, que la sécurité et la liberté du monde ne se passeront jamais de la France, dont elles ne se sont jamais passé.

Sans doute l'ennemi, malgré les théories des propagandistes à sa solde, a-t-il peu d'espoir d'obtenir dans cette guerre même le concours actif de la nation française. Il sait bien que sa seule présence sur le sol de la patrie et l'espoir de la libération suffisent à rendre impraticable, pour le moment, une réconciliation réelle. Et c'est bien pourquoi, d'ailleurs, les indignes objurgations de ses complices de Vichy, suppliant celui qu'ils appellent le vainqueur de rendre les prisonniers, de réduire l'occupation ou de renoncer au pillage, ne peuvent aboutir à rien. Mais l'ennemi compte bien faire en sorte que, par la neutralisation honteuse d'une partie du territoire et de l'Empire tout entier, la France perde décidément le sentiment et le goût de combattre l'Allemand et accumule dans son orgueil blessé tous les griefs possibles contre ses amis naturels. Ainsi, quelle que puisse être l'issue du conflit, la France, divisée, humiliée, mécontente d'elle-même et des autres, deviendrait jusqu'en ses profondeurs accessible aux conseils de ceux qui la poussent à chercher la grandeur et la gloire du côté opposé à celui où elle les attendait.

Le soi-disant Armistice, conclu entre l'ennemi et Vichy, est l'instrument merveilleux dont Hitler cherche à tirer cette corruption de la nation française. En juin 1940, rien ne l'empêchait d'achever l'occupation du territoire. Rien ne l'obligeait à accorder aux traîtres et aux misérables qui imploraient sa générosité les apparences d'un gouvernement français. Il pouvait, d'un revers de main, écarter le triste personnage qui prétendait traiter avec lui de soldat à soldat et il lui était facile d'établir, de Lille à Marseille et de Bordeaux à Strasbourg, des Gauleiters en titre. Mais il jugea bien préférable de laisser à la nation et au monde l'illusion que la France conservait quelque chose comme l'indépendance et comme la souveraineté. Grâce à cette colossale supercherie, il maintenait l'Empire hors de la guerre et organisait sa propagande à l'intérieur du pays, sous le couvert d'une autorité qui se disait nationale. Il rendait inévitables de multiples et profondes blessures entre ses propres adversaires et une France qu'il tenait dans sa main. Il conservait au-dehors, sous de fausses apparences françaises et aux frais du patrimoine français, d'utiles moyens d'action, d'information et de ravitaillement. Chaque fois, d'ailleurs, qu'il paraissait bon à sa stratégie d'utiliser directement quelque partie de l'Empire, de faire livrer par exemple l'Indochine au Japon ou de faire passer en Syrie ses escadrilles pour l'Irak, il savait comment arracher le consentement de gouvernants qui ne tirent leur raison d'être que de la capitulation. Il savait même comment faire assurer par eux, grâce à l'abus de la servitude militaire, la couverture de ses entreprises. Quant à la crainte de voir se redresser dans la lutte les gens qui se livrèrent à lui, lors même que, pour donner le change, ils se revêtent de la peau du sphinx, Hitler n'y cède pas une minute. Ce grand stratège de l'infamie sait trop bien qu'il est des abîmes d'où l'on ne saurait revenir, qu'il est politiquement et moralement impossible qu'un chef qui a ordonné de mettre bas les armes, souscrit à la servitude, glorifié le désastre, reçu les honneurs de l'ennemi, puisse jamais crier : " En avant! " et devenir le champion de l'honneur et de la guerre.

Il suffit d'évoquer le caractère abominable de Vichy pour comprendre les motifs qui inspirent la conduite de tous les Français combattants. Si, dans le désastre momentané de la France, ils ont choisi de poursuivre la lutte aux côtés de ses alliés, ils l'ont fait sans doute pour répondre à la voix sévère de l'honneur. Mais ils l'ont fait également pour les raisons les plus hautes de politique mondiale et d'intérêt national. Ils l'ont fait dans l'esprit même qu'exprimait, le 13 juin 1940, M. Paul Reynaud, quand il appelait le peuple américain au secours de la France. Vous vous souvenez qu'en ces heures tragiques le Président du Conseil français, auprès de qui l'homme qui vous parle avait l'honneur de se trouver comme membre du Gouvernement, décrivait le péril mortel que courait sa patrie pour la cause de la liberté et invitait les démocraties à payer la dette qu'elles devaient à leur avant-garde. Bien que cet appel désespéré n'ait pu être suivi d'effet, des Français prirent la guerre, pour la France, au point même où d'autres la terminaient par la capitulation. Ils l'ont prise avec ses risques et ses souffrances. Ils l'ont prise avec ses champs de bataille. Ils l'ont prise avec ses fusillades, ses noyades et ses bombardements. Ils l'ont prise avec les outrages, les condamnations, les représailles que les lâches et les traîtres leur distribuent abondamment.

Mais ils l'ont prise avec ses conditions. Ils l'ont prise moyennant cette solidarité générale dans le respect mutuel, l'effort combiné, l'acceptation réciproque des droits de chacun et, un jour, dans la victoire partagée, qui est la contrepartie indispensable des sacrifices de la France comme des sacrifices de chacun.

Grâce à ces Français-là, pas une minute la France n'aura été absente du camp des démocraties. Grâce à ces Français-là, le lien sacré qui unit leur patrie à la cause de la liberté n'aura pas été rompu. Parce que ces Français-là n'ont eu qu'un but et qu'une volonté : rassembler la France dans la guerre aux côtés de ses alliés, parce que ces Français-là rejettent avec horreur la neutralisation d'aucune partie de l'Empire d'aucune parcelle du territoire, d'aucune arme, d'aucune force de l'esprit, il y a toujours en ligne, dans les cinq parties du monde, des territoires français, des forces françaises, une pensée française et, malgré la tyrannie corruptrice de l'ennemi et des amis de l'ennemi, la flamme de l'espérance et de la résistance nationales flambe maintenant à leur exemple et à leur appel. Partout où ils ont chassé - hélas! non sans douleur, parfois -la déshonorante équivoque de Vichy, ils ont trouvé prêts à les suivre les Français qu'ils délivraient pour les mener au combat. Aux yeux de l'immense majorité de leurs concitoyens, ils apparaissent, désormais, comme les délégués libres de la nation enchaînée, chargés, par la confiance de tous ceux qui ne " collaborent" pas, de faire valoir les droits de la France et de parler en son nom parmi tous les peuples qui luttent pour la même cause.
Cette guerre indivisible exige que tous ceux qui combattent forment un tout, lié par la confiance, l'estime et la franchise. C'est donc, pour chaque nation, suivant le mot de Valéry, " le moment de se mettre d'accord avec ses arrière-pensées".

La France Combattante n'a rien à cacher de ce qui est sa volonté. Elle prétend vaincre les ennemis communs sur la même ligne que ses alliés, malgré l'effacement partiel et provisoire où l'a jetée une défaite due, surtout, aux cruelles blessures reçues naguère pour la cause de tous et à l'isolement où elle se trouva dans sa position d'avant garde. Elle prétend, pour y parvenir, refaire dans la lutte son unité nationale et son intégrité impériale, en écrasant à la fois l'ennemi qui l'opprime et les traîtres qui la paralysent, comme elle le fit au siècle de Jeanne d'Arc et au temps de la Révolution. Elle n'accepte pas que son bras, à mesure qu'il reprend des forces, puisse être détourné du but par l'illusion ou la combinaison. Elle ne veut pas voir, pour la conduire vers l'avenir et vers la grandeur, d'autre porte que la victoire aux côtés des peuples libres.

Car la France sait ce qu'elle doit au monde, comme le monde sait ce qu'il lui doit.

source : mediasLibres.com
Front de l'est
Front centre
La 1ere armée de choc soviétique est retirée, sur ordre direct de Staline, des troupes disponibles par le front de l'ouest dans l'offensive de Rzhev-Vyazma, la pince nord de l'offensive. La perte de cette armée va gêner l'avancée soviétique qui perdra de son allant alors même que la ligne allemande est percée.

Sur la pince nord, les troupes soviétiques reprennent Kirov, agrandissant la poche réalisée entre les 2nd et 4e groupes de panzer

source : guerre-mondiale.org, La bataille de Moscou sur serpukhov.su
Front des Philippines
Les forces japonaises continuent leurs attaques à l'est du mont Natib, menaçant le flanc gauche du 2nd corps allié.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, Worldwar-2.net


Front de Malaisie
La 18e division britannique arrive en renfort à Singapour, avec un convoi de ravitaillement.

source : guerre-mondiale.org


undefinedAtlantique nord
Le U130 coule le cargo panaméen Friar Rock a 110 miles au sud ouest du cap Sable, en Nouvelle Ecosse, et le cargo norvégien Frisco au large de Long Island, dans l'Etat de New York.

Ces actions marquent le début réel de l'opération Paukenschlag, (coup de timbales) consistant à attaquer les navires de commerce alliés au large des côtes américaines.

Cette opération marque le début de la seconde période faste pour les sous-marins allemands. Les conditions de guerre n'ayant pas encore été appliquées, les positions des navires marchands sont fréquemment données par radio, et l'inexpérience des garde-côtes facilite grandement l'action des U-Boote. Ce sont 150 000 tonnes de navires qui seront coulés en 1 mois suite à cette opération.


Chargement d'une torpille sur une sous-marin allemand dans un bunker de la côte atlantique en France.

source : onwar.com, UBoat.net, guerre-mondiale.org, wikipedia, world war II in color (photo)

uk.gif A la conférence interallié de Londres, en présence des représentants de huit gouvernements en exil, est annoncé que les criminels de guerre de l'axe seront jugés après guerre.
Compte tenu que l'Allemagne à institué dans les pays occupés un régime de terreur et compte tenu que ces actes de violence sont perpétrés aussi par les alliés et les associés du Reich, et compte tenu que la solidarité internationale est nécessaire pour éviter la répression de ces actes de violence simplement par des actes de vengeance de la part des populations, et pour satisfaire au sens de la justice du monde civilisé....
Les soussignés représentants des gouvernement de la Belgique, de la Tchécoslovaquie, des français libres, de la Grèce, du Luxembourg, des Pays-bas, de la Norvège, de la Pologne, de la Yougoslavie...Placent parmi leurs objectifs de guerre principaux le châtiment, par le canal de la justice organisée, de ceux qui sont coupable et responsable de ces crimes...

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org

12 Janvier 1942

Publié le par Fix

Officialisation au niveau national du Service d'ordre légionnaire, le S.O.L., issu de la Légion française des combattants.

source : guerre-mondiale.org



Le général De Gaulle fait une déclaration à la conférence interalliée de saint James
Le Comité National Français approuve d'autant plus la déclaration commune, dont le Général Sikorski a bien voulu vous donner lecture, que la France a été, en l'espace de soixante-dix années, envahie trois fois par l'Allemagne et a subi de ce fait, à trois reprises en moins d'un siècle, les atrocités qui accompagnent inévitablement toute occupation germanique.
Mais, à mesure que s'accroissait la puissance du Reich, augmentaient l'ampleur et la violence de ses atrocités.

Aujourd'hui, nos ennemis sont parvenus à faire régner sur l'Europe un régime de terreur plus effroyable que celui qui fut installé par les hordes barbares au printemps du Moyen Age, en mettant toute leur science au service de leur férocité.
En signant aujourd'hui cette déclaration commune, nous entendons, ainsi que tous les autres représentants des pays occupés, proclamer solennellement que l'Allemagne est la seule responsable du déclenchement de cette guerre et qu'elle partage avec ses alliés et ses complices la responsabilité de toutes les atrocités qui en découlent.

Manifestons notre ferme intention de travailler à ce que tous les coupables ne puissent pas éluder, comme ils le firent après les deux autres guerres, le châtiment mérité.

source : MédiasLibres.com
Front de l'est
Front nord
Le Maréchal von Leeb, commandant en chef du groupe d'armées nord, demande la permission de retraiter ses forces au sud du lac Ilmen derrière la rivière lovat. Le 2nd corps à Demyansk est en danger d'être encerclé par l'offensive soviétique.

source : Worldwar-2.net
Front d'Afrique du nord
Sollum, à la frontière entre L'Egypte et la Libye, est capturée après de rudes combats. Seule la position de la passe d'Halfaya continue de résister aux forces britanniques.

Le général Rommel adopte le plan proposé par ses subordonnés, consistant à préparer une contre-offensive surprise contre les britanniques.
Le haut commandement, autant italien qu'allemand, n'est pas informé de ces plans. Pendant ce temps, de nouveaux chars sont arrivés, permettant à l'Afrika Korps de retrouver une composante blindé, qui avait presque totalement disparu après les pertes subies durant l'opération crusader.

Coté britannique, les divisions australiennes et la 7e brigade blindée britannique doivent quitter l'Afrique du nord pour l'extrême orient, pour combattre l'avancée japonaise en Birmanie et en Malaisie.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, wikipedia
Front des Philippines
Les combats sont durs entre le 2e corps américano-philippin et les forces japonaises.

source : guerre-mondiale.org


Front de Malaisie
la 5e division japonaise capture Kuala Lumpur, anciennement la principale base de ravitaillement du IIIe corps indien.
Les troupes japonaises commencent à entrer en contact avec la 9e division australienne, qui oppose une dure résistance.

Soldats japonais progressant dans Kuala Lumpur

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, wikipedia

Front des indes néerlandaises
Dans les Célèbes un nouveau parachutage de 185 parachutistes renforce les troupes japonaises sur l'aéroport de Longoan. Les pertes totales des parachutistes japonais sont de 70% sur les 2 jours, rendant impossible à utiliser à nouveau cette unité en attaque.

A Tarakan, le reste de la garnison néerlandaise se rend.

Les aéroports sur Tarakan et Manado commencent rapidement à être remis en état pour soutenir les offensives futures.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, wikipedia, The Netherland East Indies

undefinedAtlantique nord
Le U123 coule le cargo britannique Cyclops au sud est du cap Sable, en Nouvelle Ecosse.
Le U43 coule cargo suédois Yngaren retardataire du convoi HX-168, au sud de l'Islande.

source : UBoat.net, onwar.com, Worldwar-2.net
Méditerranée
Le sous-marin britannique HMS Unbeaten coule le U374 à l'est du cap Spartivento.

source : UBoat.net


Adolf Hitler donne l'ordre à l'Amiral Otto Ciliax, commandant les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau ainsi que le croiseur lourd Prinz Eugen, stationnés à Brest, de préparer le retour en Allemagne de ses navires.

source : Worldwar-2.net


Le général Simovic démissionne et le professeur Yonvanvic devient premier ministre du gouvernement yougoslave en exil à Londres. Le colonel Mihajlovic devient ministre de la guerre.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org


A Longoan, dans les Célèbes, les troupes parachutistes japonaises exécutent de nombreux prisonniers des troupes néerlandaises, enragés par les lourdes pertes qu'ils ont subis.

A Tarakan, tout ce qui reste de la garnison néerlandaise est passée par les armes, en représailles de la destruction des puits de pétrole de l'île.

source : wikipedia

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 12 Janvier 1942 : "Pourquoi pas 100 pour 100?"

sur les papiers: confusion des salaires - politique industrielle sécurisée
Texte : 60% de la capacité

source : CartoonHub