Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

10 Novembre 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front sud
Suite aux rapports annonçant une concentration soviétique sur les flancs des armées de l'axe à Stalingrad, des unités du 48e corps blindé allemand sont envoyées pour renforcer la IIIe armée roumaine au nord de la ville

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord française
A Alger le général Giraud accepte de se mettre sous le commandement de l'Amiral Darlan, mais conserve le commandement des troupes françaises. L'Amiral Darlan, sous la menace d'être remplacé par le général Giraud si il continue à ne pas coopérer, ordonne un cessez le feu à l'ensemble des forces en Afrique du nord Française et annonce que toutes les autorités militaires et civiles seront maintenus dans leur fonctions actuelles.
Il ordonne aussi au général Barre, commandant des forces françaises en Tunisie, de regrouper ses troupes dans la région de Medjez el Bab, et de se préparer à combattre les allemands.
Il lance enfin un appel à la flotte française à Toulon pour qu'elle rejoigne l'Afrique du nord
Il reçoit aussi un télégramme du maréchal Pétain le chargeant de négocier la neutralité de l'Afrique du nord

A Oran les forces américaines capturent la ville.

A Casablanca les américains capturent la place forte de Kasbah, à Port Lyautey, et les aéroports. La résistance française cesse dans la zone
Le cuirassé Jean Bart, qui a remis sa tourelle principale en état, recommence à tirer sur les navires américains pour couvrir les avisos Commandant Delage et Gracieuse qui sont pris à partie par les destroyers américains. Les bombardiers américains s'occupent ensuite de mettre hors de combat le navire français.
Les colonnes américaines prennent la direction de Casablanca et Marrakech.

En Tunisie les reconnaissances aériennes alliées rapportent la présence d'une centaine d'avions de l'axe.

Photo du Jean Bart à Casablanca après la fin des combats. Le cuirassé, inachevé et ayant quitté la France précipitamment en juin 1940, est immobile et ne dispose que de sa tourelle avant, la seconde tourelle n'ayant jamais été installée. On distingue les dommages à la poupe

Vue rapprochée des dommages à la poupe du Jean Bart. Le cuirassé ne sera remis en état et complété qu'après la guerre, les demandes pendant la guerre, y compris une demande de transformation en porte-avion, étant rejetées par les américains, dont les chantiers navals sont submergés de travail

source : wikipedia, wikipedia, maritimequest.com, guerre-mondiale.org, onwar.com, Worldwar-2.net
Front d'Afrique du nord
La 2nd division néo-zélandaise arrive au pied de la passe d'Halfaya, pendant que les 7e division blindée britannique tourne la position de l'axe par le sud et capture Fort Capuzzo et Sidi Azeiz
Winston Churchill déclare que
ce n'est pas la fin, ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais peut être est ce la fin du commencement.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net
Front du pacifique sud
Iles Salomon
Les combats à la pointe Koli continuent contre les japonais encerclés, mais de nombreux soldats japonais continuent de s'échapper

A l'ouest de la Matanikau, les américains relancent leur avance vers Kokumbona mais se heurtent à la résistance de la 38e division japonaise, débarquée depuis la fin des combats à la pointe Cruz.

Nouvelle-Guinée
La 16e brigade australienne contraint les Japonais à se replier depuis Oivi jusqu'à l'embouchure du Kumusi.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org
Atlantique nord
Le sous-marin italien Leonardo Da Vinci coule le cargo américain Marcus Whitman au nord est de Recife, au Brésil
Le U141 coule le pétrolier britannique Cerinthus et le cargo britannique Start Point, issues du convoi dispersé ON-141, à l'ouest de Dakar, au Sénégal

Méditerranée
Le sous-marin italien Emo est coulé par le sous-marin britannique HMS Lord Nuffield au nord ouest d'Alger
Le U81 coule le cargo britannique Garlinge au nord du cap Ivi, en Algérie
Le U431 coule le destroyer britannique HMS Martin au nord est d'Alger

Océan Indien
Le U181 coule le cargo norvégien K.G. Meldahl au sud ouest du Cap, en Afrique du sud

Pacifique sud
Le sous-marin américain USS Grayling coule un cargo japonais au milieu du pacifique sud

source : UBoat.net, Hyperwar, Hyperwar, RegiaMarina.net
Pierre Laval rencontre le le compte Ciano, ministre des affaires étrangères italien, à Munich pour discuter des affaires d'Afrique. Il déclare qu'une alliance de l'Allemagne, la France et l'Italie contre les nations unies est en préparation pour compenser les effets de l'initiative anglo-américaine en Afrique

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, onwar.com, electionpresidentielle.com
Le Nicaragua suspend ses relations diplomatiques avec la France

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org



Haïti suspend ses relations diplomatiques avec la France

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org



Pierre Laval rompt les négociations en cours avec le gouvernement américain, visant à laisser partir aux États-Unis quelques milliers d'enfants juifs.

source : guerre-mondiale.org

9 Novembre 1942

Publié le par Fix





Affiche placardée à Lille le 9 novembre 1942 sur le travail des mineurs le dimanche 15 novembre 1942

source : Base Archim du ministère de la culture (photo)
Front de l'est
Front sud
Les services de renseignements allemands signalent des concentrations de troupes soviétiques dans la zone de Stalingrad face à la IIIe armée roumaine.

source : guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord française
A Casablanca et à Oran les combats entre les forces américano-britanniques et les forces vichystes continuent.

A Casablanca de durs combats ont lieux à Port Lyautey entre les forces vichystes et les soldats du général Truscott. La 3e division américaine retarde son avance sur Casablanca dans l'attente du débarquement de l'équipement lourd et de l'artillerie.

A Oran les forces alliées continuent de progresser et l'aéroport de La Senia est occupé par les américains.

Soldats britanniques et américains à Oran

A Alger le général Anderson, arrivé dans la journée, envoi des colonnes blindés vers Oran, pour aider les troupes sur place, et vers la Tunisie, pour empêcher l'installation des forces allemandes.

Le général Giraud arrive à Alger pour prendre la direction des instances françaises sur place, mais les alliés commencent à se dire que l'Amiral Darlan serait un meilleur choix. Une "suspension d'arme" pour la zone d'Alger est décrété par l'Amiral.

Devant Alger, le U331 coule le transport américain USS Leedstown.

Tunisie
L'Amiral Platon arrive à Tunis et ordonne au résident général, l'Amiral Esteva, et au directeur du port de Bizerte, l'Amiral Derrien, de laisser les forces de l'axe atterrir. En conséquence, les premières forces italiennes et allemandes sont aérotransportées à El Aouïna en fin de journée

source : interet-general.info, wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, The world at war
Front d'Afrique du nord
La 2nd division néo-zélandaise capture Sidi-Barrani, à 130km à l'ouest de Mersa Matruh, réduisant à néant les espoirs du Maréchal Rommel de tenir à distance les alliés le temps de monter une défense sur Sollum et le col d'Halfaya

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
Iles Salomon
Les américains continuent d'encercler les forces du colonel Shoji près de la rivière Gavaga, mais une zone reste libre, permettant aux soldats japonais de commencer à s'échapper de la poche. Les japonais sont sous le feu constant de l'artillerie américaine.

Nouvelle-Guinée
La 25e brigade australienne capture Gorari après de durs combats, isolant les soldats japonais du général Horii défendant Oviv.
Un bataillon d'infanterie et un régiment américain sont aéroportés de Port Moresby à Natunga.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org
Pacifique sud
Une escadre japonaise, comprenant les cuirassé Hiei et Kirishima, équipés d'obus spéciaux à fragmentation, quitte Truk pour prendre la direction des Salomon. Ces navires doivent escorter un convoi parti de Rabaul et destiné à apporter de nombreux renforts sur Guadalcanal, et bombarder Henderson Field pour détruire la piste et les avions américains qui y sont positionnés.
L'escadre est commandée par le vice amiral Hiroaki Abe.

source : wikipedia

Atlantique nord
Le U67 coule le cargo norvégien Nidarland au nord de Trinidad
Le U154 coule le cargo britannique Nurmahal à l'est des petites Antilles

Méditerranée
Le sous-marin italien Granito est coulé par le sous-marin britannique HMS Saracen au milieu de la méditerranée occidentale

source : UBoat.net, Hyperwar
Pierre Laval, premier ministre français, rencontre Adolf Hitler à Berchtesgaden. Pierre Laval donne l'autorisation aux allemands d'utiliser les aérodromes tunisiens et l'envoi de soldats de l'axe en Tunisie.

Le Maréchal Pétain dénonce publiquement l'invasion de l'Afrique du nord, mais envoi discrètement des encouragements à l'Amiral Darlan pour qu'il négocie avec les alliés

source : onwar.com, guerre-mondiale.org


Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 9 novembre 1942

sur le pistolet : avancée en Afrique
texte : met toi sur le coté petite soeur, on va vite te libérer

source : CartoonHub

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 9 novembre 1942

source : CartoonHub

8 Novembre 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front du Caucase
L'armée rouge passe à l'offensive sur le front du Terek, menaçant de couper de leurs bases plusieurs unités du 3e corps blindé allemand

source : guerre-mondiale.org, onwar.com
uk.gifL'opération Torch d'invasion de l'Afrique du nord française commence dans la nuit par les actions des résistants français.
Le plan général est de débarquer à Casablanca, Oran et Alger, pour capturer rapidement le Maroc et l'Algérie, et foncer sur la Tunisie pour prendre à revers les forces du maréchal Rommel qui retraitent d'El Alamein vers la Libye.

Carte des opérations de débarquement au Maroc et en Algérie lors de l'opération torch

A Alger
A 1h30 du matin, 400 hommes prennent le contrôle des différents postes de garde vichystes, s'installent dans les casernes, à l'arsenal, dans les centraux téléphoniques, dans les commissariats de police, au Gouvernement général, à la préfecture et à Radio Alger.
Seuls l'Amirauté et l'état-major Marine, à l'Hôtel Saint-Georges, ne sont pas capturés suite à un manque d'effectifs, les 800 hommes attendus s'étant transformés en 400 au final. Néanmoins, les jeunes partisans du lieutenant Cohen, chargés d'occuper l'État-major de place, vont réussir à fermer l'entrée de l'amirauté pendant toute la nuit, tandis que le volontaire Rager, accompagné de 15 amis réussit à bloquer les issues de l'état-major Marine, où se trouve l'amiral Moreau.

Dans le même temps un groupe de policiers résistants dirigé par le Commissaire Achiary s'est chargé de neutraliser les personnalités civiles collaborationnistes, et un groupe de volontaires se charge d'arrêter ou d'encercler les résidences des généraux au-dessus de trois étoiles (les généraux Juin, Mendigal, Koeltz, ainsi que l'amiral Fenard). Le but est de faire passer automatiquement le pouvoir militaire au général Mast, en attendant l'arrivée du général Giraud. Seulement celui-ci, fâché que le commandement de l'opération Torch ne lui soit pas confié, décide de rester a Gibraltar 2 jours de plus, alors qu'il est indispensable aux opérations. Malgré tout, le général Mast reste introuvable.

Enfin le consul américain M. Murphy se rend à la villa des Oliviers pour remettre un message du président Roosevelt au général Juin, commandant en Chef, demandant à l'armée d'Afrique d'accueillir les forces des États-Unis en amies et de se joindre à elles pour libérer la métropole. Furieux le général Juin rejette la demande et ajoute que l'Amiral Darlan, son supérieur, étant à Alger c'était de toutes façons à lui qu'il fallait transmettre le message. L'Amiral Darlan arrive alors à la villa des Oliviers et entre dans une violente colère, rejetant aussi la demande du président Américain. Les 2 officiers français sont donc arrêtés. L'Amiral Darlan demande alors le droit d'envoyer un message au Maréchal Pétain, arguant qu'il pourrait prendre la décision de rallier l'armée d'Afrique, mais par un stratagème fait en sorte que ce message alerte la garnison vichyste et les allemands.

A 2h, le général de Montsabert, chef de la garnison de Blida et rallié à la conspiration, tente de neutraliser l'aérodrome de Blida, ou doit atterrir le général Giraud, mais se heurte au colonel d'aviation Montrelay qui refuse de laisser le contrôle de l'aérodrome.
A Sidi Feruch, le colonel Baril réussi à faire occuper le fort par une de ses compagnies et fait neutraliser les batteries contrôlant les plages

soldats américains débarquant à Alger le 8 novembre. Ils portent un grand drapeau américain, espérant que les soldats français ne vont pas tirer sur des soldats alliés

Sur les plages, les américains de la Task Force Est, soit 33000 soldats américains aux ordres du général Ryder et du contre-amiral Burroughs, débarquent près d'Alger sans oppositions, mais ne poussent pas leur avantage, la nuit étant noire et la mer agitée, les pertes du débarquement sont entièrement due à des problèmes de gestion des barges, qui se retournent avec leurs occupants. Les soldats disponibles sont donc en nombre réduits et le général Ryder, ne disposant d'aucun véhicule pendant plusieurs heures, n'ose pas poursuivre sur Alger, malgré les demandes de la résistance. Et quand il va commencer son mouvement, il ne fera qu'encercler la ville sans y pénétrer, refusant de croire que celle-ci a été neutralisée par quelque partisans alors qu'elle abrite un corps d'armée entier. Les partisans français ne sont donc pas relevés de leurs positions par les soldats américains.
Seul un petit groupe de soldats britanniques arrive à l'aérodrome de Blida pour aider le général de Montsabert à prendre le contrôle de la zone. Ils n'ont pu arriver sur place que grâce à des camions prêtés par le colonel Baril.

 

A 3h, alerté par le message de l'Amiral Darlan, la gendarmerie maritime ouvre le feu sur 2 destroyers alliés qui débarquent 300 commandos de marine britanniques dans le port d'Alger, mais ne parviennent pas à les faire rembarquer. Les bruits des détonations réveillent cependant la population. Certains responsables locaux se font ainsi capturer en tentant de savoir ce qui se passe, c'est le cas du général Roubertie et du secrétaire général du Gouvernement général, M. Ettori, qui, en l'absence du gouverneur Châtel, dirige l'administration.
Quand aux colonels de l'armée, ils s'enferment dans les casernes et ne réagissent pas jusque 6h du matin. Malgré tout, l'inquiétude se fait jour chez les résistants, les américains tardant à arriver.

La riposte est lancée à 5h30 par le chef de cabinet du général Juin, le commandant Dorange, partisan déclaré du régime de Vichy. Les forces vichystes libèrent le général Juin et l'Amiral Darlan, qui lancent la reconquête des positions contrôlées par les résistants. Marqué par son emprisonnement, le général Juin s'enferme cependant au  Fort-L'Empereur, alors que son quartier général est au palais d'hiver, gênant la coordination des troupes vichystes. L'Amiral Darlan répond cependant à un télégramme offrant une aide de l'aviation allemande, en demandant de bombarder les transports alliés au large d'Alger.

A 7h30 les soldats américains capturent l'aéroport de Maison-Blanche, qui avec la capture de celui de Blida empêche toute action aérienne vichyste.
Dans Alger la confusion est totale. Suite à un faux discours du général Giraud a radio Alger (prononcé en fait par le Docteur Raphaël Aboulker, se faisant passer pour lui) avec le slogan "Un seul but la victoire", plusieurs unités vichystes rejoignent les résistants

A 11h les automitrailleuses et 2 chars du 5e Chasseurs attaquent le commando britannique dans le port d'Alger après avoir recapturé plusieurs points en ville.

A 16h30 les américains du général Ryder, profitant de la concentration exclusive des forces de Vichy contre la résistance et le commando de l'amirauté, achèvent l'encerclement d'Alger sans opposition, et commencent à y pénétrer, tirant au mortier sur le Fort-L'Empereur.

A 17h, le contrôle du centre d'Alger n'est toujours pas repris par les forces de vichy.

A 17h30 l'Amiral Darlan et le général Juin se résignent à capituler aux forces américaines, donnant ainsi un port majeur intact aux alliés pour y débarquer matériel et troupe. Le cesser le feu ne concerne cependant que la place d'Alger et ne concerne ni Oran, ni Casablanca.

A 18h le dernier point stratégique est recapturé par les vichystes, soit 16h après sa capture, contre 2 prévue initialement. Cette capture ne servant plus à rien.

A Oran
L'action de la résistance ne pouvant avoir lieu, les forces alliées cherchent à effectuer un mouvement en pince en débarquant à l'est et à l'ouest de la ville. La force Z débarque à Arzew, à l'est pendant que la force Y débarque sur la plage des Andalouses. Le centre du dispositif, sous la direction du Major Général Lloyd Fredendall, doit prendre Oran par le sud et s'assurer le contrôle de La Senia et de Tafaroui.

Débarquement des soldats américains à Arzew, près d'Oran, le 8 novembre

A 0h55 la force Z débarquent et capturent Arzew par surprise, mais buttent sur le fort du nord, qui n'est pris qu'à 3h55.
La force Y débarquent quand à elle sans oppositions, avec le général Eisenhower, à l'ouest, mais ce n'est pas le cas de la force centrale, l'aviso britannique HMS Walney et le patrouilleur britannique HMS Hartland, qui se dirigeaient sur les ports d'Oran, se retrouvant sous les canons des sous-marins français Ceres et Pallas, ainsi que des destroyers Tramontane et Typhon, coulant les 2 navires britanniques. Pendant ce temps, le commandant du port tente de bloquer l'entré du port en faisant saborder une 30aine de vaisseaux, n'étant empêché que par les résistants de l'ingénieur Moyne. Les torpilleurs français Tornade, Tramontane et Typhon sont coulés dans les combats.

A la nuit, les forces alliées sont établies solidement et ont pris l'aérodrome de Tafaraiu, sur lequel une unité de Spitfire manié par des américains est prête à participer aux opérations.


A Casablanca

Au Maroc, l'action de la résistance dans la nuit échoue rapidement suite à une mauvaise coordination des partisans, commandés par le général Béthouart. Ils cherchent à arrêter le général Noguès, Résident général au Maroc, mais en tentant de le faire se rallier à la résistance et d'en prendre la tête. Le général Nogès profite du répit pour se renseigner auprès de l'Amiral Michelier sur un débarquement américain au Maroc, ce dernier déclarant un tel débarquement comme impossible. Les actions des partisans ayant étés lancées 3h trop tôt, aucun soldat américain n'est encore débarqué pour soutenir les hommes du général Béthouart. Les troupes vichystes entourent donc les conjurés, qui sont forcés de se rendre.

Soldats américains se préparant à débarquer en Afrique du nord. C'est le baptême du feu pour la plupart d'entre eux, l'armée américaine en Europe n'ayant pas encore subie l'épreuve du feu. Le débarquement souffrira ainsi de nombreux points négatifs, qui n'auraient pas pardonnés si celui-ci avait eu lieu en France comme demandé par les américains initialement

A 7h Casablanca est enfin survolé par les avions alliés, larguant des tracts alors que le convoi de la force ouest, escorté par l'escadre du contre-amiral Hewitt, forte de deux cuirassés, un porte-avions auxiliaire, 4 porte-avions d'escorte, et plusieurs croiseurs et destroyers et transportant les 35000 hommes du général Patton, arrive devant les côtes en face de Casablanca.
L'Amiral Michelier donne l'ordre de riposter, disposant du cuirassé français Jean Bart, inachevé, dans le port ainsi que d'un croiseur léger (Primauguet ), 3 destroyers et 7 torpilleurs. Il donne l'ordre de se porter contre les navires américains pour les contrer mais les navires français, en trop petit nombres, se font couler (Primauguet, Milan, Fougeux, Frondeur, Brestois, Boulonnais, Le Malin) ou mettre hors de combats (Albatros), ne laissant que les torpilleurs L'alcyon, Tempête et Simoun intacts.
Dans le port de Casablanca, un combat est engagé entre le Jean Bart et le cuirassé américain USS Massachusetts, l'unique tourelle utilisable du Jean-Bart étant mise hors de combat au cours de la journée.

L'armée d'Afrique, alerté par les actions du général Béthouar et par les tracts est en alerte et décide de se battre. Les 35000 hommes du général Patton débarquent à Port Lyautey, Fedala et Safi.
A Port Lyautey les combats sont rudes et la seconde vague américaine doit être annulée pour qu'un bombardement prépare le terrain.
A Fedala le mauvais temps gène les débarquements. L'opposition française est dure mais les plages sont contrôlées plus tard dans la journée.
Le débarquement à Safi se passe sans encombre, un convoi de renfort étant détruit par l'aviation alliée.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.orgThe world at war, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, Worldwar-2.net, inilossum.com (photo)
Le général De Gaulle fait un discours à la radio de Londres à l'occasion du débarquement allié en Afrique du nord
Les alliés de la France ont entrepris d'entraîner l'Amérique du Nord française dans la guerre de libération. Ils commencent à y débarquer des forces énormes. Il s'agit de faire en sorte que notre Algérie, notre Maroc, notre Tunisie, constituent la base de départ pour la libération de la France. Nos alliés américains sont à la tête de cette entreprise.

Le moment est très bien choisi. En effet, après une victoire écrasante, nos alliés britanniques, secondés par les troupes françaises, viennent de chasser d'Egypte les Allemands et les Italiens et pénètrent en Cyrénaïque. D'autre part, nos alliés russes ont définitivement brisé, sur la Volga et dans le Caucase, la suprême offensive de l'ennemi. Enfin, le peuple français, rassemblé dans la résistance, n'attend que l'occasion pour se lever tout entier.

La France Combattante, qui déjà a remis dans la guerre sacrée une partie de l'Empire, a toujours espéré et toujours voulu que tout le reste en fasse autant. Tout le reste! C'est-à-dire surtout cette Amérique du Nord française, où tant de gloires furent jadis acquises, où tant de forces sont présentes.

Chefs français, soldats, marins, aviateurs, fonctionnaires, colons français d'Afrique du Nord, levez-vous donc! Aidez nos Alliés! Joignez-vous à eux sans réserves. La France qui combat vous en adjure. Ne vous souciez pas des noms, ni des formules. Une seule chose compte: le salut de la patrie! Tous ceux qui ont le courage de se remettre debout, malgré l'ennemi et la trahison, sont d'avance approuvés, accueillis, acclamés par tous les Français combattants. Méprisez les cris des traîtres qui voudraient vous persuader que nos alliés veulent prendre pour eux notre Empire.

Allons! Voici le grand moment! Voici l'heure du bon sens et du courage. Partout l'ennemi chancelle et fléchit. Français de l'Afrique du Nord que par vous nous rentrions en ligne, d'un bout à l'autre de la Méditerranée, et voilà la guerre gagnée grâce à la France !

Le 11 novembre est la fête de la Victoire. La France va la célébrer.
Elle va la célébrer cette fois dans la certitude acquise de sa libération victorieuse.
Elle va la célébrer aussi dans l'union nationale pour le combat contre l'ennemi et pour la confusion des traîtres.
Elle va la célébrer enfin dans la volonté de revivre sous un régime libre et pur, assurant son intégrité et restaurant sa grandeur.
Français, Françaises, le II novembre, quand sonnera l'heure de midi et jusqu'à midi 30 minutes, vous serez tous rassemblés, soit dans nos églises et nos temples, soit dans les lieux de vos travaux, soit dans vos habitations. Tous ensemble vous donnerez à la France vos prières ou vos pensées.

Français, Françaises de la zone non encore occupée, vous passerez tous dans l'après-midi et jusqu'à 19 heures devant nos monuments aux morts ou à tout autre endroit fixé en raison des circonstances locales.
L'horrible nuit du malheur et de la honte commence à se dissiper.

Le 11 novembre, toute la France saluera l'aurore de la victoire.

source : mediaslibres.com
Front d'Afrique du nord
La VIIIe armée capture Mersa Matruh, évacué dans la nuit par les armées de l'axe

source : wikipedia


Front du pacifique sud
Iles Salomon
A la pointe Koli, les forces américaines tentent d'encercler les soldats du colonel Shoji, mais les 2 commandants américains doivent être évacués. Le colonel Puller sur blessure et le colonel Rupertus pour raison sanitaire, celui-ci ayant attrapé la Dengue.

source : wikipedia

Atlantique nord
A 6h30, le commandement des sous-marins allemands à Paris donne l'ordre à 25 sous-marins d'intercepter les navires alliés au large du Maroc.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com
Atlantique nord
Le U154 coule le cargo britannique D´Entrecasteaux à l'est des petites Antilles
Le U128 coule le cargo norvégien Maloja, issu du convoi dispersé ON-138, à l'ouest de Dakar, au Sénégal.

Atlantique sud
Le U161 attaque le convoi ST-40 au sud de Takoradi, au Ghana, et coule le cargo américain West Humhaw et endommage le cargo britannique Benalder.

Océan Indien
Le U181 coule le cargo panaméen Plaudit au sud est du Cap, en Afrique du sud

Mer des Philippines
Le sous-marin américain USS Seawolf coule le cargo japonais Keido Maru au large de Davao, aux Philippines

source : UBoat.net, Hyperwar
Le gouvernement de Vichy rompt ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis, le Maréchal Pétain donnant l'ordre aux troupes françaises de résister aux débarquements alliés.
Le représentant du gouvernement de Vichy a rapporté que dans l'après midi, M. Laval, chef du gouvernement à Vichy, lui a notifié que les relations diplomatiques entre Vichy et notre gouvernement sont suspendues
Le président Roosevelt écrit une lettre au Maréchal Pétain
Je n'ai pas besoin de vous dire le but ultime et primordial qu'est la libération de la France et de son empire du joug de l'axe.... Je n'ai pas besoin de vous réaffirmer que les Etats-Unis d'Amérique ne cherchent pas à agrandir leur territoire et qu'ils se souviendront toujours de l'amitié historique et de l'aide mutuelle donné par chacun...

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, guerre-mondiale.org, electionpresidentielle.com
Le Bey de Tunis reçoit un message du président Roosevelt, expliquant l'arrivé des troupes américaines et demandant le droit de faire passer ces troupes au travers de la Tunisie
Ces troupes n'arrivent avec aucun autre but que la destruction rapide de notre ennemi commun. Les puissances de l'axe cherchaient à occuper et à dominer la Tunisie, et à imposer à son peuple une condition de misère auquel, je suis sur, ils ne se soumettrons jamais

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
uk.gifUne déclaration conjointe des britanniques et des américains est diffusée aux français de métropole, déclarant que le débarquement des troupes américaines en Afrique du nord et la première étape vers la libération de la France, et que son objet est destruction des forces de l'axe.
L'heure de l'insurrection nationale n'a pas encore sonné, nous vous avons déjà promis que nous vous préviendrons quand elle arrivera. Aujourd'hui cet instant se rapproche

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
Le général De Gaulle diffuse un message appelant tous les français en Afrique du nord à se lever sans réserves et à rejoindre les alliés
Notre Algérie, notre Maroc, notre Tunisie seront le tremplin pour la libération de la France

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
uk.gifLe foreign office britannique faite une déclaration annonçant que les ambassadeurs à Madrid et à Lisbonne ont reçu des instructions pour informer les gouvernements espagnols et portugais que le gouvernement britannique fait cause commune avec le gouvernement des Etats-Unis sur les débarquements américains en Afrique du nord Française.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, guerre-mondiale.org
Pour l'anniversaire du putch de la brasserie de Munich en 1923, Adolf Hitler déclare à ses compagnons que Stalingrad est pratiquement aux mains des allemands, ajoutant qu'il ne voulait pas prendre cette ville juste parce qu'elle porte le nom de Staline

source : Worldwar-2.net
Le gouvernement du Canada suspend ses relations diplomatiques avec le gouvernement de Vichy
Il n'existe plus en France de gouvernement ayant une existence indépendante

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org

Cuba suspend ses relations diplomatiques avec la France

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org



Le président du Mexique, M. Avila Camacho annonce à la radio que le gouvernement du Mexique a suspendu ses relations diplomatiques avec Vichy
Le Mexique ne peut continuer ses relations avec une nation ne coopérant pas avec les démocraties. Nous sommes sur que tous les français comprendront notre action


source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org

7 Novembre 1942

Publié le par Fix

A Alger, les chefs de groupe de la résistance tentent de mobiliser leurs hommes, mais les difficultés font que ce ne sont plus 800 mais 600 hommes qui sont attendus maintenant.

À Oran, le colonel Tostain, commandant les opérations de la résistance pour le débarquement allié, averti de son propre chef le général Boisseau commandant de la place, en lui demandant de prendre la direction de la résistance. Ce dernier met immédiatement le colonel Tostain aux arrêts et déclenche un dispositif d'alerte dans son secteur. Ne prenant cependant pas le colonel Tostain au sérieux, le commandement à Alger n'est pas mis au courant. Le colonel Tostain fait prévenir les résistants de sa démarche et de son échec, forçant M. Roger Carcassonne, pour ne pas risquer d'envoyer ses hommes au carnage, à décommander l'opération. Il se borne seulement à maintenir certaines interventions de sabotage et de guidage des parachutistes alliés, ainsi que la protection par son adjoint, l'ingénieur Moyne, des installations portuaires, qu'il faut conserver intactes pour les alliés.

source : wikipedia

Front d'Afrique du nord
Suite à la forte pluie de la veille, les conditions sont difficiles et les forces britanniques avancent lentement par la route de la côte.
Dans la nuit, les dernières forces de l'axe évacuent Mersa Matruh.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
Iles Salomon

Les unités américaines débarquées à la pointe koli, et les unités venant de Lunga font leur jonction à la pointe Koli.
Le général Hyakutake ordonne au colonel Shoji de rejoindre la Matanikau avec ses troupes et les renforts récupérés, pour se rassembler à Kokumbona.
Pour couvrir la retraite, une partie des soldats japonais se place sur la défensive à Gavaga Creek. Les 2 canons débarqués le 3 novembre, et les mortiers japonais bombardent continuellement les positions américaines.
La 38e division d'infanterie japonaise est partiellement débarqué sur Guadalcanal pendant la nuit à l'ouest des positions américaines

Deux destroyers japonais sont endommagés par l'aviation américaine devant Guadalcanal.

Soldat américain lors d'une action d'artillerie à la pointe Koli

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org
Front de Chine
En prévision de leur offensive prévue pour le printemps 1943, les Chinois demandent au général américain Wheeler d'étudier le problème du ravitaillement.

source : guerre-mondiale.org
Atlantique nord
Le U505 coule le cargo britannique Ocean Justice à l'est de Trinidad
Le U613 coule le cargo britannique Roxby, retardataire du convoi ON-142, au milieu de l'Atlantique nord
Le U566 coule le cargo britannique Glenlea, retardataire du convoi ON-142, au milieu de l'Atlantique nord

Mer des Caraïbes
Le U508 attaque le convoi TAG-19 à l'ouest de Trinidad et coule le cargo britannique Lindenhall et le cargo américain Nathaniel Hawthorne

Océan Indien
Le U159 coule le cargo américain La Salle au sud du Cap, en Afrique du sud

Méditerranée
Le sous-marin italien Antonio Sciesa est coulé dans le port de Tobrouk lors d'un bombardement américain sur la ville

source : UBoat.net, Hyperwar
uk.gifLe général français Giraud arrive à Gibraltar pour discuter avec le général Eisenhower. Les alliés attendent son aide pour réduire la résistance des français loyaux au gouvernement de Vichy suite aux débarquements en Algérie et au Maroc. Le général Giraud pense que le commandement de l'opération va lui être confié mais doit vite déchanter. Il reçoit cependant l'administration civile des territoires français d'Afrique du nord qui seront libérés.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com
Le ministre des affaires étrangères suédois déclare au Riksdag que la Suède est déterminée à maintenir sa neutralité, contrant la force par la force si nécessaire, et qu'une Finlande et une Norvège libre sont indispensables à la survie de la Suède comme état libre

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
Le général Jodl déclare à Adolf Hitler au cours d'une discussion qu'un débarquement allié sur le territoire français "pousserait définitivement la France dans les bras de l'Allemagne".

source : guerre-mondiale.org



Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 7 novembre 1942

sur le casque : une victoire sur les Huns
Texte de Staline : juste ce dont j'avais besoin
Texte de Montgomery : bon retour chez toi Joe

source : CartoonHub

6 Novembre 1942

Publié le par Fix

A Alger, les principaux chefs de groupe de la résistance se rencontrent pour mettre au point le putch qui doit avoir lieu dans la nuit du 7 au 8 novembre, pour neutraliser la réaction des forces vichystes du XIXe corps d'armée français, soit 12000 hommes, dont 5000 à Alger, et pour neutraliser les batteries du fort de Sidi-Ferruch, principal site du débarquement. En plus de ces forces, sont présents le service d'ordre légionnaire, armée par la commission d'armistice de l'axe.
Les résistants misent sur 800 volontaires pour retourner contre le commandement militaire le plan de maintien de l'ordre destiné à repousser toute intervention alliée. Ce plan vise à faire occuper, en cas de débarquement, les différents points stratégiques par les membres du Service d'ordre légionnaire, porteurs de brassards spéciaux revêtus des lettres V.P.(Volontaires de Place), de façon à permettre aux forces de Vichy, sachant leurs arrières assurés, de porter tout leur effort contre les forces alliées et de les rejeter à la mer.
Malheureusement pour les résistants, les armes promises par les alliés lors de la rencontre de Cherchell (750 pistolets mitrailleurs Sten) n'ont pas été livrées (confusion dans la livraison), ce qui ne leur laisse que de vieux fusils Lebel cachés aux Commissions d'Armistice, grâce au colonel Jousse.


Vidéo d'Actualité française du 6 Novembre 1942 (14 minutes)

source : wikipedia, Ina.fr
Front de l'est
Front sud
A Stalingrad, les combats diminuent d'intensité

Front du Caucase
L'armée rouge repousse les forces allemandes devant Ordshonikidse, la 13e division blindée allemande devant se battre pour empêcher les soviétiques de la couper de ses bases en attaquant par les flancs et l'arrière.

source : Worldwar-2.net, guerre-mondiale.org
Front de Méditerranée
La RAF bombarde intensivement Gênes, Savone, Cagliari et la banlieue de Milan, faisant un nombre considérable de victimes et de gros dégâts

source : guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord
Les forces britanniques continuent de poursuivre les forces de l'axe, la 7e division blindée britannique réussissant à accrocher la 21e division blindée allemande, qui échappe de peu à l'encerclement. 16 chars allemands et de nombreux canons sont détruits. La division de parachutistes italiens, la Folgore, ne compte plus que 294 hommes contre 5000 lors de son départ d'Italie. Les britanniques ont cependant du mal à faire suivre leur logistique pour que la poursuite soit assez rapide, expérimentant surtout des problèmes à l'acheminement de l'essence aux unités de tête.
Enfin, une forte pluie à la fin de la journée rend toute avance en dehors de la route côtière impossible.
Malgré tout ça, le Xe corps britanniques n'est plus qu'à une 50aine de kilomètres de Mersa-Matruh.

Soldats italiens morts lors de la retraite après El Alamein. De nombreuses divisions italiennes sont détruites dans cette retraite en se sacrifiant pour couvrir la retraite du gros du corps expéditionnaire de l'axe

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, inilossum.com (photo)
Front du pacifique sud
Iles Salomon
Le débarquement de renforts américains dans la baie d'Aola se poursuit. Pour empêcher les japonais de la pointe Koli de s'échapper après l'encerclement par les troupes américaines, une patrouille part d'Aloa pour contrer toute unité japonaise qui aurait réussit à éviter l'encerclement.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org
Atlantique nord
Le U160 attaque le convoi TRIN-24 au large de Trinidad, et coule le cargo britannique Arica.

Mer de Barents
Le U625 coule les cargos britanniques Chulmleigh et Empire Sky au sud des îles du Spitzberg.

Atlantique sud

Le U68 coule le transport britannique City of Cairo au milieu de l'Atlantique sud

source : UBoat.net
uk.gifDans un discours au congrès des représentants du parti, Staline met en garde les Etats-Unis et la Grande-Bretagne que "l'absence d'un second front contre l'Allemagne fasciste pourrait se terminer mal pour tous les pays amoureux de la liberté, incluant les alliés eux même". Il déclare que le but de la coalition est de sauver l'espèce humaine d'un retour à la sauvagerie et à la brutalité médiévale

source : Worldwar-2.net

Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 6 novembre 1942

sur le mort : mythe de l'invincibilité allemande
sur le panneau : vers Suez

source : CartoonHub

5 Novembre 1942

Publié le par Fix

L'Amiral Darlan arrive à Alger à l'issue d'une tournée d'inspection, pour rendre visite à son fils malade. Celui-ci, est mourrant à la suite d'une attaque de "paralysie infantile" (poliomyélite), et est installé dans le poumon d'acier de l'hôpital Maillot.

Front de Madagascar
Le gouverneur vichyste de Madagascar accepte un armistice avec les forces britanniques. Les hostilités s'arrêtent à 14h.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, The world at war, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, electionpresidentielle.com
Front de l'est
Front du Caucase
Les forces du groupe d'armées A arrivent pratiquement à Ordshonikidse mais avancent très lentement.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord
Les forces britanniques tentent d'intercepter les forces de l'axe en retraite, mais n'arrivent qu'à engager le combat qu'avec l'arrière garde. Les combats sont déjà à plus de 100km d'El Alamein.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net


Front du pacifique sud
Iles Salomon
Sur Guadalcanal, les forces américaines repartent à l'attaque vers la pointe Koli, retraversant la Nalimbiu, rencontrant une faible résistance japonaise.
Dans le même temps, les forces japonaises débarquées à la pointe Koli font leur jonction avec les forces du colonel Shoji, retraitant depuis Henderson field.

A Rabaul, l'amiral Tanaka prend le commandement du "Tokyo Express", la flottille de destroyer ravitaillant de nuit les forces japonaises de Guadalcanal.

Soldats américains fouillant une position japonaise à la pointe Cruz après la liquidation de la poche japonaise

Nouvelle-Guinée
Les australiens attaquent Oivi, les japonais opposant une forte résistance, déterminés à résister sur place, pour permettre au reste de leur forces de se retirer au travers de la rivière Kumusi.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org
Atlantique nord
Le U163 coule le cargo norvégien La Cordillera à l'est des petites antilles.

Mer des Caraïbes
Le U129 attaque le convoi TAG-18 au nord de Maracaibo, au Venezuela, et coule le pétrolier américain Meton et le pétrolier norvégien Astrell.

Atlantique sud
Le U126 coule le cargo britannique New Toronto, issu du convoi dispersé TS-23, dans le golfe de Guinée

Mer de Norvège
Le U408 est coulé au nord de l'Islande par un hydravion catalina américain

source : UBoat.net
uk.gifLe général américain Eisenhower arrive à Gibraltar pour y installer son quartier général pour l'opération Torch.
Le général américain Doolittle et le maréchal de l'air britannique Welsh commanderont les forces aériennes. Le général britannique Anderson commandera la 1ere armée, qui comprend les forces principales.
Les opérations navales sont à l'amiral britannique Cunningham

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
A l'été 1942 un groupe d'activistes du centre juif (Ustredna Zidov) en Slovaquie a tenté de mettre fin à la déportation des juifs slovaques vers les camps d'extermination en soudoyant le SS Dieter Wisliceny, officier nazi oeuvrant comme conseiller aux affaires juives à l'ambassade d'Allemagne à Bratislava. La somme de 40000 à 50000 dollars est payée et les déportations cessent, même si il n'y a pas de preuves que le SS Wisliceny en soit la cause.
Encouragé par ce succès, le groupe tente de faire de même avec la Pologne, après avoir appris l'ampleur des "opérations" se tenant dans le pays.
2 membres du groupe, Gisi Fleischmann et Andrej Steiner, recontactent le SS Wisliceny et tentent de mettre au point le "plan Europe". Le plan est qu'en échange de l'arrêt des déportations et de l'extermination des juifs de Pologne, les juifs du monde libre payeraient une somme de 2 à 3 millions de dollars.
Les négociations vont durer un an, et être élargies pour inclure les juifs de Grèce et ceux de Hongrie, mais seront rompues en Août 1943, après que le premier payement ne soit pas arrivé. Les juifs du monde libre ne pouvant pas transférer d'argent dans les pays de l'axe ou lié à l'axe, La seule proposition a été de mettre l'argent sur un compte qui serait accessible après la guerre, solution refusée par le SS.

source : Mémorial Yad-vashem, shalom-magazine.com

4 Novembre 1942

Publié le par Fix

Le général Giraud quitte la France à bord du sous-marin britannique HMS Seraph. Il doit rejoindre Gibraltar pour la préparation du débarquement allié en Afrique du nord française, l'opération Torch.

source : guerre-mondiale.org, electionpresidentielle.com


Front de l'est
Les soviétiques lancent des attaques sur l'ensemble du front, pour tenter de localiser les points faibles de la ligne de défense allemande.

source : guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord
Les unités de l'axe font retraite protégées par les unités italiennes alors que les alliés lancent plusieurs attaques. La défense d'arrière garde porte ses fruits en permettant la retraite, mais les divisions italiennes Ariete, Littorio, Bologna et Trieste sont détruites dans la journée par les forces alliées. De plus, l'absence de réserves coté allié complique la poursuite, les unités disponibles devant se rassembler avant de poursuivre.

Le Maréchal Rommel envoi un nouveau télégramme pour avoir l'ordre de retraiter d'Adolf Hitler, mais devant gravité de la situation il décide de retraiter sans attendre, d'autant que le général Von Thoma est capturé dans la fin de l'après midi par les alliés.
Par manque de camions, la plupart des unités d'infanterie italienne à pied sont abandonnées à leur sort

A la fin de la journée la 1ere division blindée britannique se dirige sur El Daba, et la 7e division blindée britannique vers Galal, mais la poursuite des forces de l'axe reste limité.

Canon anti-char italien de 47mm tentant d'arrêter l'avancé des blindés britanniques. Celui-ci est cependant dépassé et seul les canons de 88mm allemands ont un effet sur les nouveaux chars alliés

La retraite des forces germano-italiennes clôt la seconde bataille d'El Alamein sur une victoire britannique indiscutable. Les pertes de l'axe se montent à 37000 soldats, soit 30% du total disponible au début de la bataille, alors que les pertes britanniques, 13500 soldats, ne sont qu'une faible fraction du total disponible. De plus les forces allemandes sont maintenant squelettiques, les effectifs des divisions les mettant au niveau du régiment. Seul 5000 allemands, 20 chars, 20 canons anti-char et 50 canons se sortent de la bataille.
De leur coté les britanniques ont capturés près de 1000 canons et les carcasses de 450 chars, contre 150 chars alliés détruits et 300 endommagés.

La victoire doit autant au commandement du général Montgomery, qui l'avait envisagé depuis le début comme une bataille d'attrition, qu'aux nouveaux matériels, tanks Sherman, canons de 6 pouces et Spitfires, qui ont permis aux forces britanniques de se retrouver avec, enfin, un matériel à même de combattre ce dont disposaient les forces de l'axe.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, inilossum.com (photo)
Front de Madagascar
Le gouverneur général de Madagascar renouvelle sa demande d'armistice, acceptant les conditions britanniques refusées le 17 septembre dernier

source : guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
Iles Salomon
A 6h30, les 2 bataillons américains qui viennent de la Matanikau débarquent à la pointe Koli, mais attendent les unités passant par la terre pour attaquer les positions japonaises. Ces unités n'arrivent sur place qu'à la nuit.
Pendant toute la journée, l'aviation de la cactus air force, l'artillerie américaine et les navires américains au large de Guadalcanal bombardent les positions japonaises à la pointe Koli, causant de lourdes pertes dans les rangs japonais

Une force américaine est débarquée dans la baie d'Aola, à une 40aine de kilomètres à l'est des positions principales américaines, pour tenter de construire une seconde piste d'aviation sur Guadalcanal. Cette initiative est désapprouvée par les commandants américains, qui estiment, à raison, que le terrain ne se prête pas à la construction d'une piste aérienne.

soldats américains se baignant dans la Matanikau à partir d'un pont de fortune. Le fleuve, longtemps zone de séparation entre le secteur japonais et le secteur américain, est maintenant totalement contrôlé par les marines

Nouvelle Guinée

La 16e brigade australienne attaque les positions japonaises près d'Oivi

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, wikipedia
Méditerranée et Atlantique nord
19 sous-marins allemands et 21 sous-marins italiens patrouillent autour de Gibraltar suite à l'augmentation du trafic maritime allié, pour la préparation de l'opération Torch.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Atlantique nord
Les U89 et U132 attaquent le convoi SC-107 au milieu de l'Atlantique nord. Le U89 coule le cargo britanniquen Daleby et le U132 coule le cargo britannique Empire Lynx et le cargo néerlandais Hobbema, endommageant aussi le cargo britannique Hatimura.
Le U442 coule le cargo britannique Hatimura, retardataire du convoi SC-107 au milieu de l'Atlantique nord, mais coule avec sa victime, suite à l'explosion de celle-ci.
Le U126 coule le cargo britannique Oued Grou dans le golfe de Guinée, au sud ouest de Forcados.
Le sous-marin italien Leonardo Da Vinci coule le cargo grec Andreas au nord est de Recife, au Brésil

Mer de Norvège
Le U354 coule le cargo américain William Clark au nord de l'Islande.

Océan Indien
Le U178 coule le cargo norvégien Hai Hing et le cargo britannique Trekieve au nord de Durban, en Afrique du sud

source : UBoat.net, RegiaMarina.net
uk.gifPremière réunion du comité de guerre anglo-américain de lutte anti-sous-marine présidé par M. Winston Churchill et comprenant les chefs de service, les ministres, des chercheurs et des spécialistes des opérations radar.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 4 novembre 1942
source : CartoonHub

3 Novembre 1942

Publié le par Fix

Front d'Afrique du nord
A El Alamein les combats continuent. A 13h30 un message d'Adolf Hitler arrive déclarant que les forces germano-italiennes doivent se battre sur place et ne pas céder de terrain, alors même que celle-ci sont épuisées. Adolf Hitler pense que les britanniques sont aussi épuisés que les forces de l'axe.

Pour se conformer en partie aux ordres, le Maréchal Rommel donne l'ordre au Xe et XXIe corps italien, accompagnés de la 90e division légère, de rester sur place, alors qu'ils avaient commencé leur retraite suite aux ordres de la veille, et de se battre, pendant les unités de la Panzer Armee Afrika retraitent de 9 kilomètres vers l'ouest avec le XXe corps mobile italien durant la nuit du 3 novembre.

Les attaques britanniques continuent toute la journée, repoussant les forces de l'axe encore un peu plus. A la nuit, une attaque de la 51e division et de la 4e division indienne capturent la piste Rahman, au sud de Tel el Aqqaqir

Situation lors de la retraite de l'axe le 3 novembre a El Alamein

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, wikipedia

Front du pacifique sud
Iles Salomon
A la pointe Cruz, une tentative japonaise de s'extraire de la poche est faite a 6h30, mais est repoussée par les marines. La poche est liquidée dans la matinée. La poursuite sur le village de Kokumbona doit se faire, ce qui couperai les arrières des forces japonaises, mais les évènements de la pointe Koli arrêtent l'avancée américaine.

A la pointe Koli les destroyers japonais arrivent tôt dans la matinée et commencent à débarquer les troupes et le ravitaillement japonais a 1km des positions du bataillon américain qui attend leur arrivé. Ce sont 1500 soldats japonais qui débarquent.
Découvrant à l'aube les soldats américains, les combats commencent entre les japonais et le bataillon du lieutenant colonel Hanneken.
N'arrivant pas à joindre le commandement allié et à demander des renforts, ses munitions étant basses, le lieutenant colonel Hanneken fait retraiter son bataillon, retraversant la Metapona. A 14h45 il refait contact avec les forces américaines et peut enfin faire son rapport. Le général Vandegrift ordonne de transférer la plupart des unités qui sont à l'ouest de la Matanikau pour faire face à la menace venant de la pointe Koli.

source : wikipedia, wikipedia, guerre-mondiale.org, onwar.com
Front de Birmanie
Le général président Tchang Kaï Chek promet au général Stilwell de fournir 15 divisions chinoises pour la reconquête de la Birmanie.

source : guerre-mondiale.org
Atlantique nord
Les U89 et U521 attaquent le convoi SC-107 au milieu de l'Atlantique nord. Le U89 coule le cargo britannique Jeypore, et le U521 coule le pétrolier américain Hahira.
Le sous-marin italien Ammiraglio Cagni coule le cargo britannique Dagomba entre l'Afrique et le Brésil

Mer des Caraïbes
Le U160 attaque le convoi TAG-18 à l'ouest des petites Antilles, coulant le cargo canadien Chr. J. Kampmann, le cargo britannique Gypsum Empress, le pétrolier panaméen Leda et le pétrolier norvégien Thorshavet.

Atlantique sud
Le U181 coule le cargo américain East Indian à l'ouest du Cap, en Afrique du sud.

Océan Indien
Le U504 coule le cargo brésilien Porto Alegre à 50 miles de Port Elisabeth, en Afrique du sud.

Mer de Chine orientale
Le sous-marin américain USS Haddock coule le cargo japonais Tekkai Maru entre la Corée et la Chine

Mer de Chine Méridionale
Le sous-marin américain USS Tambor coule le cargo japonais Chikugo Maru dans le golfe du Tonkin

Mer des Philippines
Le sous-marin américain USS Seawolf coule le cargo japonais Sagami Maru au large de Davao, aux Philippines

source : UBoat.net, Hyperwar, RegiaMarina.net
uk.gifUn marin britannique est pendu à la prison de Wandsworth, pour avoir donné des informations sur les mouvements naval aux allemands

source : Worldwar-2.net



Les résultats des élections au congrès et pour les gouverneurs sont publiés. Les républicains gagnent 42 sièges à la chambre des représentants, 9 au sénat et 4 postes supplémentaires de gouverneurs, mettant en difficulté le président Roosevelt et sa majorité, faisant montre d'une insatisfaction de la population envers le parti démocrate.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
La capitale de la Bosnie, Bihac, est capturée par les partisans de Tito. Ce dernier y installe un conseil antifasciste de libération nationale.

source : guerre-mondiale.org



Dans une interview avec un journaliste américain, Staline déclare que l'aide militaire américaine n'est que de peu d'effet

source : Worldwar-2.net

2 Novembre 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front sud
Les durs combats de rue continuent à Stalingrad, aucun des 2 camps ne progressant.

Front du Caucase

Devant l'accroissement des problèmes de ravitaillement, et la venue de l'Hiver, le groupe d'armées A arrête son avance dans le Caucase, le 3e corps blindé allemand étant bloqué à 8 km de Ordshonikidze, point le plus au sud atteint pas l'armée allemande en Union Soviétique

source : Worldwar-2.net

Front d'Afrique du nord
A 1h, les alliés déclenchent l'opération Supercharge, visant à briser le front de l'axe à El Alamein.
L'objectif est de détruire les blindés restant aux forces de l'axe en les forçant à combattre à découvert, de réduire les dernières réserves d'essence des troupes germano-italiennes, et de causer la désintégration de l'ennemis par des attaques sur ses lignes de ravitaillement. Les forces alliées ont pour objectif géographique Tel el Aqqaqir, base de la défense germano-italienne.

le général Montgomery a El Alamein en novembre 1942

L'opération était précédée d'un bombardement aérien de 7 heures sur Tel el Aqqaqir et Sidi Abd el Rahman, puis de 4,5 heures de barrage d'artillerie fait par 360 canons.
A 1h05 les 2 brigades d'assaut du XXXe corps se lancent à l'attaque et capturent leurs objectifs sans pertes importantes.
A 6h15 la 9e brigade blindée britannique lance sont attaque, mais subis de fortes pertes (70 de ses 94 chars), sans réussir à percer pour laisser la place à la 1ere division blindée.
A 11h les restes des 2 divisions blindées allemandes (15e et 21e) et de la division blindée italienne Littorio lancent une contre-attaque contre la 1ere division blindée britannique qui se déploie. L'attaque de l'axe est cependant un échec et les pertes sont importantes (100 chars), permettant aux britanniques de remplir leur objectif de détruire la force blindée de l'axe. Au final les pertes en chars sont équivalentes, mais elles ne représentent en fait qu'une fraction des chars disponibles coté allié, ce qui n'est pas le cas en face.
A la fin de l'après midi, la 51e division d'infanterie britannique capturent 2 positions tenues par la division italienne Trieste.

Carte des opérations le 2 novembre au matin avec l'attaque britannique et le début de la retraite des forces de l'axe

Une fois la nuit arrivée, le général Montgomery fait relever les unités de première ligne par des troupes fraîches, pour relancer l'offensive dès le lendemain.
Par contre, du coté de l'axe la situation est maintenant désespéré. Le général Von Thoma rapporte au Maréchal Rommel qu'il ne dispose plus que de 35 chars pour le lendemain, et que son artillerie et ses canons anti-chars ne sont plus équivalent qu'à un tiers de ce qu'il disposait au début de la bataille. Concluant que pour éviter la destruction totale de son armée il doit retraiter sur la position de Fuka, le Maréchal Rommel donne l'ordre à la division blindée italienne Ariete de remonter du sud au nord et de rejoindre le XXe corps italien à Tel el Aqqaqir. Toutes les unités mobiles de l'armée (XXe corps mobile italien, 21e et 15e division blindée allemande, 90e division légère allemande et 19e division anti-aérienne) reçoivent l'ordre de faire un combat d'arrière garde, pendant que le reste de l'armée commence à retraiter au mieux possible, vue la limitation des transports disponibles.
Le Maréchal Rommel envoi un message a Adolf Hitler, l'avertissant que la percée britannique est inévitable et la retraite nécessaire.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org, onwar.com, Worldwar-2.net
Front du pacifique sud
Iles Salomon
Sur la Matanikau les américains encerclent les défenseurs japonais à la pointe cruz, bombardant leurs positions toute la journée et prenant par un assaut frontal une partie de leurs positions au nord.

Les américains interceptent un message radio japonais indiquant qu'ils vont débarquer 300 hommes, 2 canons et des munitions à la pointe Koli dans la nuit du 2 novembre. Le général Vandegrift envoi un bataillon vers la pointe Koli à 6h50, les soldats américains arrivant sur leur position à la nuit. Les soldats américains se placent à la lisière de la plage attendant l'arrivé des soldats japonais.

Des munitions et 2 canons de 155mm américains sont débarqués à Lunga

Nouvelle-guinée
Les forces australiennes de la 35e brigade recapturent Kokoda. La récupération de son aérodrome est particulièrement important, permettant au ravitaillement d'être envoyé directement par avion plutôt qu'à avoir besoin d'être transporté tout le long de la piste Kokoda.
Les forces alliées se préparent à lancer une attaque sur la tête de pont japonaise de Buna-Goina, le général MacArthur planifiant l'attaque pour le 15 novembre.

source : wikipedia, wikipedia, guerre-mondiale.org, onwar.com, Worldwar-2.net
Atlantique nord
Le U518 coule le cargo britannique P.L.M. 27 et le cargo canadien Rose Castle au large de l'île Bell, au Canada.
Le U174 coule le paquebot néerlandais Zaandam au nord de Recife, au Brésil
Les U84, U402, U438, U521 et U522 attaquent le convoi SC-107 au milieu de l'Atlantique nord. Le U84 coule le cargo britannique Empire Sunrise. Le U402 coule les cargos britanniques Dalcroy, Empire Antelope et Empire Leopard et le cargo grec Rinos. Il endommage aussi le cargo britannique Empire Sunrise. Le U438 endommage le cargo britannique Empire Sunrise. Le U521 coule le cargo britannique Hartington. Le U522 coule les cargos grecs Mount Pelion et Parthenon, le cargo britannique Maritima et endommage le cargo britannique Hartington.
Le sous-marin italien Leonardo Da Vinci coule le cargo britannique Empire Zeal au nord est de Recife, au Brésil

Atlantique sud
Le U177 coule le cargo grec Aegeus au sud ouest du Cap, en Afrique du sud
Le U172 coule le cargo britannique Llandilo au milieu de l'Atlantique sud

Mer de Norvège
Le U586 coule le cargo britannique Empire Gilbert au nord de l'Islande

Mer des Philippines
Le sous-marin américain USS Seawolf coule le cargo japonais Gifu Maru au large de Davao, aux Philippines

source : UBoat.net, Hyperwar, RegiaMarina.net
Conclusion d'un accord de principe entre les Américains et le général Giraud en prévision du débarquement en Afrique du Nord.

source : guerre-mondiale.org


A Bialystok, en Pologne, la Gestapo reçoit l'ordre de liquider le ghetto et ceux des autres localités du district, a condition que ça ne perturbe pas l'industrie de production de munition. Les ghettos sont donc encerclés par la Gestapo et la gendarmerie locale, et mis en quarantaine. Les juifs sont ensuite assemblés dans les squares, chargés dans les wagons et transportés dans un des 5 points de concentration, avant d'être redirigé sur un camp d'extermination. Dans le même temps, le contrôle du ghetto de Bialystok est retiré de l'administration civile et donnée à la SS.
Entre novembre 1942 et février 1943 ce sont approximativement 100 000 juifs du district, dont 10 000 simplement de Bialystok qui sont envoyés aux camps de Treblinka et Auschwitz.

source : History place - Holocaust Timeline, Mémorial Yad-vashem

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 2 novembre 1942 : "Tu n'as pas tenu ma promesse! Tu es viré"

Texte : d'autre licenciements sont à prévoir en Allemagne suite au retard dans la capture de Stalingrad

source : CartoonHub

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 2 novembre 1942

sur l'étiquette : ports nord africains

source : CartoonHub

1er Novembre 1942

Publié le par Fix

Front de l'est
Front sud
La VIe armée et la 4e armée blindée allemande continuent leurs combats a Stalingrad contre les 62e et 64e armées soviétiques

Situation du front a Stalingrad au 1er novembre 1942

Front du Caucase
Dans leur avance vers Ordshonikidse, les unités du 3e corps blindé allemand capturent le carrefour routier d'Alagir

source : Worldwar-2.net, guerre-mondiale.org, United State military academy (carte)

Front d'Afrique du nord
La situation des armées de l'axe s'aggrave encore, le niveau d'essence étant dramatiquement bas. Dans le même temps, les navires italiens Tripolino et Ostia, chargés d'essence et de munitions, sont coulés au nord ouest de Tobrouk. Les seules livraisons d'essence sont faites par les avions allemands venant de Crète, livraisons compliquées par les bombardements alliés sur l'île grecque, et les interceptions de la Desert Air force.
Le Maréchal Rommel envisage de faire retraiter ses troupes à Fuka, 80km plus à l'ouest.

Durant toute la journée et la nuit, l'aviation et l'artillerie britannique donne de la voix pour préparer l'opération Supercharge qui doit commencer dans la nuit. L'artillerie tire 15000 obus par 360 canons en 4,5 heures de bombardement.

source : wikipedia

Front du pacifique sud
Iles Salomon
Dans l'objectif de poursuivre sur la victoire précédemment acquise, les américains lancent une offensive sur la Matanikau, a Guadalcanal.
A 6h30, passant  sur des ponts jetés pendant la nuit sur le fleuve, 2 bataillons de marines traversent la Matanikau avec le soutient de l'artillerie américaine et des canons du croiseur lourd USS San Francisco, du croiseur léger USS Helena et du destroyer USS Sterret.
Le bataillon traversant au sud ne rencontre qu'une faible résistance et capture plusieurs crêtes. A l'embouchure de la Matanikau par contre, le bataillon américain subit de fortes pertes et plusieurs unités américaines doivent même retraverser le fleuve. Malgré tout, les forces américaines sont bien implantées sur la rive ouest à la fin de la journée, et les commandants américains envisagent d'encercler les unités japonaises qui résistent  autour de la pointe Cruz.

De leur coté les soldats japonais du Major Tamura ont eux aussi subis de fortes pertes et le commandement japonais envoi tout ce qu'il peut pour renforcer les défenses sur le fleuve, allant jusqu'à envoyer une unité de construction de route.

Soldats américains traversant la Matanikau sur un bac en novembre 1942

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org

Atlantique nord
Le U175 coule le cargo britannique Elmdale, issu du convoi dispersé TRIN-20, au nord de Fortaleza, au Brésil

Atlantique sud

Le U126 coule le cargo américain George Thatcher au large du Gabon

Océan indien
Le U178 coule le transport de troupe britannique Mendoza près de Durban, en Afrique du sud

source : UBoat.net
Tito annonce la formation d'une armée de libération nationale yougoslave

source : guerre-mondiale.org




Le compositeur allemand Hugo Distler, qui refuse d'aller combattre sur le front, se suicide à Berlin. Le lendemain il allait être réformé

source : wikipedia, guerre-mondiale.org


Le lait commence à être rationné en suisse

source : guerre-mondiale.org



Les massacres se terminent à Pinsk, après l'exécution de 16000 des 20000 juifs du ghetto. Une partie des survivants réussit à ce cacher, le reste étant parqué dans un "petit ghetto", composé de 143 personnes à la base, mais augmenté par l'arrivé des juifs qui s'étaient cachés.

source : Mémorial Yad-vashem, History place - Holocaust Timeline