Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 Octobre 1940

Publié le par Fix

Le maréchal Pétain nomme le général Weygand "délégué général du gouvernement en Afrique française".

source : electionpresidentielle.com


uk.gifM. Neville Chamberlain démissionne de son poste au cabinet de guerre.
C'est devenu évident pour moi qu'il faudra encore beaucoup de temps avant que je ne puisse espérer être capable d'exécuter les devoirs qui sont essentiels pour un membre du Cabinet de Guerre
Il est remplacé par M. Herbert Morrison, Lord président du conseil, et Sir John Anderson, du Home Secretary.
M. Kingsley Wood et M. Bevin entrent aussi au cabinet de guerre.

Front ouest
Bataille d'Angleterre
Dans la journée

Aucune attaque par des formations allemandes n'a lieu dans la journée. Cependant de nombreux raids d'avions solitaires ont lieux, souvent dans des endroits sans importance militaire.

La nuit
Activité allemande fortement réduite en comparaison des nuits précédentes.
A 21h seulement 11 raids, et que par des avions solitaires, ont eu lieu.
Entre 21h et 21h30 aucun raid ne se trouve au dessus de l'Angleterre.
Entre 21h30 et 2h une trentaine de raiders survolent le pays, sur Londres notamment.
Entre 2h et 5h30 aucun avion allemand ne se trouve au dessus de l'Angleterre.
Entre 5h30 et 6h05 un dernier raider attaque dans le Kent.

Météo : Pluie et bruine sur la Manche. La Visibilité est réduite à 500 mètres dans certains endroits.
Opérations britanniques : 35 patrouilles faites par 35 avions dans la nuit du 2 au 3 Octobre. 68 patrouilles faites par 138 avions le 3 Octobre.
Opérations allemandes (estimations RAF) : 180 avions ont étés engagés au dessus de la Grande-Bretagne dans la nuit du 2 au 3 Octobre. 80 l'ont étés le 3 Octobre en journée.
Pertes déclarés par la RAF : 1 avion allemand confirmés

source : Bataille d'angleterre sur le site de la RAF, onwar.com, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
mouvement-naval.jpgL'escadre anglaise de la Force M, escadre qui avait précédemment tenté d'attaquer Dakar, quitte la Sierra Leone, escortant jusqu'à Douala, au Cameroun, les forces de la France Libre.

source : guerre-mondiale.org


etoile.jpgLe gouvernement de Vichy passe un loi portant sur le statut des Juifs.
Cette loi exclut les Juifs de tout poste dans les fonctions électives, la fonction publique, l'armée, la presse, les professions commerciales, les professions industrielles et dans les professions artistiques.

La loi proclame la notion de race juive, alors que l’ordonnance allemande du 27 septembre ne faisait référence qu’à la religion juive.

Carte d'identité d'André R., officier de réserve français, portant l'estampille "JUIF" et datant de novembre 1940.
M. R. fut arrêté, torturé, déporté à Mauthausen et survécut à la guerre.
Quatre membres de sa famille, arrêtés en 1944 à Villers-Cotterêts, furent déportés dans le convoi n°67 vers Auschwitz où ils furent assassinés.

Article premier
Est regardé comme juif, pour l'application de la présente loi, toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint lui-même est juif.

Article 2
L'accès et l'exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux Juifs :

   1. Chef de l'État, membre du gouvernement, Conseil d'État, Conseil de l'Ordre national de la Légion d'honneur, Cour de Cassation, Cour des comptes, Corps des Mines, Corps des Ponts et Chaussées, Inspection générale des Finances, Cours d'appel, Tribunaux de première instance, Justices de Paix, toutes juridictions d'ordre professionnel et toutes assemblées issues de l'élection ;
   2. Agents relevant, du, département des Affaires étrangères, secrétaires généraux des départements ministériels, directeurs généraux, directeurs des administrations centrales des ministères, préfets, sous-préfets, secrétaires généraux des préfectures, inspecteurs généraux des services administratifs au ministère de l'Intérieur, fonctionnaires de tous grades attachés à tous services de police ;
   3. Résidents généraux, gouverneurs généraux, gouverneurs et secrétaires généraux des colonies, inspecteurs des colonies ;
   4. Membres des corps enseignants ;
   5. Officiers des Armées de terre, de Mer et de l'Air ;
   6. Administrateurs, directeurs, secrétaires généraux dans les entreprises bénéficiaires de concessions ou de subventions accordées par une collectivité publique, postes à la nomination du Gouvernement dans les entreprises d'intérêt général.

Article 3
L'accès et l'exercice de toutes les fonctions publiques autres que celles énumérées à l'art. 2 ne sont ouverts aux Juifs que s'ils peuvent exciper de l'une des conditions suivantes :

    * a. Être titulaire de la Carte de combattant 1914-1918 ou avoir été cité au cours de la campagne 1914-1918 ;
    * b. Avoir été cité, à l'ordre du jour au cours de la campagne 1939- 1940 ;
    * c. Être décoré de la légion d'honneur à titre militaire ou de la Médaille militaire.

Article 4
L'accès et l'exercice des professions libérales, des professions libres, des fonctions dévolues aux officiers ministériels et à tous auxiliaires de la justice sont permis aux juifs, à moins que des règlements d'administration publique n'aient fixé pour eux une proportion déterminée. Dans ce cas, les mêmes règlements détermineront les conditions dans lesquelles aura lieu l'élimination des juifs en surnombre.

Article 5
Les juifs ne pourront, sans condition ni réserve, exercer l'une quelconque des professions suivantes :

Directeurs, gérants, rédacteurs de journaux, revues, agences ou périodiques, à l'exception de publications de caractère strictement scientifique. Directeurs, administrateurs, gérants d'entreprises ayant pour objet la fabrication, l'impression, la distribution, la présentation de films cinématographiques; metteurs en scène et directeurs de prises de vues, compositeurs de scénarios, directeurs, administrateurs, gérants de salles de théâtres ou de cinématographie, entrepreneurs de spectacles, directeurs, administrateurs, gérants de toutes entreprises se rapportant à la radiodiffusion. Des règlements d'administration publique fixeront, pour chaque catégorie, les conditions dans lesquelles les autorités publiques pourront s'assurer du respect, par les intéressés, des interdictions prononcées au présent article, ainsi que les sanctions attachées à ces interdictions.

Article 6
En aucun cas, les juifs ne peuvent faire partie des organismes chargés de représenter les progressions visées aux articles 4 et 5 de la présente loi ou d'en assurer la discipline.

Article 7
Les fonctionnaires juifs visés aux articles 2 et 3 cesseront d'exercer leurs fonctions dans les deux mois qui suivront la promulgation de la présente loi. Ils seront admis à faire valoir leurs droits à la retraite, s'ils remplissent les conditions de durée de service ; à une retraite proportionnelle, s'ils ont au moins quinze ans de service ; ceux ne pouvant exciper d'aucune de ces conditions recevront leur traitement pendant une durée qui sera fixée, pour chaque catégorie, par un règlement d'administration publique.

Article 8
Par décret individuel pris en Conseil d'État et dûment motivé, les Juifs qui, dans les domaines littéraires, scientifiques, artistique ont rendu des services exceptionnels à l'Etat français, pourront être relevés des interdictions prévues par la présente loi.

Ces décrets et les motifs qui les justifient seront publiés au Journal Officiel.

Article 9
La présente loi est applicable à l'Algérie, aux colonies, pays de protectorat et territoires sous mandat.

Article 10
Le présent acte sera publié au Journal officiel et exécuté comme loi de l'État.

Fait à Vichy, le 3 octobre 1940.

Ph. Pétain.

Par le Maréchal de France, chef de l'État français : Le vice-président du conseil, Pierre Laval.
Le garde des sceaux, ministre secrétaire d'État à la justice, Raphaël Alibert.
Le ministre secrétaire d'État à l'intérieur, Marcel Peyrouton.
Le ministre secrétaire d'État aux affaires étrangères, Paul Baudoin.
Le ministre secrétaire d'État à la guerre, Général Huntziger.
Le ministre secrétaire d'État aux finances, Yves Bouthillier.
Le ministre secrétaire d'État à la marine, Amiral Darlan.
Le ministre secrétaire d'État à la production industrielle et au travail, René Belin.
Le ministre secrétaire d'État à l'agriculture, Pierre Caziot.

(Journal Officiel du 18 Octobre 1940)
Arbre généalogique servant à prouver la "non judaité" d'une personne. La reconnaissance s'effectuant sur les noms, c'est la sonorité de ceux ci qui est généralement en cause.
Si un Français d'origine juive veut "tricher" sur son origine, on lui demandera des prouver que ses grands-parents ne sont pas juifs avec un certificat de baptême, par exemple.

source : Wikipedia, History place - Holocaust Timeline, Mémorial Yad-vashem, Chronologie des mesures anti juives, guerre-mondiale.org, mémoire juive et éducation

Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 3 Octobre 1940

sur la mandoline de Hitler : Empire sud américain
Sur la mandoline de Mussolini : Gibraltar
sur le violon du squelette: Guerre Sinistre et Amère
Sur la coiffe de la "dame": Franco

source : CartoonHub

Commenter cet article