Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

31 Décembre 1940

Publié le par Fix

Loi créant les "ordres professionnels" pour les architectes.

Nouveaux rapport des préfets sur le mois de décembre.
- L'image de l'armée allemande baisse dans l'opinion publique française suite à plusieurs facteurs (exactions en Côte d'or et en Haute-Saône, nouvelles des victoires britanniques en Libye et Grecques en Albanie, éviction de Laval, vue comme un désaveu de la politique de collaboration)

- Les allemands concentrent les prisonniers de guerre français dans de grands camps, probablement pour les envoyer en Allemagne pour y pallier au manque de main d'oeuvre.

- De nombreuses offres sont faites aux ouvriers français pour aller travailler en Allemagne, à des prix bien supérieur à ce qu'ils peuvent gagner en France.

- Quand les offres de travail ne suffisent pas (et c'est le cas la majorité du temps), des rafles d'ouvriers mobilisables sont faites pour les envoyer de force travailler en Allemagne. Toutes les tentatives des autorités françaises pour empêcher ces transferts ne sont pas couronnées de succès. On peut résumer la situation en disant que toute la main d'oeuvre mobilisable est en un sens prisonnière de guerre.

- La personnalité du maréchal Pétain est très populaires et vue comme défendant la France des abus allemands.

Affiche de propagande allemande placardé en France

Le maréchal Pétain adresse ses voeux à la population française dans un discours radiodiffusé

L’année 1940 a pris fin.

Tournons-nous maintenant vers l'avenir.

L'année 1941 sera difficile. Elle doit être celle du relèvement de la France. Elle le sera si vous vous serrez tous autour de moi, ayant la même foi dans la Patrie, la même volonté de « servir ».

Je me suis donné à la France, c'est-à-dire à vous tous.

Nous aurons faim. La guerre nous a enlevé une part importante de nos récoltes, le blocus nous prive d'un ravitaillement qui, dans les années qui précédaient la guerre, se chiffrait, chaque année, par plus de six millions de tonnes de denrées de toutes espèces et de toutes provenances.

La guerre continue ainsi que le blocus : il ne dépend pas de nous de les faire cesser.

N'écoutez pas ceux qui chercheraient à exploiter vos misères pour désunir la nation. Les mêmes procédés vous ont conduits hier à la guerre et à la défaite. Demain, nous remporterons une première victoire : nous remplacerons la critique par l'effort.

L'année 1941 doit être une année de travail acharné.

Je m'adresse d'abord aux paysans de France : il faut qu'ils tirent de la terre tout ce qu'elle peut donner.

Toutes les friches doivent être remises en culture, même si le sol est ingrat. Les rendements doivent être augmentés, en dépit de toutes les difficultés. Nous y aiderons du mieux que nous pourrons. Mais que chacun compte d'abord sur soi-même. Qu'il comprenne la détresse profonde d'un pays dépouillé de tant de moyens que la guerre et le blocus ont détruits ou paralysés.

Je fais appel à l'ingéniosité des Français pour qu'ils improvisent eux-mêmes les moyens de compléter leur alimentation.

Je m'adresse maintenant aux ouvriers. Qu'ils ne se découragent pas. Leur sort sera dur. Nos stocks de matières premières s'épuisent.

Je ne puis pas savoir quelle quantité nous pourrons importer en 1941. Certaines industries risquent d'être totalement arrêtées.

Nous avons fait de notre mieux et nous continuerons pour parer à cette situation. Nous devons exploiter au maximum les ressources que nous pouvons tirer de nous-mêmes.

Que nos mineurs, nos bûcherons, nos carriers redoublent, d'efforts. Et que tous les ouvriers, chômeurs ou non, sachent que le Gouvernement de la Révolution Nationale travaille à affranchir leur avenir de l'intervention du capitalisme étranger.

La France doit produire et transformer tout ce dont elle a besoin pour vivre et prospérer. Ce qui a été fait ailleurs en ce sens peut et doit être fait chez nous. C'est une œuvre de longue haleine : elle est déjà commencée.

Au pays tout entier, je demande qu'il se pénètre de l'esprit nouveau qui doit refaire la grandeur de la Patrie.

Il ne s'agit plus de reprendre un à un quotidiennement l'inventaire de nos sujets de mécontentements, de tout ramener à soi-même, d'attendre de l'État qu'il nous délivre de nos maux et qu'il nous dispense ses bienfaits.

Il faut penser aux malheurs de la Patrie et à l'infortune de tous ceux qui souffrent plus que nous. Il faut aider la Patrie à secourir nos compatriotes.

Aider la Patrie, c'est avoir confiance en elle, c'est l'avoir présente constamment dans nos pensées, dans nos paroles et dans nos actes, ne rien accepter, ne rien dire et ne rien faire qui puisse lui nuire.

Secourir nos compatriotes, c'est nous donner sans arrière-pensée, sans réticences personnelles à cette solidarité -matérielle et morale qui doit réunir tous les Français. C'est relever celui qui tombe, c'est ranimer celui qui s'abandonne, c'est ramener celui qui s'égare.

Je me suis promis à moi-même de ne connaître en France ni partis, ni classes. Je vous appelle tous à sortir de vos cadres, de vos routines, de vos préjugés, de vos égoïsmes, de vos rancœurs, de vos défiances, et je vous exhorte à vous grouper en Français solides qui veulent défendre leur terre et leur race.

J'adresse mes vœux fervents, par delà les mers, aux populations de l'Empire et par delà les frontières à nos chers prisonniers.

La. France continue.

Bonne année, mes chers amis !


source : guerre-mondiale.org, Histoire de notre temps (CNRS), mémorial de caen (photo)
uk.gifEn raison de la menace que font peser les bombes incendiaires, des  guetteurs anti-incendis sont postés dans les usines, les magasins et les bureaux.

Front ouest
Raids de la R.A.F. sur Cologne, sur des dépôts de carburant à Rotterdam, sur les docks d'Ijmuiden et sur l'un des ponts sur le Rhin à proximité d'Emmerich.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com
undefinedFront de Grèce
La R.A.F. bombarde la ville albanaise de Valona.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com


undefined Front d'Afrique orientale
La R.A.F. bombarde Assab.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com


undefined Atlantique nord
Le U38 coule le cargo suédois Valparaiso, retardataire du convoi HX-97, au milieu de l'Atlantique nord

Les pertes maritimes du à la bataille de l'atlantique durant l'année 1940 se montent à 1345 navires représentant un total de 4,5 millions de tonnes coulées.
Dans le même temps seul 24 U-Boats ont été coulés

source : usmm.net, UBoat.net

Commenter cet article