Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

16 Novembre 1942

Publié le par Fix

Suite aux accords anglo-américains avec l'Amiral Darlan, les français libres publient la déclaration suivante
Le Général de Gaulle et le Comité National Français proclament qu'ils ne prennent aucune part et n'assument aucune responsabilité dans les négociations en Afrique du Nord avec les délégués de Vichy.

Si ces négociations devaient conduire à des dispositions qui auraient pour effet de consacrer le régime de Vichy en Afrique du Nord, ceci ne pourrait évidemment être accepté par la France Combattante.

L'union de tous les territoires français d'outre-mer dans le combat pour la libération doit se faire dans des conditions conformes à la volonté et à la dignité du peuple français.

source : médiaslibres.com
Front d'Afrique du nord
Tunisie
La 36e brigade  britannique prend le Djebel Abiod et arrive près de Beja à la fin de la journée. Un bataillon parachutiste britannique capture Souk el Arba, plus au sud.
Un bataillon de parachutistes américains est parachuté sur Souk el-Arba, à 50 km au sud de Tabarka.
Des combats ont lieux entre les forces allemandes et les forces françaises à Oued Zarga Mateur, sur la route reliant Djebel Abiod à Béja.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
Le général Hitoshi Imamura prend la tête de la VIIIe armée japonaise à Rabaul. Il commande déjà la XVIIe, dans les Salomon, et la XVIIIe en Nouvelle-Guinée.

Nouvelle-Guinée
Les forces alliées lancent une grande offensive pour liquider la tête de pont japonaise autour de Buna et Gona.

Les positions japonaises sont tenues par environ 6000 soldats en 3 zones distinctes : Buna, Gona et Sanananda. Les 3 zones sont séparées mais les communications entre elles sont fortes. Les liens maritimes ne sont pas coupés non plus avec Rabaul, et les sous-marins apportent encore ravitaillement et munitions, tout en évacuant les blessés. Les 3 zones japonaises sont fortifiées par des bunkers en bois de cocotier, toute tranché étant impossible à creuser à cause du terrain marécageux.

Carte des opérations du 16 au 21 novembre 1942 contre la tête de pont de Buna-Gona

Le plan initial prévoit une avance de la 7e division australienne sur Gona, pendant que la 32e division américaine avance sur Buna. Les australiens doivent ensuite avancer vers Sanananda.

Malheureusement pour le général MacArthur, la 32e division américaine n'est pas prête au combat et fera montre d'une faible capacité, ce dont ne manquerons pas de se moquer les australiens, fustigés depuis plusieurs mois par le général MacArthur pour leur soit disant manque de combativité.

Enfin, les bases alliées étant éloignées, l'artillerie de soutien est peu nombreuse. Les forces alliées dépendent pour leur ravitaillement des transports aériens
Les combats sont immédiatement très durs et les australiens subissent de lourde pertes.
Les forces américaines de la 32e division sont relativement peu actives et n'avancent que lentement sur Buna.

source : drezenko (carte), wikipedia, guerre-mondiale.org, onwar.com, Worldwar-2.net
Atlantique nord
Le U173 est coulé au large de Casablanca, au Maroc, par les destroyers américains USS Woolsey, USS Swanson et USS Quick
Le U92 attaque le convoi MKS-1X à l'ouest de Gibraltar et coule le cargo britannique Clan Mactaggart
Le U608 coule le cargo irlandais Irish Pine au milieu de l'Atlantique nord

Pacifique sud
Le sous-marin américain USS Seal coule le transport japonais Boston Maru au sud des Palau

source : UBoat.net, Hyperwar
uk.gifLe général De Gaulle rencontre Winston Churchill et Anthony Eden, ministre des affaires étrangères britannique, pour protester de la continuation du régime de l'Amiral Darlan. Celui-ci n'a même pas remis en cause les lois du régime de Vichy.

Winston Churchill assure qu'il comprend ses préoccupations et que la mesure n'est qu'un expédient temporaire visant à faciliter la destruction des forces de l'Axe en Afrique du nord.
Le général De Gaulle annonce qu'il n'accepte pas la "solution Darlan". Plusieurs politiciens britanniques ont des doutes sur la coopération avec l'ancien premier ministre du régime de Vichy, mais les américains, ne voyant aucun mal à traiter avec lui, poussent à le reconnaître.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, The world at war

Commenter cet article