Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

17 Janvier 1941

Publié le par Fix

undefinedFront d'Afrique orientale
Durant la nuit, les troupes italiennes évacuent Kassala et Gallalabat, au Soudan.

source : Wikipedia, Worldwar-2.net


undefined Guerre franco-thaïlandaise
Les troupes françaises qui ont attaqués la veille à Yang Dang Khum, profitent de l'absence de poursuite par les thaïlandais, pour venir reprendre sur le champ de bataille de la veille le matériel abandonné lors de la retraite.

source : sonic.net, thailand and the second world war, service historique de la défense
undefinedBataille de Koh Chang - Golfe de Thaïlande
La marine française d'extrême orient, formé du croiseur léger Lamotte-Picquet et des avisos Dumont d'Urville, Amiral CharnerTahure et Marne, sous le commandement du capitaine de vaisseau Bérenger, engage la flotte thaïlandaise mouillé à Koh Chang.

La flotte française à pour ordre "la recherche et la destruction des forces navales siamoises, à partir de Satahib jusqu'à la frontière du Cambodge". A cette fin des reconnaissances ont étés effectués la veille, qui ont découvert une partie de la flotte Thaïlandaise, soit 1 garde-côte cuirassé et 3 torpilleurs, au mouillage à Koh Chang.

Le 17 au matin, la flotte thaïlandaise au mouillage de Koh Chang comprend effectivement 2 torpilleurs, les Chomburi et Songkla, un mouilleur de mine, le Nonsaraï, un chasseur de sous-marin, le Thieuoutok, et surtout un garde côte cuirassé, le Dombhuri.
Ce dernier, de conception japonaise, compte 4 canons de 203mm, soit plus que n'importe quel bâtiment français en extrême orient, est rapide et peut aller partout grâce à son faible tirant d'eau. Ce navire et son sister-ship comptent comme les fleurons de la marine thaïlandaise.

Carte des opérations lors de la bataille de Koh Chang

5h45 le groupe français se disloque pour attaquer. L'effet de surprise est cependant éventé suite à la reconnaissance d'un hydravion français au dessus des navires thaïlandais.

6h14 les 2 torpilleurs thaïlandais ouvrent le feu sur les navires français qui s'approchent. Le Chomburi engage les avisos et le Songkla le croiseur français.

6h19 le Lamotte-Picquet commence à ouvrir le feu sur le Chomburi. Celui ci est presque immédiatement touché par les 155mm du croiseur français et explose suite à un coup au but dans une soute à mazout. Dans le même temps un poste d'observation, à terre, est détruit par une salve, empêchant la communication avec Chantaboun et l'appel à une intervention aérienne thaïlandaise.

6h20 le Lamotte-Picquet lance 3 torpilles contre les torpilleurs.

6h25 le Lamotte-Picquet concentre toute son artillerie sur le Songkla,

6h38 le garde-côte cuirassé thaïlandais Dombhuri apparaît entre les îles, évoluant très vite. Le Lamotte-Picquet laisse le soin aux avisos d'achever le Songkla et concentre son artillerie sur le nouvel arrivant.

7h15 Les avisos ouvrent le feu sur le Dombhuri qui tente de désorganiser les tirs français en se cachant entre les îles et en évoluant très vite. Son propre tir est précis mais ne touche pas l'escadre française.

7h30 3 incendies ravagent le Dombhuri, il ne tire plus que par sa tourelle avant. Il est gîté sur tribord avec son château en feu et son arrière est enfoncé, l'avant relevé. Il tente de s'enfuir en profitant de son tirant d'eau plus faible.

7h50 les avisos rompent le combat sur ordre du capitaine de vaisseau Bérenger

8h00 le Lamotte-Picquet cesse lui même ses tirs. Il est en effet impossible de continuer à poursuivre le Dombhuri, blessé à mort, dans les eaux peu profondes où il s'est réfugié, derrière les îlots. En outre, il est à prévoir que les attaques aériennes ne vont pas tarder à se produire.

8h58 un biplan Vought Corsair attaque le Lamotte-Picquet dans le soleil. Une bombe tombe par le travers de bâbord milieu. Une autre la suit, plus loin, sur l'arrière, tandis qu'un deuxième appareil largue les siennes à 200 m du bord.

9h00 une bombe manque l'Amiral Charner de 500 m.

9h45 Les avions thaïlandais rompent le combat, n'arrivant pas à toucher les navires français à cause de leurs manœuvres et de leur DCA.

Lettre du capitaine de Vaisseau Bérenger décrivant la victoire française le 17 janvier 1941

Le Dombhuri s'échouera dans sa fuite sur les haut fonds. Il sera remorqué plus tard par les Japonais mais sera déclaré irréparable et ne servira plus que de PC statique.
Le chasseur de sous-marin et le mouilleur de mine ont fuit dès le début du combat sur ordre du capitaine de vaisseaux Luang Phrom Viraphan, commandant le Dombhuri.

En tout les thaïlandais perdent 2 torpilleurs et un de leur garde côte cuirassé. 114 marins thaïlandais perdent la vie dans le combat (les thaïlandais n'en reconnaissent que 36).

Cette bataille détruit la capacité offensive de la marine thaïlandaise et permet à l'escadre d'extrême orient de reprendre le dessus dans le golfe de Thaïlande.

source : Wikipedia, netmarine.net

undefined Atlantique nord
Le U96 coule le paquebot britannique Almeda Star au nord est de Rockall
Le U106 coule cargo britannique Zealandic au sud de l'Islande.
Le pétrolier norvégien Sandefjord est capturé par le cuirassé de poche allemand Admiral Sheer, et envoyé à Bordeaux

source : UBoat.net

Commenter cet article