Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

28 Mars 1941

Publié le par Fix

Signature du statut des Chantiers de Jeunesse.

source : guerre-mondiale.org



undefinedMéditerranée
Bataille du Cap Matapan
A l'aube, les avions de reconnaissance du Vittorio Veneto aperçoivent la Force B de l'amiral Pridham-Wippell à l'est de Gavdos.
Comme celle-ci ne comprend que quatre croiseurs légers et quatre destroyers, les italiens se voient en position de force et se dirigent vers eux.

A 7h55 le groupe du croiseur Trento, comprenant les croiseurs lourds Trento, Bolzano et Trieste et 3 destroyers, arrivent au contact de la force B.

Les croiseurs de la force B HMS Ajax, HMS Orion et HMAS Perth en ligne lors de la bataille du Cap Matapan

A 8h12 les navires italiens commencent à ouvrir le feu d'une distance de 22 kilomètres, mais la visibilité est mauvaise et aucun navire ne sera touché. La force B, n'ayant pas les moyens de se battre contre des croiseurs lourds, retraite vers la flotte de l'amiral Cunningham.

A 8h30 l'amiral Sansonetti décide de rompre le contact et de rejoindre le groupe du cuirassé Vittorio Veneto, suivi immédiatement par la force B, pour ne pas perdre contact.

A 10h55 le groupe du Vittorio Veneto rejoint le groupe du Trento et commence à tirer sur la force B, qui se trouve à 23 kilomètres. Les tirs encadrent les britanniques qui ne doivent leur survie qu'à d'habiles manoeuvres et des nuages de fumées pour les protéger.
Immédiatement les navires britanniques, surpris par la présence du cuirassé, retraitent vers la flotte de l'Amiral Cunningham, suivi de près par les navires italiens.

A 11h30 Un groupe d'avion torpilleur Fairey Albacore du HMS Formidable attaque les navires italiens. Aucune torpille ne touche, mais l'Amiral Iachino décide de cesser la poursuite faute de couverture aérienne.

Vers midi les 2 groupes britanniques se rejoignent, mais les cuirassés britanniques sont trop lents pour rattraper les navires italiens. De nouveaux avions du HMS Formidable sont lâchés pour tenter de ralentir les italiens.

Avion torpilleur Albacore en train de décoller d'un porte-avion britannique

A 14h00 des bombardiers venant de Crète pilonnent à haute altitude les Italiens, sans résultats.

A 15h30 des avions du HMS formidable attaquent à nouveau les navires italiens. L'attaque se déroulant en même temps qu'une attaque des avions venant de Crète, les servants de la DCA sont débordés et les albacores réussissent à placer une torpille dans le Vittorio Veneto, au niveau de l'hélice bâbord.
L'avarie est sérieuse et La barre est bloquée, les brèches font entrer plus de 4000 tonnes d'eau de mer dans les salles des machines dont les compartiments sont évacués. Machines stoppées, le Vittorio Veneto est désemparé. Les mécaniciens feront alors l'impossible pour lui permettre de repartir avant l'arrivée de Cunningham: Ils mettront une demi-heure.

A 16h42 Le Vittorio Veneto repart péniblement à 16 puis 20 noeuds, suffisant pour distancer les cuirassés Britanniques. Pour sauver son bâtiment amiral, l'Amiral Iachino le fait encadrer et protéger par le rideau de DCA de tous ses croiseurs lourds.

Carte des opérations lors de la bataille du Cap Matapan

A 19h36 un nouveau raid des avions du porte-avion britannique à lieu et c'est le croiseur lourd Pola qui est endommagé et qui doit stopper ses machines.
L'Amiral italien, ne sachant pas que les britanniques le poursuivent, décide de laisser les croiseurs Zara et Fiume ainsi que 4 destroyers, pour protéger le Pola et le remorquer.

A 22h les navires italiens apparaissent sur le radar des navires britanniques. Les italiens n'ont pas de radar et ne voient pas les navires britanniques approcher. Les 3 cuirassés britanniques arrivent à s'approcher sans être remarqué à 3,5 km des navires italiens. Ils illuminent ensuite les navires italiens et commencent à tirer.
Le Zara et le Fiume sont pulvérisés en 3 minutes par les tirs britanniques et 2 destroyers (Vittorio Alfieri et Giosué Carducci) subissent le même sort en 5 minutes. Le pola est abordé et sabordé par les britanniques.

Le cuirassé HMS Valiant en train de tirer durant la bataille du cap Matapan. Dans le fond on distingue les HMS Warspite et HMS Barham

Le bilan de la bataille est lourd. Les italiens ont perdus 3 croiseurs lourds et 2 destroyers et le cuirassé Vittorio Veneto est fortement endommagé. En échange, les britanniques ne perdent que 2 avions.

Suite à cette bataille les italiens n'iront plus en méditerranée orientale sans appuis aériens
et demanderont l'aide technique allemande pour installer des radars sur leurs navires.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, navis2gm, crete-1941, naval-history.net (carte), HMSA Perth (photo), militarium.net (photo), wlb-stuttgart.de (photo)
undefinedMer du nord
Le croiseur lourd allemand Admiral Hipper arrive à Kiel. Il va être mis en réparation pour transformer des réservoirs d'eau en réservoir de mazout, afin d'augmenter sa capacité opérationnelle.

source : German-navy.de
Sir Dill, chef d'état major britannique, est à Belgrade pour des discussions avec les autorités yougoslaves au sujet d'une alliance balkanique. Il ne peut cependant pas leur offrir grand chose, et aucun accord n'est conclu.

Des manifestations contre l'Axe ont lieux pendant ce temps en Yougoslavie

source : onwar.com, Worldwar-2.net

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 28 mars 1941 : "Cuisine française"

Dans la casserole: Flotte française - termes de l'armistice

source : CartoonHub

Commenter cet article