Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

19 Juin 1943

Publié le par Fix

Suite à la convocation du 16 juin, le général Giraud et le général de Gaulle viennent pour parler avec le général Eisenhower du commandement et de l’organisation des forces armées françaises.
La déclaration initiale du général de Gaulle est :

Je suis ici en ma qualité de président du gouvernement français car il est d’usage qu’en cours d’opération, les chefs de gouvernement se rendent de leur personne au quartier général de l’officier qui commande les armées dont ils lui confient la conduite.

Plaçant immédiatement le général Eisenhower en position de subordonné. Celui-ci ne relève pas et déclare que le général Giraud doit rester en place avec ses attributions actuelles (chef civil et militaire), et doit être seul à traiter de tous sujets militaires en Afrique du nord, faute de quoi, les livraisons d'armes américaines seraient compromises.

 

Le général de Gaulle répond alors que les armes données aux soldats français seront utilisées dans l'intérêt commun de l'alliance, et que, en 14-18, la France a fourni des armes à de nombreux belligérants (Serbes, Russes...), sans s’attribuer en contrepartie un droit de regard sur leur organisation interne. De plus le maintien du statu quo retarde la fusion des forces françaises, et il demande enfin au général américain, devant un général Giraud qui reste muet,

Vous avez évoqué vos responsabilités de commandant en chef vis-à-vis des gouvernements américain et britannique, dit-il. Savez-vous que j’ai, moi, des devoirs envers la France et qu’au nom de ces devoirs, je ne puis admettre l’interférence d’une puissance étrangère dans l’exercice des pouvoirs français ?... Vous me demandez une assurance que je ne vous donnerai pas. Car l’organisation du commandement français est du ressort du gouvernement français, non point du vôtre

Le général Giraud fait alors remarquer que l'armée française ne peut pas vivre sans le soutien américain
Le général de Gaulle conclue en déclarant que la demande américaine doit être transmise par écrit au Comité Français de Libération Nationale (CFLN), mais qu'il refusera d'en faire partie, si l'ultimatum est accepté

 

Effectivement, suite à la réception de la demande américaine, le CFLN fait savoir au général Eisenhower que le contenu de sa note était inadmissible et, qu’ayant été présentée sous la forme d’un ultimatum, elle ne recevrait aucune réponse

Soldats français de la 2nd division marocaine s'entrainant à Oran au débarquement. Malgré la libération de l'Afrique du nord, l'armée française n'en dépend pas moins entièrement des livraisons d'armes alliées, les territoires français d'Afrique du nord ne comportant aucune industrie pouvant permettre de soutenir une armée, même aussi réduite que l'armée française de 1943


source : gaullisme.fr, wikipedia, life (photo)


uk.gifFront ouest
La RAF bombarde les usines d'armement Schneider du Creusot faisant 280 victimes.

source : Worldwar-2.net, guerre-mondiale.org

 


 Pacifique nord
Le sous marin américain USS Growler coule le transport de troupes japonais Miyadono Maru, au milieu du Pacifique nord

mer de Chine orientale
Le sous marin américain USS Gunnel coule le cargo japonais Tokiwa Maru, au sud de l'ile de Jeju en Corée


source : Hyperwar


etoile.jpg

Le Dr Goebbels annonce que Berlin est Judenfrei (libre de juif).

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net

Commenter cet article