Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

24 Septembre 1941

Publié le par Fix

Le maréchal Pétain se rend à Annecy.

La ration de tabac à Paris est réduite à 4 cigarettes par jour pour les hommes, et à 0 pour les femmes.

2 otages sont exécutés à Paris suite à des actes de sabotages


Affiche allemande annonçant l'exécution des 2 otages

source : Base Archim du ministère de la culture (photo), guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net
Constitution à Londres du Comité National de la France Libre (ou comité national français), le CNFL, par une ordonnance signée par le général de Gaulle. Il est composé de 8 commissaires nationaux nommés par le général, et responsables devant lui.
Ce comité fait suite au Conseil de défense de l'Empire, plus restreint, créé le 27 octobre 1940.

Ordonnance n° 16 du 24 septembre 1941,
portant organisation nouvelle des pouvoirs publics de la France libre
et créant le Comité national français


      Au nom du Peuple et de l'Empire français,
      Nous, général de Gaulle, chef des Français libres,

      Ordonnons,


Vu nos ordonnances des 27 octobre et 12 novembre 1940, ensemble notre déclaration organique du 16 novembre 1940 ;

Considérant que la situation résultant de l'état de guerre continue à empêcher toute réunion et toute expression libre de la représentation nationale ;

Considérant que la Constitution et les lois de la République française ont été et demeurent violées sur tout le territoire métropolitain et dans l'Empire, tant par l'action de l'ennemi que par l'usurpation des autorités qui collaborent avec lui ;

Considérant que de multiples preuves établissent que l'immense majorité de la Nation française, loin d'accepter un régime imposé par la violence et la trahison, voit dans l'autorité de la France libre l'expression de ses voeux et de ses volontés ;

Considérant qu'en raison de l'importance croissante des territoires de l'Empire français et des territoires sous mandat français ainsi que des forces armées françaises qui se sont ralliés à nous pour continuer la guerre aux côtés des alliés contre l'envahisseur de la Patrie, il importe que les autorités de la France libre soient mises en mesure d'exercer, en fait et à titre provisoire, les attributions normales des pouvoirs publics ;
 

      Ordonnons :

Article premier.
En raison des circonstances de la guerre et jusqu'à ce qu'ait pu être constituée une représentation du peuple français en mesure d'exprimer la volonté nationale d'une manière indépendante de l'ennemi, l'exercice provisoire des pouvoirs publics sera assuré dans les conditions fixées par la présente ordonnance.

Article 2.
Il est institué un Comité national composé de commissaires nommés par décret.

Le général de Gaulle, chef des Français libres, est président du Comité national.

Article 3.

A partir de la première réunion du Comité national, l'exercice des pouvoirs publics sera soumis aux règles suivantes :

Les dispositions de nature législative feront l'objet d'ordonnances délibérées en Comité national, signées et promulguées par le Chef des Français libres, président du Comité national, contresignées et certifiées conformes par l'un ou plusieurs des commissaires nationaux. Ces ordonnances seront obligatoirement, et dès que possible, soumises à la ratification de la représentation nationale.

Les dispositions de nature réglementaire feront l'objet de décrets rendus par le Chef des Français libres, président du Comité national, sur la proposition ou le rapport de l'un ou de plusieurs des commissaires nationaux et contresignés par ce ou ces commissaires nationaux.

Article 4.
Les traités internationaux et conventions internationales, normalement soumis en vertu de la Constitution à l'approbation des chambres, entreront en vigueur dès ratification par ordonnance rendue dans les conditions visées à l'article précédent.

Article 5.
Les commissaires nationaux, membres du Comité national, exercent toutes les attributions, individuelles ou collégiales, normalement dévolues aux ministres français.

La compétence et les limites de chaque département administratif seront déterminées par décret.

L'un des commissaires nationaux est chargé par décret de la coordination générale entre les départements administratifs civils. Il est assisté par un secrétaire général, nommé par décret.

Les commissaires nationaux sont responsables devant le Chef des Français libres, président du Comité national.

Article 6.
Les représentants diplomatiques des puissances étrangères sont accréditées auprès du Chef des Français libres, président du Comité national.

Les représentants de la France libre à l'étranger sont nommés par décret et accrédités par le Chef des Français libres, président du Comité national.

Article 7.
Le Chef des Français libres, président du Comité national, peut, s'il se trouve absent du siège du Comité national, déléguer tout ou partie de ses attributions, en ce qui concerne la signature des décrets et des conventions internationales, non visées à l'article 4 ci-dessus, à un commissaire national délégué par lui comme vice-président du Comité en son absence.

Article 8.
Les hauts commissaires, délégués généraux, gouverneurs généraux et gouverneurs, disposent chacun, dans les limites de leur compétence, et dans le cadre des lois, ordonnances et règlements en vigueur, du pouvoir d'édicter toute mesure générale ou individuelle d'application de ces lois, ordonnances ou règlements, par arrêtés.

Article 9.
Il sera pourvu ultérieurement, par ordonnance, à la constitution d'une Assemblée consultative, destinée à fournir au Comité national une expression, aussi large que possible, de l'opinion nationale.

Article 10.
Le Conseil de défense de l'Empire français, institué en vertu de l'article 2 de l'ordonnance n° 1, du 27 octobre 1940, est présidé par le Chef des Français libres, président du Comité national.

La composition de ce Conseil est fixée par décret.

Il émet des avis consultatifs sur les questions relatives à la défense des territoires de l'Empire et à la participation des dits territoires à l'action de guerre. Ces avis font l'objet de consultations écrites ou télégraphiées soit collectives, à l'instigation du Chef des Français libres, soit individuelles à l'initiative des membres du Conseil.

Article 11.
Le siège du Comité national est fixé par le Chef des Français libres, président du Comité national, là où il convient, pour assurer dans les meilleures conditions l'exercice des pouvoirs publics et la direction générale de la guerre.

Article 12.
Sont abrogés les articles 2, 4, 5 et 6 de l'ordonnance n° 1 et l'ordonnance n° 2 du 27 octobre 1940, l'ordonnance n° 5 et les articles 2 et 3 de l'ordonnance n° 6, du 12 novembre 1940, et d'une manière générale toutes dispositions législatives et réglementaires contraires à la présente ordonnance.

Article 13.
La présente ordonnance sera publiée au Journal officiel de la France libre.
 

      Fait à Londres, le 24 septembre 1941.
      Ch. de Gaulle.

Affiche de la France libre montrant la communauté de vue entre la résistance intérieure et la résistance extérieure (représenté par la France-libre)

Décret portant nomination de commissaires nationaux

        Le général de Gaulle, Chef des Français libres,
        Président du Comité national,


    Vu l'ordonnance n° 16 du 24 septembre 1941 portant organisation nouvelle des pouvoirs publics de la France libre,

    Vu le décret du 24 septembre 1941 relatif à la constitution du Comité national ;

    Décrète :
    Article premier.
    Sont nommés :
    Commissaire national à l'Économie, aux finances et aux colonies : M. Pleven ;
    Commissaire national aux Affaires étrangères : M. Déjean ;
    Commissaire national à la Guerre : M. le général Legentilhomme ;
    Commissaire national à la Marine et à la marine marchande : M. le vice-amiral Muselier ;
    Commissaire national à la Justice et à l'instruction publique : M. le professeur Cassin ;
    Commissaire national à l'Intérieur, au travail et à l'information : M. Diethelm ;
    Commissaire national à l'Air : M. le général Valin ;
    Commissaire national sans département : M le capitaine de vaisseau Thierry d'Argenlieu.

    Article 2.
    M. Pleven, commissaire national à l'Économie, aux finances et aux colonies est chargé de la coordination des départements administratifs civils.

    Article 3.
    Le présent décret sera publié au Journal officiel de la France libre.

        Fait à Londres, le 24 septembre 1941.
        Ch. de Gaulle.

source : guerre-mondiale.org, mémorial de caen (photo), electionpresidentielle.com, Digithèque de matériaux juridiques et politiques
Front de l'est
Front nord
Après 4 jours de bombardements par la Luftwaffe sur la flotte soviétique de la Baltique, 2 cuirassés sont hors de combat (le Marat est coulé et le Oktyabrskaya Revolutsiya est très gravement endommagé par 6 bombes) et 2 autre croiseurs sont endommagés.

Front sud
Kiev est maintenant totalement sous contrôle allemand, malgré de lourdes pertes en pénétrant dans la ville, qui avait été entièrement minée par les forces soviétiques avant leur évacuation.
Les allemands en occupant de nouvelles villes ont pour habitude d'occuper les immeubles du parti communiste, du NKVD, les clubs et les prisons pour en faire leurs quartiers généraux et leurs immeubles d'administrations. Comprenant ça, les soviétiques ont placés des charges explosives dans tous les immeubles administratifs du centre ville. Une fois les allemands dans les immeubles, les charges sont déclenchées par ondes radios, détruisant en peu de temps tout le centre de Kiev. Les efforts des allemands pour réduire les importants incendies étant contrariés par des résistants soviétiques qui coupent les tuyaux, la ville va brûler pendant plusieurs semaines.

Les allemands accusent les juifs pour ces explosions, leur donnant une excuse pour préparer des exécutions massives à Baby Yar, pendant que les soviétiques accusent les allemands. La vérité ne sera pas connue avant les années 60.

Les chars du groupe d'armée sud arrivent à 65 km de Kharkov.

Les troupes allemandes commencent une offensive en direction de la Crimée

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, pobediteli
undefined Atlantique nord
Le U67 et U107 attaquent le convoi SL-87 au sud est des Açores. Le U67 coule le cargo britannique St. Clair II. Le U107 coule les cargos britanniques Dixcove, John Holt et Lafian.

source : UBoat.net
Méditerranée
Le U371 pénètre en méditerranée, devenant le 1er sous-marin allemand à entrer dans cette mer depuis le début de la guerre.

Opération Halberd (Hallebarde)
L'opération Halberd, consistant à envoyer un convoi de 9 cargos de Gibraltar à Malte, commence.
Le convoi quitte le rocher pour Malte, escorté par la force H de l'Amiral Sommerville, consistant en 3 cuirassés (HMS Nelson, HMS Rodney et HMS Prince of Wales), 1 porte-avions (HMS Ark Royal), 5 croiseurs et 18 destroyers.

source : guerre-mondiale.org, onwar.com, Wikipedia
Le service de transmissions de l'armée de terre américaine intercepte un message de Tokyo à son consulat demandant de diviser la base de Pearl Harbor en cinq secteurs et de lui adresser des rapports sur chacun d'eux.

source : guerre-mondiale.org
uk.gifA Londres et à Washington, des représentants de 14 gouvernements alliés signent leur adhésion à la Charte de l'Atlantique, en plus des Etats-unis et de la Grande-Bretagne. Les pays signataires sont l'Australie, l'Afrique du Sud, la Belgique, le Canada, la Tchécoslovaquie, la France, la Grèce, le Luxembourg, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, la Yougoslavie et l'Union Soviétique.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org

Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 24 Septembre 1941

source : CartoonHub

Caricature de David Low paru dans le Evening Standard le 24 Septembre 1941 : "Ils attendent ce blindé"

source : CartoonHub

Commenter cet article