Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

25 Février 1943

Publié le par Fix

Le général De Gaulle prononce un discours à la BBC
Je m'adresse aujourd'hui à la jeunesse de France. Ce n'est pas pour la plaindre. Elle ne l'accepterait pas.

Certes, c'est sur les jeunes Français que pèse le plus durement la souffrance du pays. Physiquement, c'est à eux surtout que manque tout ce dont notre peuple est en ce moment dépouillé. Sur dix garçons et filles de chez nous, neuf ne mangent pas à leur faim. Moralement, ils ressentent, plus cruellement encore que leurs aînés, ce qu'il y a d'humilié dans la condition desfami1les et dans le sort de la patrie. Quelle colère et quel dégoût inspire à leurs âmes de vingt ans la présence de l'ennemi, le travail forcé, la répression et, pire encore, cette simulation dans laquelle on doit se retrancher pour vivre !

Et cependant, jeunes gens, jeunes filles de France, vous ne voulez pour rien au monde de cette pitié, de cette résignation, dont les faibles tentent de vous bercer. Vous avez bien raison! Laissez gémir les esclaves. Mais vous, vous êtes les fils et les filles d'une grande nation.

Sans doute, quelques malheureux osent-ils parler de la décadence de la France. Sans doute, une suite d'absurdités, de lâchetés et de trahisons, commises par ceux-là mêmes qui se prétendaient nos chefs, ont-elles livré à l'envahisseur la totalité du territoire. Sans doute, aujourd'hui encore, l'union pour le combat et pour la liberté rencontre-t-elle l'obstacle dressé par cette même sorte de gens pour qui le devoir se confond avec la passion de garder en tout cas leurs places, par ces pitres du désastre qui se démentent sans vergogne et retournent à l'instant leur habit suivant que le vent souffle de l'Est ou de l'Occident, par ces pharisiens qui n'adorent que l'opportunité. Mais vous savez bien que l'écume qui flotte sur la nation sera tôt ou tard balayée. Il vous suffit de voir et d'écouter pour discerner les trésors de foi, de dévouement, de courage, que le peuple français recèle en ses profondeurs. Vous êtes convaincus que pour la France, l'avenir n'a qu'une seule issue qui s'appelle la libération et que, pour forcer la porte, il faut lutter sans relâche, sans délai, sans ménagement.

L'ennemi est là, avec sa force, sa police, sa propagande. Il est là, qui souille notre sol, empoisonne notre atmosphère, déshonore nos maisons, outrage nos drapeaux. Il est là, à demi-vaincu, s'efforçant de suppléer par l'oppression des populations sans armes aux victoires qui, désormais, lui manquent. Jeunesse de France, c'est le moment ou jamais de faire tout ce qui peut être fait pour nuire à l'envahisseur, en attendant de pouvoir le détruire. C'est à vous, surtout, qu'incombe ce dur et grand devoir de la guerre. C'est vous que l'ennemi vise d'abord, lui qui, en ce moment même, veut vous mobiliser pour travailler à son profit. Faites tout pour lui échapper et, si c'est impossible, pour le tromper, l'abîmer, le décevoir. Groupez-vous avec discipline dans les organisations de résistance qui sont la France Combattante du dedans. Suivez les consignes. On ne fait rien de fort ni de grand qu'en se confondant avec les autres. L'honneur, aujourd'hui, c'est d'être une vague de la mer.

Jeunes gens, jeunes filles de France, courage! Voici l'heure du plus grand effort. C'est à ce prix que les chaînes tomberont, que le cachot s'ouvrira, que le soleil va reparaître. C'est à ce prix que vous retrouverez la joie d'être au monde, l'ardeur de vivre et de donner la vie, le droit de chanter et de rire, la fierté d'être libres dans un pays glorieux et fraternel. Ecoutez parler votre cœur. Il contient l'avenir de la France !
Puis un second discours à Grovesnor House à l'occasion de la réunion des britanniques réfugiés en France
Nous savons quelle particulière amitié, vous, les Britanniques venus de France, n'avez cessé de témoigner aux Français Combattants. C'est parce que, comme nous-même, vous n'avez jamais cessé de croire que le peuple français, quoique écrasé par le désastre et livré à la trahison, ne renonçait dans ses profondeurs ni à lui-même, ni à ses amis. Aujourd'hui, nous apercevons ensemble que cette conviction était justifiée. L'abominable camouflage dont on voulait masquer au monde la véritable volonté de la France s'écroule morceau par morceau.

Personne dans l'univers ne peut plus douter que la nation française soit restée fidèle à son idéal et que, malgré les divisions artificielles et momentanées créées par l'ennemi ou suscitées par l'intrigue, elle achève de se rassembler pour se libérer totalement et reprendre §a marche vers ses éternelles destinées.

Certes, la lutte n'est pas finie. Il reste aux peuples en guerre beaucoup d'efforts à fournir et, pour ceux qui subissent l'étreinte de l'ennemi, beaucoup de souffrances physiques et morales à supporter. Cependant, l'optimisme est maintenant si justifié que les esprits se hâtent vers l'avenir. Je crois bien que vous-mêmes pensez déjà volontiers au jour où il vous sera possible de vous rendre à nouveau en France et d'y reprendre vos activités d'autrefois. Je crois bien aussi que vous vous demandez quelle France vous retrouverez ?
Je suis, sans m'avancer beaucoup, à même de vous le dire.

La France que vous retrouverez sera, quant au fond des choses, celle qui fut et qui sera toujours. Le tempérament national n'aura pas changé plus que l'aspect du sol. Les blessures morales se guériront, une fois de plus, de même que les ruines matérielles seront plus ou moins vite réparées. Mais la France que vous retrouverez aura immensément souffert, non point seulement dans sa chair, mais dans son âme. De tant d'épreuves, elle aura tiré, croyez-moi, beaucoup de leçons quant à elle-même et quant aux autres. Vous trouverez donc une France plus grave, plus réfléchie, plus concentrée que celle que vous avez connue. Il y aura toujours des fleurs au fleuriste de la rue Royale et ces fleurs vous seront encore offertes avec un sourire. Mais, dans les yeux de la jeune fille qui vous les présentera et dont naguère vous saisissiez surtout la grâce, vous pourrez lire quelque chose de ferme, de fier, de résolu, qui sera le nouveau regard de la France.

Nous autres, Français combattants de l'intérieur et du dehors, avons la certitude que ce regard de la France sera pour ses bons et braves alliés britanniques plus que jamais le regard de l'amitié. Ce sera pour nous et pour vous une récompense de nos efforts et peut-être voudra-t-on alors reconnaître sans réserves que nous aurons fait nous-mêmes quelques petites choses pour réaliser cela.

source : média-libres.com

allemagne.pngFront d'Allemagne
Début de l'offensive aérienne alliée ininterrompue contre l'Europe allemande.

source : guerre-mondiale.org


Front de l'est
Front sud
Autour de Kharkov l'armée rouge libère Mingrelsk, à l'est de Krasnodar, et le front du centre du maréchal Rokossovki lance une offensive contre la IIe armée et la IIe armée blindée allemande.
Cependant la contre-offensive allemande continue la VIe armée du front du sud ouest tente d'échapper à l'encerclement allemand.

source : wikipedia, onwar.com, guerre-mondiale.org
Front d'Afrique du nord
Le retrait des forces de l'axe à Kasserine se termine, terminant la bataille du même nom. Le col est réoccupé par les forces alliées
La bataille est un échec complet pour les alliés mais surtout les américains qui se sont fait étrillés sans rien pouvoir y faire. Les conclusions sont différentes de chaque coté.
Les allemands estiment après cette bataille que les américains ne sont pas dangereux et qu'il est facile de les vaincre. Seule quelque unités américaines sont valables aux yeux du maréchal Rommel, et le matériel américain est quand à lui considéré comme inférieur.
Coté allié par contre les interrogations sont nombreuses et vont conduire à de nombreux changements dans l'avenir pour augmenter la capacité combative de leurs unités, mais surtout le commandement sera changé, l'état major et le général Fredendall ayant fait montre d'une apathie incompréhensible, responsable de façon importante des déboires américains à Kasserine.
Les pertes alliées sont importantes avec 1/3 des effectifs engagés perdu, soit environ 10000 soldats (dont 6500 américains), et surtout de fortes pertes en matériel avec la destruction ou la capture de 183 chars et 706 camions. En comparaison les pertes de l'axe sont faibles avec la perte de 2000 soldats et de seulement 34 chars.

La RAF commence des bombardements continus sur la Tunisie avec 2000 raids dans les prochaines 48 heures

 


source : wikipedia, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, Worldwar-2.net, mémorial de caen (photo)
Atlantique nord
Le U628 attaque le convoi ON-166 au milieu de l'Atlantique nord, et coule le cargo britannique Manchester Merchant.

source : UBoat.net

pologne.gifLe gouvernement polonais en exil annonce ses espoirs que l'Union Soviétique restaurera la Pologne dans ses frontières orientales d'avant guerre. Cette déclaration est une protestation contre les décisions soviétiques affectant la souveraineté polonaise sur les territoires orientaux et les droits des citoyens polonais qui y résident.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
etoile.jpg Départ du premier convoi de juifs depuis Salonique, en Grèce, vers Auschwitz

source : Mémorial Yad-vashem

Commenter cet article