Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

15 Février 1942

Publié le par Fix

Le général De Gaulle prononce un discours au City Livery Club
Le sentiment que je ressens d'abord, en me trouvant aujourd'hui l'hôte de votre antique et très honorable Club, aux côtés du Lord Mayor, c'est l'honneur d'y être reçu. Je sais ce que chacun de vous représente et je sais ce que vous représentez ensemble, en fait de valeur et de dignité.

Mais je dois vous avouer qu'un autre sentiment se joint à celui-là. Comme tous mes contemporains, il m'arrive de penser à la guerre dans chacun des actes qu'il m'est donné de faire. Et aujourd'hui, par exemple, je ne puis séparer dans mon esprit le drame que nous vivons et l'impression que me produit votre réunion.

En ma qualité de Français, convaincu que le destin de mon pays est lié à celui du vôtre, il m'apparaît réconfortant, dans les graves circonstances présentes, de vous voir assemblés, calmes et sûrs de vous, suivant votre ancienne tradition.

Voyant au cœur de la Cité de Londres, et en dépit des ruines et des angoisses, le " City Livery Club " tel qu'il fut depuis si longtemps, je discerne que toute la vieille Angleterre est aujourd'hui à votre image, malgré ses deuils et ses soucis, ferme dans sa volonté et assurée de son destin.

Je crois bien que ce sont cette fermeté et cette assurance, d'autant plus certaines que les jours sont plus sombres, qui ont fait réellement et qui continuent de faire la grandeur de votre pays. Le rocher n'est jamais plus beau qu'au milieu de la tempête. Or, nous sommes au pire moment de la guerre. Jamais l'inébranlable résolution du peuple britannique ne fut plus nécessaire. Mais si, comme j'en suis convaincu, cette résolution demeure ce qu'elle est, jamais la gloire et l'honneur de ce peuple n'auront atteint un degré plus haut.

Peut-être la nation anglaise, tendue par son effort, ne mesure-t-elle pas au juste à quel point son attitude d'énergie sans fissures, personnifiée vis-à-vis du monde entier, ennemis et amis, par votre Premier Ministre, M. Winston Churchill, contribue à sa grandeur. Cela, il appartient à un allié de le dire. Et c'est pourquoi je le dis.

C'est autour de l'admirable volonté britannique que s'est rassemblé le camp de la liberté. C'est de la résistance anglaise qu'a dépendu et que dépend encore tout l'avenir de l'humanité. C'est vers l'Angleterre que regardent tous ceux qu'un adversaire haïssable a pu réduire en servitude, tous ceux qui, en ce moment même, croisent le fer avec l'ennemi, tous ceux aussi qui, venus plus tard au sacrifice et au combat, se préparent maintenant à y courir en masses. Malgré les épreuves et, parfois, les revers, il y a là, croyez-moi, pour votre pays et pour l'homme qui le dirige, une sorte de dignité suprême dont vous avez le droit et, j'ajoute, le devoir d'être fiers.

Telles sont, Messieurs, les réconfortantes réflexions que m'inspire votre réunion et qui me la font paraître particulièrement sympathique.

source : MediasLibres.com
Front des Philippines
Une poche japonaise, isolée dans la ligne américaine, réussit à percer pour rejoindre les forces japonaises principales, permettant près de 400 hommes de s'échapper.

source : wikipedia

Front de Malaisie
Le périmètre défensif allié n'est maintenant plus qu'une petite zone autour de la ville de Singapour, et les réserves d'eau et de vivres sont basses depuis que les japonais ont conquis les réservoirs.

Dans la matinée, les forces japonaises pénètrent la dernière ligne de défense alliée, alors que les britanniques n'ont presque plus de munitions et de vivres. Les canons anti-aériens n'ont plus non plus de munitions, mettant les troupes alliées à la merci des raids de l'aviation japonaise.

A 9h30, le général Percival propose 2 options à son état major
- soit tenter une contre-attaque pour reprendre les réservoirs et les dépôts de vivres de Bukit Timah, tout en tentant de déloger l'artillerie adverse des collines avoisinant la ville
- soit de capituler.
Devant l'avis unanime qu'aucune contre-attaque n'est possible, la décision de rendre la place est prise.

Le général Percival, mené par un officier japonais, vient négocier la reddition de Singapour avec l'état major japonais.

La capitulation est signée à l'usine Ford dans à 17h15 dans les termes suivants
- les forces alliées se rendent sans conditions à Singapour
- les hostilités doivent finir à 20h30
- toutes les troupes restent en position en attendant les ordres
- toutes les armes, l'équipement militaire, les avions, les navires et les documents secrets, doivent être donnés intacts aux forces japonaises (le général Percival a déjà donné l'ordre à 16h de détruire tous les documents, codes, équipements et canons lourds)
- pour empêcher les pillages, pendant que les troupes se retireront de Singapour, une force de 1000 britanniques pourra être armée jusqu'a ce qu'elle soit relevée par les japonais.

Le général Yamashita et son état major, en train de recevoir la reddition inconditionnelle des britanniques à l'usine Ford. Le général Percival est à droite, en train de porter ses mains à sa bouche.

La reddition de Singapour, renommé Shoonan-to (Lumière de l'île du sud) par les japonais, marque la fin de la campagne de Malaisie. Celle-ci est une défaite totale pour les britanniques, qui ont perdu 140000 hommes dans la campagne, dont 7500 tués et 10000 blessés, alors que les japonais n'ont perdus que 10000 hommes. C'est aussi la plus importante force, commandé par des britanniques, de l'histoire à se rendre.

Des 120000 prisonniers de guerre alliés capturés durant la campagne, une grande quantité mourra des mauvais traitements dans les camps de prisonniers japonais, ou utilisés comme esclaves sur des chantiers comme le chemin de fer de Birmanie.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org, wikipedia, Worldwar-2.net, inilossum.com (photo)

Front des indes néerlandaises
Quelques combats ont encore lieux à Palembang, mais l'issue des combats ne fait plus de doute.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org


Front de Birmanie
Les unités avancées de la 17e division indienne sont repoussés à l'ouest de la rivière Bilin, suite à la traversé en force de la Salouen par les japonais.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
Mer de Timor
Un convoi de renforts destiné à Koepang, dans l'île de Timor, pour occuper Penfoe, l'aéroport de l'île, quitte Darwin, en Australie.

Mer de Java
L'escadre de l'ABDA tente d'intercepter la force japonaise protégeant le débarquement japonais à Palembang, près de Sumatra, mais doit renoncer devant la menace aérienne japonaise.

source : wikipedia, guerre-mondiale.org
undefinedAtlantique nord
Le U98 coule le cargo britannique Biela, issu du convoi dispersé ON-62, au milieu de l'Atlantique nord
Le U432 coule le cargo brésilien Buarque au sud ouest du cap Henry, en virginie, aux Etats-Unis
Le U566 coule le cargo grec Meropi, issu du convoi dispersé ON-60, au large d'Halifax, au Canada.

source : UBoat.net
A l'hôpital de la caserne Alexandra, à Singapour, 200 membres de l'hôpital et des patients, dont une grande quantité ne pouvant pas se déplacer, reçoivent l'ordre de se rendre à 400m, dans une zone industrielle. Tout ceux qui tombent sur le chemin sont tués à la baïonnette. Ils sont ensuite enfermés dans une suite de petites pièces, mal ventilées pour la nuit, sans eau. Beaucoup meurent dans la nuit, des suites des traitements infligés.

source : wikipedia

Commenter cet article