Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

28 Décembre 1942

Publié le par Fix

A Roanne un groupe de franc tireur sous les ordres de Gerard Henneber, ayant pour pseudonyme Frit B, sabote l'usine de fibranne France-Rayonne, interrompant les livraisons aux allemands pendant plusieurs semaines.

Le Maréchal Pétain déclare que les français libres ont trahis l'Afrique du nord Française au profit des britanniques et des américains.

Affiche placardée à Lille le 28 décembre 1942

Une ordonnance allemande punie de travaux forcés "toute femme qui, atteinte d'une maladie vénérienne contagieuse et le sachant, aura des relations intimes avec un ressortissant allemand".

La Légion tricolore est dissoute, les Allemands ayant refusé qu'elle remplace la Légion des Volontaires Français (LVF)

source : onwar.com, guerre-mondiale.org, Base Archim du ministère de la culture (photo)
Le général De Gaulle salue la nomination du général Giraud et en appel à l'unité française dans un discours faite à la BBC

La République française a toujours voulu gagner cette guerre aux côtés de ses alliés, pour la liberté et la sécurité de l'Europe et du monde. Le dernier Gouvernement républicain, auquel j'avais l'honneur d'appartenir, entendait donc maintenir dans la lutte les moyens qui restaient à la France après la défaite militaire dans la Métropole, c'est-à-dire son Empire, sa flotte, sa marine marchande, son trésor, son influence morale et, par-dessus tout, l'âme du peuple envahi, en attendant qu'il fût possible à la nation tout entière de se remettre debout pour chasser et châtier l'ennemi.

Le défaitisme de certains dirigeants, les intrigues de la trahison, les conspirations des adversaires de la souveraineté du peuple, profitant du désarroi produit par le désastre et abusant de la discipline des armées et des administrations, ont pu réussir momentanément à imposer à la France, d'abord la capitulation et, ensuite, un régime de dictature et d'usurpation. Mais il n'y avait là rien qu'une sorte d'épisode qui, pour effroyable qu'il fût, ne changeait pas la volonté nationale telle qu'elle s'était exprimée aussi longtemps qu'elle était libre. C'est à cette volonté seule que les Français se devaient et se doivent d'obéir.

Telle est la raison et telle est l'inspiration de l'attitude adoptée dès le 18 juin 1940 par un grand nombre de citoyens français à l'intérieur et au-dehors du pays. On sait aujourd'hui que la masse immense de la nation les approuve et les soutient. Le Comité National, formé pour assurer la direction de l'effort français et représenter provisoirement les intérêts généraux de la France, a pu rassembler peu à peu une grande partie de l'Empire et des forces militaires importantes, recueillir l'adhésion et assurer la direction des organisations de résistance sur notre territoire. Il a pu également obtenir d'un grand nombre de Puissances étrangères des engagements au sujet de l'intégrité, de l'indépendance et de la grandeur de la France. Ainsi la France n'est, ni en fait ni en droit, jamais sortie de la guerre. En outre, il s'est créé dans la nation et dans le monde une sorte de mystique de la libération française qui est un élément capital pour le présent et pour l'avenir de l'unité et de la grandeur du pays.

Cependant, le cours des événements militaires a amené les armées alliées, puis les forces ennemies, en Amérique du Nord française. Une bataille s'est engagée en Tunisie. Un chef militaire français renommé, le Général Giraud, dont, je puis en témoigner, le Gouvernement de la République déplorait aux pires moments de la bataille de France qu'il ne pût être nommé Généralissime puisqu'il était tombé aux mains de l'ennemi, a commencé d'entraîner au combat une partie des troupes d'Afrique du Nord. Déjà, ces troupes ont obtenu des succès glorieux et qui vont s'accroissant. Leurs camarades qui, sur terre, sur mer et dans les airs, ont pu reprendre le combat à des dates antérieures sur d'autres théâtres d'opérations, acclament leur concours et leur gloire et souhaitent que tous ceux qui portent les armes de la France se confondent, comme il se doit, dans une seule armée, dans une seule marine, dans une seule aviation françaises.

D'autre part, dans les territoires de l'Afrique du Nord et de l'Afrique Occidentale française, le régime usurpé et l'esprit de Vichy ont été, du fait des événements, profondément ébranlés. Il apparaît qu'en dépit d'une propagande acharnée de deux ans et demi et des mesures de répression si longtemps appliquées, le plus pur souffle national reprend, là comme ailleurs, tous ses droits. Il apparaît que l'union de tout l'Empire dans la guerre n'est plus seulement

désirée et désirable mais peut être bientôt réalisable dans des conditions conformes à la volonté et à la dignité du peuple français.

Mais, ce qui a été fait déjà, ce qui est fait aujourd'hui, ce qui sera fait demain par la nation française, pour le triomphe de la cause commune à toutes les Nations Unies, implique que son effort total soit uni et dirigé, que la souveraineté française soit gérée, que les lois françaises soient appliquées, que les droits et intérêts de la France soient représentés, comme l'ont toujours été et comme le sont toujours par le sang et les douleurs de la nation, son honneur, son âme et sa puissance. Un pouvoir provisoire élargi, groupant toutes les forces françaises à l'intérieur et à l'extérieur du pays et tous les territoires français qui sont susceptibles de lutter pour la libération, est nécessaire à l'indépendance et à l'unité nationales, jusqu'à ce que la nation elle-même ait pu faire connaître ses souveraines volontés.

Les Français n'ont qu'une seule patrie. Il s'agit de faire en sorte qu'ils ne livrent qu'un seul combat.

Un attentat à lieu a Alger contre le Robert Murphy, consul américain à Alger, et Pierre Boisson, ancien gouverneur de l'Afrique occidentale française

En Somalie française le général Dupont, gouverneur de Vichy de la petite colonie française, se rend aux forces de la France Libre. Seules les forces françaises en Indochine sont donc encore sous les ordres du régime de Vichy dans l'Empire.

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, médiaslibres.com
Front de l'est
Front sud
A Tatsinskaya le 24e corps blindé reçoit l'autorisation de décrocher pour tenter de rejoindre les lignes soviétiques. Les unités soviétiques, encerclées depuis 4 jours, réussissent à percer les lignes allemandes mais la plupart du matériel et une grande partie des soldats sont perdus. Malgré tout le raid sur Tatsinskaya est un succès, ayant forcé les allemands à détacher des unités pour s'occuper du 24e corps blindé soviétique, et détruisant de nombreux avions.

source : Worldwar-2.net, wikipedia
Front d'Afrique du nord
Libye
Les avant-gardes de la VIIIe  armée britannique arrivent à l'oued el-Kebir, près de Bouerat, sans s'être rencontrer les forces de l'axe

source : guerre-mondiale.org
Front du pacifique sud
Nouvelle-Guinée
A Buna les japonais reçoivent l'ordre d'évacuation de la place et de se diriger sur Giruwa.
Les soldats alliés pénètrent dans le "triangle" dans la soirée et découvrent les bunkers japonais désertés.
Seuls les combats autour de Giruwa et Sanananda continuent en Nouvelle-Guinée

Carte des opérations autour de la mission de buna en décembre 1942

source : guerre-mondiale.org, Worldwar-2.net, United State military academy (carte)
Atlantique nord
Les U225, U260, U406 et U591 attaquent le convoi ONS-154 au nord des Açores. Le U225 coule le cargo britannique Melmore Head, et endommage le cargo britannique Ville de Rouen, le pétrolier belge President Francqui et le cargo à catapulte britannique Empire Shackleton. Le U260 coule le cargo britannique Empire Wagtail. Le U406 endommage les cargos britanniques Baron Cochrane, Lynton Grange et Zarian. Le U591 endommage le cargo norvégien Norse King.
Le U124 coule le cargo britannique Treworlas à l'est de Trinidad

Méditerranée

Le U617 coule le remorqueur britannique HMS St. Issey au large de Benghazi, en Libye

Mer de Chine orientale
Le sous-marin américain USS Kingfish coule le cargo japonais Choyo Maru 3 à l'ouest de Formose

Pacifique centre
Le sous-marin américain USS Triton coule le transport japonais Omi Maru au milieu du pacifique centre

source : UBoat.net, Hyperwar
usa.gifuk.gifLe président Roosevelt confirme la politique de non coopération avec les britanniques que ces conseillers lui recommandes. Il ordonne qu'aucune information ne soit donné aux scientifiques britanniques, à moins que ce ne soit dans un domaine sur lesquels ils sont en train de travailler directement. Cette décision tend les relations entre les 2 alliés occidentaux.

source : onwar.com, guerre-mondiale.org
usa.gifLes Américains reconnaissent le général Giraud comme haut-commissaire civil et militaire en Afrique du Nord.

source : guerre-mondiale.org


chine-nationaliste.gifusa.gifLe général président chinois Tchang Kaï chek envoi un message au président Roosevelt, dans lequel il lui assure que l'armée chinoise sera en mesure de lancer une offensive depuis le Yunnan au printemps 1943. Il demande comme conditions que les forces navales alliées soient renforcées dans le golfe du Bengale.

source : guerre-mondiale.org
Des expérimentations de stérilisation sur les femmes commencent à Birkenau

source : History place - Holocaust Timeline, Worldwar-2.net

Commenter cet article