Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

11 Juin 1942

Publié le par Fix

uk.gifFront ouest
Une répétition du raid prévu contre le port français de Dieppe, l'opération "Rutter", se tient en Angleterre. L'armée du sud est du général Montgomery a la charge de l'attaque et la 2nd division canadienne est sélectionnée pour cette tache.
Elle doit faire un assaut frontal sur la ville, aidée par des troupes aéroportées, devant neutraliser les batteries sur les promontoires de chaque coté du port

source : historyofwar.org, Worldwar-2.net
Front d'Afrique du nord
A minuit et quart, dans la nuit du 10 au 11, soit 1h15 après l'horaire prévu suite à la lenteur du déminage qui s'est révélé plus ardu que prévu, les français de la 1ere brigade française libre commencent l'évacuation de Bir Hakeim, après que le matériel lourd qui ne peut être emporté ait été détruit. L'objectif est de rejoindre la 7e brigade motorisé britannique, qui n'est qu'à 7 kilomètres de la, mais 3 lignes de défense italo-allemandes sont entre les français et les britanniques.

Seul un couloir étroit, et non la largeur prévue de 200 mètres, a été déminé. Une fusée éclairante dévoile alors le mouvement des Français et ceux-ci, comprenant que la réaction allemande ne va pas tarder, décident alors de foncer, comptant sur la faible densité de mines pour limiter les pertes. La décision est payante car, si de nombreux véhicules sautent, le 3e bataillon étranger et le bataillon du Pacifique réussissent également à sortir.
En petits groupes, motorisés ou non, les français neutralisent les trois lignes de défense italo-allemandes qui se trouvent sur leur chemin. Les Bren-carriers du capitaine Lamaze, qui est tué en compagnie du capitaine Bricogne, se distinguent particulièrement dans l'opération.
La plus grande partie de l'effectif de la brigade arrive à traverser l'encerclement, derrière la charge des véhicules et des hommes du lieutenant colonel prince Amilakvari. Celui-ci, en compagnie du général Kœnig, arrive à Gasr-el-Abid, après avoir risqué la capture en traversant un campement ennemi.
Les Britanniques voient les premiers éléments français sous la conduite de l'aspirant Bellec, vers quatre heures du matin. Vers 8 h du matin, la majeure partie des hommes de la brigade FFL a réussi à rejoindre la zone de recueil fixée par les britanniques, en véhicule ou à pied. Les patrouilles britanniques recueilleront encore de nombreux isolés et égarés au cours de la journée.


Soldats du bataillon du pacifique arrivant dans les lignes britanniques

La sortie est un succès complet et le général Rommel, ignorant que la position de Bir Hakeim a été abandonnée pendant la nuit, lance un nouvel assaut au matin, pour découvrir la position vide, à l'exception de quelques blessés n'ayant pas réussi à fuir. La Luftwaffe, qui a épuisé son carburant au cours de 1 400 sorties au-dessus de Bir Hakeim, n'en a plus assez pour poursuivre et bombarder les colonnes FFL et britanniques qui s'échappent.

Le général Rommel raconte
Le 11 juin 1942, la garnison française devait recevoir le coup de grâce. Malheureusement pour nous, les Français n'attendirent pas. En dépit des mesures de sécurité que nous avions prises, ils réussirent à quitter la forteresse, commandés par leur chef, le général Kœnig, et à sauver une partie importante de leurs effectifs. À la faveur de l'obscurité, ils s'échappèrent vers l'ouest et rejoignirent la 7e brigade anglaise. Plus tard, on constata qu'à l'endroit où s'était opérée cette sortie, l'encerclement n'avait pas été réalisée conformément aux ordres reçus. Une fois de plus, la preuve était faite qu'un chef français, décidé à ne pas jeter le fusil après la mire à la première occasion, peut réaliser des miracles, même si la situation est apparemment désespérée. Dans la matinée, je visitais la forteresse, théâtre de furieux combats ; nous avions attendu sa chute avec impatience. Les travaux de fortification autour de Bir Hakeim comprenaient, entre autres, 1 200 emplacements de combat, tant pour l'infanterie que pour les armes lourdes

En tout 3300 soldats de l'axe sont tués autour de Bir Hakeim, 277 ont été fait prisonniers, 51 chars et 13 automitrailleuses et une centaine de véhicules divers ont été détruits.
Coté français on compte 99 tués et 19 blessés pendant le siège et 41 tués, 210 blessés et 814 prisonniers, lors de la sortie. Au total 2 619 hommes des FFL ont réussit à rejoindre les lignes britanniques, sur les 3 703 présents au départ.

Soldat du bataillon d'infanterie de marine lors de la sorte de Bir Hakeim

Le général britannique Ian Playfair déclarera
La défense prolongée de la garnison française a joué un rôle important dans le rétablissement des troupes britanniques en Égypte. Les Français libres ont, dès l'origine, gravement perturbé l'offensive de Rommel. L'acheminement de ravitaillement de l'Afrikakorps en a été fortement troublé. La concentration de plus en plus importante de l'Axe, pour percer cet abcès, a sauvé la 8e armée britannique d'un désastre. Les retards qu'apporte la résistance résolue des Français augmentent les chances des Britanniques de se ressaisir et facilitent la préparation d'une contre-attaque. À plus long terme, le ralentissement de la manœuvre de Rommel permet aux forces britanniques d'échapper à l'anéantissement prévu par l'Axe. C'est par là que l'on peut dire, sans exagération, que Bir Hakeim a facilité le succès défensif d'El-Alamein.

Dans la journée, la 15e division blindée et la 90e division légère allemande reprennent leur offensive entre Knightsbridge et El Adem pour sortir du "chaudron".

Les forces d'infanterie du général Ritchie sont toujours sur la ligne Ghazala et les bases britanniques en dehors de Tobrouk sont maintenant menacées.

source : wikipedia, wikipedia, onwar.com, françaislibres.net
Méditerranée
2 convois quittent simultanément Gibraltar et Alexandrie, devant se diriger sur Malte pour apporter du ravitaillement à l'île.

Le convoi quittant Gibraltar est part de l'opération Harpoon et consiste en 5 cargos et 1 pétrolier américain. 9 destroyers, 1 croiseur anti-aérien et un poseur de mine, protègent de façon rapproché le convoi. La protection distante est assurée par le cuirassé HMS Malaya, les porte-avions HMS Argus, HMS Eagle, 3 croiseurs et des destroyers. L'opération est sous le commandement de l'Amiral Curteis.

Le convoi quittant Alexandrie est part de l'opération Vigorous et consiste en 9 cargos et 2 pétroliers. 2 croiseurs, 26 destroyers, 9 sous-marins et d'autres navires plus petits assument la défense du convoi. Comme aucun cuirassé n'est disponible depuis que les HMS Queen Elizabeth et HMS Valiant ont été endommagés dans le port d'Alexandrie en décembre 1941, le vieux cuirassé HMS Centurion, désarmé pendant l'entre 2 guerre, est la pour faire croire à la présence d'un cuirassé en support du convoi. L'opération est sous le commandement de l'amiral Vian.

source : wikipedia, wikipedia, onwar.com, Worldwar-2.net
undefined Atlantique nord
Le U455 coule le pétrolier britannique Geo H. Jones, retardataire du convoi SL-111, au milieu de l'Atlantique nord
le U94 coule le cargo britannique Pontypridd, retardataire du convoi ONS-100, au milieu de l'Atlantique nord

Dans le même temps, les sous-marins allemands commencent à miner les côtes autour de Boston, du Delaware et de la baie de Chesapeake, aux Etats-Unis

Mer des Caraïbes
Le U504 coule le cargo américain American et le transport néerlandais Crijnssen, au nord des côtes du Honduras
Le U159 coule le cargo britannique Fort Good Hope au nord du canal de panama
Le U157 coule le pétrolier américain Hagan au nord de Cuba
Le U158 coule le pétrolier panaméen Sheherazade au sud de l'embouchure du Mississipi, aux Etats-Unis

Atlantique sud
Le corsaire allemand Michel coule le cargo britannique Lylepark au milieu de l'Atlantique sud

source : UBoat.net, scharnhorst-class.dk, Worldwar-2.net
L'ambassadeur soviétique, M. Litvinov, et le secrétaire d'état américain, M. Hull, signent un accord additionnel de pré bail entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique

source : onwar.com, "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org


Adolf Eichmann rencontre des représentants de la France, de la Belgique et des Pays-bas, pour coordonner les plans de déportation des juifs

source : History place - Holocaust Timeline, Worldwar-2.net



Caricature de Leslie Illingworth paru dans le Daily Mail le 11 Juin 1942

sur le drapeau: français libres
texte : le véritable esprit de la France

source : CartoonHub

Commenter cet article