Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

18 Juin 1942

Publié le par Fix

Le général De Gaulle prononce un discours à l'Albert Hall pour l'anniversaire de l'appel du 18 juin 1940
Chamfort disait : « Les raisonnables ont duré. Les passionnés ont vécu! » Voici deux ans que la France, livrée et trahie à Bordeaux, continue cependant la guerre, par les armes, les territoires, l'esprit de la France Combattante. Pendant ces deux années, nous avons beaucoup vécu, car nous sommes des passionnés. Mais aussi, nous avons duré. Ah! Que nous sommes raisonnables!
Je dis que nous sommes des passionnés.

Mais, en fait de passion, nous n'en avons qu'une: la France! Les milliers d'entre nous qui, depuis le soi-disant Armistice, sont morts pour elle sur tant de champs de bataille d'Afrique et d'Orient, ou sur toutes les mers du globe, ou dans les ciels d'Angleterre, d'Erythrée, de Libye, ou pendant les nuits des combats de Saint-Nazaire ou aux matins des exécutions, ont mêlé le nom de la France à leur dernier soupir. Les millions d'entre nous qui restent debout, ou bien sur la terre nationale préparant les coups de la vengeance, ou bien frappant l'ennemi de leurs armes, ou bien maintenant, dans l'Empire libéré, à leurs postes d'administrateurs, de magistrats, de médecins, de professeurs, de colons, de missionnaires, sa souveraineté sacrée et sa bienfaisante influence, ou bien travaillant à l'étranger afin de lui garder ses amitiés et son rayonnement, ne veulent rien que servir la France, ne rêvent que lui être fidèles. Et, parce que rien de grand ne se fait sans la passion, la grande œuvre à laquelle le devoir nous a voués exige la passion de la France.

Je dis que nous sommes raisonnables. En effet, nous avons choisi la voie la plus dure, mais aussi la plus habile : la voie droite. Depuis que nous avons commencé notre tâche de libération nationale et de salut public, pas un de nos actes, pas un de nos mots, n'a jamais dévié de la ligne que nous avions adoptée. Nous voici le 18 juin 1942. Je suis, pour ma part, tout prêt à reprendre, sans rien y changer, tout ce que nous avons fait et tout ce que nous avons dit depuis le 18 juin 1940. Je ne sais pas si, dans le monde, beaucoup d'attitudes et beaucoup de déclarations seraient, après deux ans, intégralement réaffichées par leurs auteurs. Mais je sais que notre entreprise, à nous, peut être, depuis la première heure, contresignée, telle quelle, tous les jours.

Les événements ont prouvé que cette rectitude était et demeure la meilleure politique possible. Sans nul doute, un certain fléchissement dans nos devoirs, certains accommodements avec nos responsabilités auraient pu nous faire paraître momentanément plus commodes. On aurait dit moins souvent : « Ah ! Comme ils sont difficiles ! » 2 Mais, du même coup, nous aurions perdu cela même qui est notre flamme et notre raison d'être : l'intransigeance dans l'honneur pour le service du pays. Car, dans l'extrémité où la France se trouve réduite, il n'y a ni compromissions, ni transactions concevables. Que serait devenue la patrie si Jeanne d'Arc, Danton, Clemenceau, avaient voulu transige r? Du désastre à la victoire, la ligne droite est le plus court mais aussi le plus sûr chemin.

Ce but immuable, ce but raisonnable, vers lequel nous avançons, pas à pas, depuis deux années, nous le définissons tous les jours, non seulement par des paroles, mais par des actes, dont le monde a compris la valeur et la signification. Mais, puisque la date d'aujourd'hui est un anniversaire, nous userons de l'occasion pour définir ce but, une fois de plus.

Nous n'avons jamais admis que la France fût sortie de la guerre. Pour nous, la défaite dans la bataille de 1940, le soi-disant Armistice, la prétendue neutralisation de nos forces et de nos territoires, l'abdication dans la panique et sous la menace, au profit d'un pouvoir personnel, de ceux qui avaient reçu du peuple mandat de le représenter, les atteintes portées aux institutions, aux lois, aux libertés de la République Française par d'impudents usurpateurs, la violation de nos alliances pour le compte de l'envahisseur, ne sont que des péripéties effroyables certes, mais passagères, dans la lutte que la France mène, depuis bientôt trente années, à l'avant-garde des démocraties.

Pour nous, la décision prise, au nom de la nation, par ceux qui avaient qualité pour le faire et qui, à cette époque, étaient en mesure de choisir librement, est toujours en vigueur. Cette décision, c'est la déclaration franco-britannique du 28 mars 1940, sanctionnée par le vote de confiance du Parlement français, et qu'aucun Gouvernement légitime n'a jamais, depuis, révoquée. Pour nous, l'engagement pris par la France de ne négocier et de ne conclure aucun armistice ou traité de paix, sauf d'accord avec ses alliés, et réciproquement, doit être tenu.

Pour nous, par conséquent, les autorités françaises qui, trompées par le mensonge d'un pouvoir illégitime, ou abusées par un prestige dévoyé, ou hantées par le souci d'utiliser la défaite au profit de certaines doctrines, ont renoncé à la guerre et empêchent ceux qui dépendent d'elles d'y participer, sont dans l'erreur et hors du devoir. Pour nous, c'est notre droit et c'est notre obligation, non seulement de combattre l'ennemi partout où nous pouvons l'atteindre, mais encore de ramener dans la lutte toutes les terres, toutes les forces françaises. Nous ne prétendons être rien d'autre que les Français qui combattent pour le salut de leur pays et sur l'ordre qu'il leur en a donné. Mais cela, nous prétendons l'être et nous en tirons toutes les conséquences sans reculer devant aucune.

Ah ! Certes, quand, il y a deux ans, nous nous sommes jetés à corps perdu - c'est bien le cas de le dire - dans l'accomplissement de notre mission nationale, il nous fallait faire, dans la nuit, au moins trois actes de foi. Il nous fallait, d'abord, nous fier à la résistance de la Grande-Bretagne, demeurée seule et presque sans armes devant la ruée d'une Allemagne et d'une Italie au maximum de leur force. Il nous fallait, ensuite, croire que les ambitions de l'ennemi pousseraient nécessairement dans la lutte deux autres grandes Puissances : la Russie soviétique et les États-Unis, sans lesquelles on ne pourrait imaginer de succès définitif. Il nous fallait, enfin, être sûrs que le peuple français n'accepterait pas la défaite et que, malgré le joug allemand et le chloroforme de Vichy, il se redresserait un jour pour achever la guerre dans la victoire.

Eh bien! On nous pardonnera de nous distraire un peu de ce que notre tâche a d'assez sévère par l'agréable constatation que nous n'avons pas eu tort. Nous avons vu la Grande-Bretagne, sous l'impulsion d'un Winston Churchill, tenir ferme comme un roc sous les avalanches des bombes de l'invasion aérienne, mener durement et victorieusement la plus grande bataille navale de tous les siècles, déployer de vastes efforts en Orient, en Afrique, en Extrême-Orient, enfin se transformer en une redoutable place d'armes pour l'offensive. Nous avons vu le peuple et l'armée russes, sous la direction d'un Staline, briser, le long d'un front de 2 000 kilomètres, au cours d'une incessante bataille d'une année, l'attaque furieuse de l'Allemagne et de ce qu'elle appelle « ses alliés ». Nous voyons les États-Unis, sous l'inspiration d'un Roosevelt, à l'œuvre pour changer en instruments de puissance guerrière leurs formidables ressources et leur généreux idéalisme. Mais aussi, nous voyons les masses du peuple français se rassembler dans la résistance, au point que l'ennemi et les traîtres redoublent leurs brutalités et multiplient leurs mensonges pour prévenir la vengeance.

En vain, d'ailleurs, car la France qui combat ou qui s'y apprête forme un tout indivisible aussi large que la nation. C'est tout haut que nous adressons aujourd'hui notre salut fraternel à nos vaillants groupements d'action en France, à « Libération», à « Combat», à « Vérité », à « Franc-tireur», à « Libération Nationale » et aux autres, à notre chère et si efficace Union Syndicaliste, à nos phalanges universitaires de résistance, à tous leurs chefs, à tous leurs combattants. C'est tout haut que nous nous adressons à tant de bons citoyens qui, en leur propre nom et au nom de leurs compagnons, trouvent moyen de nous assurer, par mille voies étranges et dangereuses, de leur concours à tout prix. C'est tout haut que nous parlons aux millions et aux millions de Français• et de Françaises, dont nous savons qu'ils n'attendent que l'avant-garde de nos troupes pour sortir leurs croix de Lorraine 1 et se retrouver tels qu'ils sont, enfants d'un grand peuple aux retours soudains et triomphants.

Oui, d'un grand peuple et qui doit rester grand, pour lui-même et pour les autres. Mais comment le resterait-il s'il était tombé tout entier ? Comment et autour de quoi pourrait-il refaire son unité, si ses combattants n'étaient pas pour lui les symboles de son honneur, le levain de son courage, le centre de ses espoirs? Ah! Certes, si cette guerre devait se terminer par le triomphe de l'ennemi, alors ce que nous avons fait n'aurait que la valeur d'un geste et servirait seulement à parer d'un suprême éclat l'agonie d'une grande nation. Mais, si le succès échoit au parti de la liberté, imagine-t-on ce que serait l'avenir du peuple français si, maintenu par des chefs indignes dans une neutralité honteuse, il voyait la guerre s'achever pour lui, sans droits, sans gloire et sans lauriers ? Mécontent de lui-même et, par conséquent, des autres, irrité d'avoir tant souffert sans honneur et sans profit, humilié par une victoire qu'il n'aurait point partagée, dans quelles divisions, dans quelle anarchie, dans quelle xénophobie, ne manquerait-il pas de tomber ?

Les hommes qui ont la triste audace de prétendre conserver l'unité nationale dans la honte de l'Armistice sont les mêmes qui, déjà, passent leur temps à calculer quelle police, quelle légion, quels corps de protection, quel système de menaces, de censure, de délation leur sont nécessaires pour maintenir autour d'eux quelque apparence d'ordre public. Allons donc! L'unité nationale n'est que dans la lutte, dans la fierté, dans la victoire et, pour nous, qui avons choisi la lutte, la fierté, la victoire, refaire en combattant l'unité nationale est le premier de nos buts.

Cependant, il est un élément qui, dans ces terribles épreuves, s'est révélé à la nation comme essentiel à son avenir et nécessaire à sa grandeur. Cet élément, c'est l'Empire. D'abord, parce que c'est dans l'Empire que s'est constituée la base de départ pour le redressement de la France. Sans doute, Vichy a-t-il pu, jusqu'à présent, en employant des moyens plus odieux les uns que les autres et, parfois, en trompant l'étranger, maintenir dans la neutralisation une large partie de nos territoires d'outre-mer.

Mais il reste que l'Afrique Équatoriale, le Cameroun, la Nouvelle-Calédonie, les Nouvelles Hébrides, Tahiti, les Établissements Français d'Océanie, les Établissements Français des Indes, Saint-Pierre-et-Miquelon, se sont déjà affranchis de la capitulation. Il reste que les Républiques syrienne et libanaise, désormais indépendantes et auprès desquelles la France exerce son mandat, sont devenues pour elle, dans cette guerre même, des alliées précieuses et privilégiées. Or, c'est par là que la France a pu maintenir dans le combat, non seulement des moyens importants, mais encore des territoires où elle demeure belligérante dans sa souveraineté. D'autre part, il est apparu que, dans la détresse inouïe qui est celle de la France, les populations de l'Empire lui ont partout manifesté une fidélité magnifique. Quel plus bel hommage pourrait être rendu à son génie civilisateur ?

C'est pourquoi, la nation française a pris conscience de son œuvre impériale et de la solidarité profonde qui l'unit à son Empire. Même le douloureux courage, apporté à la défense de telle ou telle partie de l'Empire contre la France Combattante ou contre ses alliés par des troupes qu'abusent encore les mensonges de Vichy, est à cet égard une preuve faussée, mais indubitable, de la volonté des Français. En vérité, toute atteinte à sa souveraineté dans l'Empire serait profondément odieuse à la France 2. Aussi, tandis que nous exerçons cette souveraineté pour son compte dans tous ceux de ses territoires que nous avons pu libérer, nous la revendiquons pour elle dans tous les autres. Engageant à mesure et sans aucune réserve les ressources de l'Empire dans la lutte aux côtés de nos alliés et méprisant les calomnies des traîtres qui nous accusent de livrer à d'autres ce qui n'appartient qu'à la France, nous nous en tenons fermement, et pour le compte de la nation, à l'intégrité impériale.

Mais, si la France combat pour se libérer par elle-même, dans toute la mesure du possible, et recouvrer par là sa fierté, son unité et son intégrité, elle le fait dans l'intérêt des autres aussi bien que dans le sien propre. M. Eden remarquait un jour « que la guerre actuelle rapetissait la terre.» Cela est profondément vrai. La vitesse, la puissance, le rayon d'action des engins de combat modernes tendent à faire de notre globe un seul et même champ de bataille. Du même coup, les conditions de la défense de chaque peuple se conjuguent, de plus en plus étroitement, avec celles de beaucoup d'autres. Il y a là, dans l'ordre stratégique, une conséquence inéluctable de l'évolution générale qui ne cesse de resserrer l'interdépendance des nations. Qu'il s'agisse de sécurité, d'activité économique ou de communications, l'isolement d'un État, si grand et fort qu'il puisse être, est devenu inconcevable. Des renégats du patriotisme peuvent bien crier aujourd'hui : « La France seule ! » tout en trouvant fort naturel qu'elle doive subir la compagnie d'un envahisseur détesté, mais la France, elle, sait bien que, privée d'alliances, elle serait condamnée à mort. Et, comme nous voulons, nous, que la France vive, nous lui gardons les alliances formelles ou naturelles qu'il lui faut.

Ce qui fait la noblesse et l'espérance de notre temps, si cruel à l'humanité, c'est qu'il aura révélé aux nations, non seulement leur solidarité matérielle, mais aussi, mais surtout, l'absolue nécessité de leur communauté morale. Si bien que, d'un bout du monde à l'autre, au-dessus des champs de bataille comme à l'intérieur des usines, parmi les peuples opprimés aussi bien que chez les peuples libres, dans l'esprit des hommes de la rue comme dans celui des dirigeants, par-dessus les intérêts, les préjugés, les concurrences, s'élève et déferle aujourd'hui la vague des aspirations vers un idéal international.

Or, si la guerre « qui enfante tout» ne permet plus aux nations de méconnaître leur solidarité, il est clair que la paix en exigera tout autant. Pour reconstruire le monde, devenu tout à la fois si troublé, si complexe et si petit, il faudra bien que les peuples qui furent unis dans l'effort sanglant le demeurent dans l'effort bienfaisant. En combattant depuis la première et jusqu'à la dernière heure dans le parti de la liberté, la France aura maintenu son droit et proclamé son devoir de participer à l'œuvre commune qui, sans sa présence active, serait d'avance très compromise. Oui, l'organisation de la solidarité internationale, sur des bases réelles et pratiques mais aussi sous l'inspiration de l'éternel idéal humain, est pour la France Combattante un but très clair et très précis. Voilà pourquoi, dans l'ordre pratique, nous saluons l'alliance récemment conclue entre deux grandes Puissances européennes : la Russie soviétique et la Grande-Bretagne, parce que cette alliance, sans nuire à aucun Etat du parti de la liberté, constitue un élément capital fourni par l'Europe à l'effort commun dans la guerre et à la coopération dans la paix. Voilà pourquoi, dans l'ordre' moral, nous faisons nôtre le magnifique programme des quatre libertés humaines, que le Président des États-Unis a proposé aux peuples du monde comme contrepartie de leurs peines et comme but de leurs espérances.

C'est qu'en effet, plutôt que la guerre des États, cette guerre est celle des hommes ou, comme disait récemment M. Henry Wallace 2, « The war of the Common man.» C'est bien à l'homme, à la femme, que tout aura été demandé pour vaincre. C'est donc l'homme, c'est donc la femme, qui devront être les vainqueurs. Pour la France, en particulier, où le désastre, la trahison, l'attentisme, ont disqualifié beaucoup de dirigeants et de privilégiés et où les masses profondes du peuple sont, au contraire, restées les plus vaillantes et les plus fidèles, il ne serait pas acceptable que la terrible épreuve laissât debout un régime social et moral qui a joué contre la nation. La France qui combat entend que la victoire soit le bénéfice de tous ses enfants. A l'abri de l'indépendance, de la sécurité, de la grandeur nationales recouvrées, elle veut que soient assurées et garanties à chaque Français la liberté, la sécurité, la dignité sociale.

Oui! Depuis deux années, la vague n'a pas cessé de battre en brèche la France qui combat. A l'intérieur du territoire, l'oppression, la propagande, la misère, se sont liguées pour la réduire. A l'extérieur, elle a dû surmonter, moralement et matériellement, d'innombrables difficultés. Mais, invinciblement, la France Combattante émerge de l'océan. Quand, à Bir Hakeim, un rayon de sa gloire renaissante est venu caresser le front sanglant de ses soldats, le monde a reconnu la France.

Ah! Certes, nous ne croyons pas que l'épreuve soit à son terme. Nous savons tout ce qui reste de force et d'astuce à l'ennemi. Nous n'ignorons pas quels délais sont encore nécessaires au parti de la liberté pour déployer toute sa puissance. Mais, puisque la France a fait entendre sa volonté de triompher, il n'y aura jamais pour nous ni doute, ni lassitude, ni renoncement. Unis pour combattre, nous irons jusqu'au bout de notre devoir envers elle, nous irons jusqu'au bout de la libération nationale. Alors, notre tâche finie, notre rôle effacé, après tous ceux qui l'ont servie depuis l'aurore de son Histoire, avant tous ceux qui la serviront dans son éternel avenir, nous dirons à la France, simplement, comme Péguy :

Mère, voyez vos fils, qui se sont tant battus

source : médiaslibres.com
Front de l'est
Front sud
Les troupes allemandes capturent le fort Maxime Gorky à Sébastopol. La forteresse doit cependant être prise de haute lutte, les lance-flammes étant le moyen principal de faire sortir les marins soviétiques de leurs positions.

Tourelle de la 30e batterie du fort Maxime Gorky a Sébastopol après la capture par les troupes allemandes. Les forts de défense de Sébastopol sont pourvus de fort canons de marine (ici 3 canons de 305mm), les rendant aussi dangereux par la mer que par la terre.

source : allworldwars.com, Worldwar-2.net
Front d'Afrique du nord
Tobrouk est maintenant complètement isolée, la route de la côte étant coupée par la capture de Gambut par les forces de l'axe.
La RAF ayant perdu ses aéroports avancés n'est plus à même d'apporter de l'assistance aux défenseurs de la place.

source : onwar.com, Worldwar-2.net
undefined Atlantique nord
Le U124 attaque le convoi ONS-102 au milieu de l'Atlantique nord et coule le cargo américain Seattle Spirit.

Mer des Caraïbes
Le U159 coule le cargo néerlandais Flora dans le golfe du Venezuela
Le U172 coule le pétrolier britannique Motorex au nord du canal de Panama

Mer noire
Le sous-marin italien CB 2 coule le sous-marin soviétique SC-213
Le sous-marin italien CB 3 coule le sous-marin soviétique S 32.

source : UBoat.net, RegiaMarina.net
uk.gifLe premier ministre britannique, M. Winston Churchill, arrive à Washington, pour une série de réunions avec le président Roosevelt

source : onwar.com



Les parachutistes tchèques ayant assassinés Reinhard Heydrich sont découvert par les allemands, après dénonciation, et sont tués après une forte résistance.
Ces événements ont lieu juste 2h après la fin de l'ultimatum lancé par les allemands. En conséquence, et aussi suite à la réaction allié, les représailles de masses sont retardées. Elles seront annulées plus tard.

source : wikipedia, wikipedia

Un accord commercial est signé entre l'Allemagne et la Roumanie. La Roumanie s'engage a livrer "jusqu'au limites des possibilités" des quantités supplémentaires de pétrole par rapport aux précédents accords, ainsi que de grande quantités de légumes et de viande. En retour l'Allemagne fournira du sucre.

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org
Un accord commercial entre les Etats-Unis et Cuba est signé, donnant accès aux équipements cubains au département américain pour l'entraînement du personnel d'aviation et pour les opérations contre les sous-marins.
En offrant ces équipements, le gouvernement cubain a franchis un pas important dans la collaboration avec l'effort de guerre commun...

source : "Events leading up to World War II" sur iBiblio.org

Commenter cet article